Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Lauréat-e-s du Concours d'affiches, 89e Congrès de l'Acfas

Cette année, l'Acfas a invité les auteur-e-s de communications libres par affiche à participer à un concours récompensant les meilleures créations. L'objectif : souligner l’excellence du travail réalisé et encourager la relève à communiquer ses résultats de recherche. Découvrez les 10 affiches lauréates de ce concours, présentées au 89e Congrès de l'Acfas.

Enrichissement et caractérisation des exosomes de la cornée humaine
Enrichissement et caractérisation des exosomes de la cornée humaine
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Pascale Desjardins
Université Laval

La cornée, de par sa localisation anatomique superficielle, est très vulnérable aux divers traumatismes pouvant l’affecter. Le processus de cicatrisation activé à la suite d’une lésion nécessite une communication étroite entre les types cellulaires constituant les trois couches de la cornée (épithélium, stroma et endothélium). Cette communication est notamment assurée par les exosomes, de petites microvésicules relarguées par les cellules, qui transportent différents cargos, tels que des protéines, des lipides et des acides nucléiques. Les exosomes ont été identifiés dans plusieurs systèmes mais il existe très peu d’informations quant à leur rôle dans la cornée. L’objectif de cette étude consistait à isoler et caractériser les exosomes des trois types cellulaires de la cornée et d’évaluer leur contribution dans plusieurs processus biologiques. Ceux-ci ont été enrichis par ultracentrifugation différentielle, puis caractérisés par cytométrie à haute sensibilité, immunobuvardage Western, Dynamic Light Scattering et microscopie électronique à transmission. L’ultracentrifugation différentielle s’est avérée être une méthode efficace pour l’enrichissement des exosomes des trois types cellulaires de la cornée. Des microvésicules d’une taille inférieure à 100nm et exprimant plusieurs marqueurs spécifiques aux exosomes ont été observées. Une fois leur caractérisation complétée, nous pourrons chercher à mieux comprendre leur participation à la guérison des plaies cornéennes.

 

Les interactions des pères gais avec leur enfant sont-elles moins stéréotypées que celles des parents hétérosexuels?
Interactions des peres
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Catherine Meek-Bouchard
UQAM - Université du Québec à Montréal

Malgré la stigmatisation et les résistances hétérosexistes à l’égard des familles homoparentales masculines, plusieurs études montrent que les enfants de pères gais présentent moins de problèmes extériorisés et se portent mieux que les enfants de parents hétérosexuels (ex., Golombok et al., 2013; Miller et al., 2017). Un partage plus équilibré des responsabilités parentales et des pratiques éducatives plus flexibles à l’égard des normes de genre pourraient expliquer ces résultats. Pour mieux documenter la socialisation des rôles de genre au sein de familles homoparentales masculines, nous avons comparé les thèmes abordés par des pères gais et leurs enfants dans une situation de jeu libre à ceux de parents hétérosexuels et leurs enfants.

L’échantillon compte 116 dyades parent-enfant, soit 29 couples de pères gais et leurs 29 enfants (8 filles, 21 garçons) et 29 couples hétérosexuels et leurs 29 enfants (10 filles, 19 garçons). Les périodes de jeu ont été analysées à l’aide d’une grille permettant de noter les six catégories de thèmes suivants : 1. Sports & motricité; 2. Agressivité; 3. Arts; 4. Enseignement; 5. Soins & affection; 6. Compétition. Des analyses de régressions logistiques binaires à mesures répétées révèlent que les thèmes Agressivité (p = 0,004), Enseignement (p = 0,02) et Compétition (p = 0,035) diffèrent selon l’orientation sexuelle des parents. Les thèmes Agressivité et Compétition sont moins souvent abordés par les pères gais avec les garçons et les filles.

 

La perpétration de la cyberviolence dans les relations amoureuses à l'adolescence : contribution des sous-dimensions de la régulation émotionnelle
Affiche cyberviolence
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Deziray De Sousa
UQAM - Université du Québec à Montréal

Très répandue dans les relations amoureuses à l’adolescence, la cyberviolence consiste à utiliser les technologies pour surveiller, contrôler, harceler ou intimider un.e partenaire. Le fait que cette forme de violence soit perpétrée à distance est un aspect particulièrement alarmant puisque la victime peut y être exposée à tout moment et qu’il lui est plus difficile d’y échapper. Aucune étude antérieure n'a encore examiné quels aspects spécifiques de la régulation émotionnelle contribuent à sa perpétration . Ainsi, la présente étude vise à examiner la contribution respective des six dimensions de la régulation émotionnelle dans la perpétration de la cyberviolence à l’adolescence: la non-acceptation des réponses émotionnelles, la difficulté à adopter des comportements orientés vers un but, les difficultés de contrôle des impulsions, le manque de conscience émotionnelle, l’accès limité aux stratégies de régulation et le manque de clarté émotionnelle. Au total, 222 adolescent.e.s en couple (Mâge= 16,9, ÉT= 1,5) ont rempli un questionnaire en ligne. Les résultats des régressions linéaires suggèrent que seule l'impulsivité est significativement associée à la perpétration de la cyberviolence. L’inclusion d’une composante du contrôle des impulsions dans les programmes de prévention permettrait de réduire l’occurrence de la cyberviolence à l’adolescence.

 

La planification motrice chez les enfants avec la paralysie cérébrale : une revue systématique
Affiche planification motrice
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Ophélie Martinie
Université Laval

Problématique : Les enfants avec la paralysie cérébrale (PC) ont des déficits pour exécuter et planifier les mouvements. La planification motrice est l’anticipation du coût et du but d’une action avant son exécution. Bien que les enfants avec la PC aient des déficits de planification motrice, aucune revue avec méthodologie rigoureuse ne les recense. L’objectif est de synthétiser les résultats sur la planification motrice des membres supérieurs des enfants de 3 à 21 ans avec la PC. Méthodologie : Cette revue systématique inclus des articles revus par les pairs, écrit en anglais ou français, chez des enfants de 3 à 21 ans avec PC, sur la planification des membres supérieurs. La recherche a été faite via six bases de données avec des mots-clés liés à : 1) la PC, 2) enfants, 3) membres supérieurs, 4) mouvement anticipatoire. La qualité des études a été évaluée avec le Standard Quality Assessment Criteria. Résultats : 38 articles ont été retenus soit 612 participants. La qualité est très basse pour 3, basse pour 5, modérée pour 16, haute pour 9, très haute pour 5. Les résultats suggèrent des déficits pour planifier les forces seulement pour la main la plus atteinte, mais pour les deux mains quand les enfants avec la PC manipulent un objet. Conclusion : Les déficits de planification dans la PC varient selon les tâches, suggérant l’implication de divers processus. Contributions : Comprendre les déficits moteurs de ces enfants contribuera à une rééducation basée sur les preuves.

 

Comparaison des caractéristiques de personnes âgées consommant ou non des protéines d'origine végétale
Affiches personnes agees
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Virginie Drolet-Labelle
Université Laval

Le Guide alimentaire canadien (GAC) met en valeur les protéines d’origine végétale (POV), sans égard à l’âge. Les personnes âgées qui méconnaissent les alternatives aux protéines animales et qui désireraient intégrer plus de POV à leur alimentation risquent une carence en protéines. Cette étude vise à comparer les caractéristiques et les croyances des non-consommateurs (n=40, groupe 1) et des consommateurs (n=20, groupe 2) de POV.

Trente hommes et 30 femmes, âgés de 65 ans et plus, ont complété trois questionnaires en ligne (caractéristiques sociodémographiques, état de santé, consommation de POV) et ont participé à une entrevue individuelle virtuelle sur leurs croyances et perceptions en lien avec les POV. Des tests de t de Student et de Wilcoxon ont été réalisés avec le logiciel RCommander pour les analyses quantitatives.

Les participants du groupe 2 consommaient plus de POV (ex. 29 g vs 6 g de tofu par jour) et moins de viande et de volaille que les participants du groupe 1. De plus, ils avaient un indice de masse corporelle plus faible et se considéraient plus habiles à préparer les POV. Les hommes, semblaient moins enclins à essayer de nouveaux aliments, connaissaient moins le nouveau GAC et étaient moins préoccupés par l’éthique animale que les femmes. L’analyse qualitative des entrevues est en cours et mettra en évidence les croyances en lien avec l’intégration de POV pour le développement d’une intervention adaptée aux caractéristiques et croyances des personnes âgées.

 

Les liens entre les attributions relationnelles de mères et de pères de jeunes enfants et leur propre exposition à des conflits interparentaux en enfance
Affiche attribution relationnelle
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Luciana Lassance
UQAM - Université du Québec à Montréal

La naissance d’un enfant représente un événement de vie majeur qui peut entrainer une augmentation des conflits relationnels au sein du couple. Les interactions entre les coparents peuvent influencer le bien-être individuel, relationnel, ainsi que celui de l’enfant. Les attributions relationnelles (c.-à-d., les explications cognitives d’un partenaire face aux comportements négatifs de l’autre) peuvent influencer les interactions de couple, puisque les interprétations que font les partenaires tendent à entretenir les conflits. Les attributions relationnelles peuvent être influencées par les expériences des coparents dans leur famille d’origine, notamment par l’exposition aux conflits interparentaux en enfance (CIE). Aucune étude n’a toutefois évalué la relation entre l’exposition aux CIE et les attributions relationnelles chez les couples quand ils deviennent eux-mêmes parents. Des résultats préliminaires auprès de 82 parents de jeunes enfants (40 mères, 42 pères ; Mâge_enfant = 30 mois) indiquent que davantage d’expositions aux CIE est reliée à une tendance à attribuer le comportement négatif du partenaire à ses caractéristiques internes et stables ainsi que de considérer ce comportement comme étant intentionnel et égoïste (= 0,31, p = 0,001). Ces résultats soulignent l’importance de mieux comprendre l’influence des composantes cognitives (c.-à-d., attributions) et des expériences familiales sur les comportements des couples parentaux lors de conflits.

 

Le rôle du soutien paternel à l'autonomie dans l'émergence des fonctions exécutives à la petite enfance
Affiche soutien paternel
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Emma Laflamme
Université Laval

Considérant l’importance des fonctions exécutives (FE) pour l’adaptation sociale et scolaire de l’enfant (Diamond, 2013), l’identification de leurs déterminants précoces est cruciale. Cette étude est la première à examiner la contribution unique du soutien à l'autonomie (SA) paternel dans le développement des FE à la petite enfance. Le SA englobe les comportements encourageant l’enfant à faire ses choix et résoudre par lui-même les problèmes (Grolnick, 2002). Alors que certaines études montrent que le SA de la mère est associé à de meilleures FE chez l’enfant, le rôle du SA du père demeure méconnu. 80 triades mère-père-enfant ont participé à 2 rencontres à domicile à 12 (T1) et 18 mois (T2). Le SA des pères et des mères a été évalué par observation au T1 à l'aide d’une grille reconnue (Whipple et al., 2011). Au T2, les FE de l'enfant ont été mesurées à l'aide de 3 tâches permettant de créer 2 scores composites : un score représentant le contrôle des impulsions et un autre la mémoire de travail et la flexibilité cognitive. Des corrélations montrent que le SA du père est associé à un meilleur contrôle des impulsions (r = .30, p < .008), tandis que le SA de la mère est associé à une meilleure mémoire de travail et flexibilité cognitive (r = .24, p < .029). Ces associations persistent même en tenant compte du SA des deux parents simultanémentCette étude met en évidence les rôles uniques et indépendants du SA paternelle et maternelle dans le développement des FE chez l’enfant.

 

Les plaintes subjectives après un traumatisme craniocérébral telles que rapportées par les personnes âgées et leurs aidants naturels dans la première année post-accident
Affiche
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

David Predovan
Université Laval

La prévalence des traumatismes craniocérébraux (TCC) est en augmentation chez les personnes âgées, amenant des impacts significatifs sur les patients blessés et leurs proches. L’objectif de cette étude était d’examiner la concordance des problèmes perçus par les patients et leurs aidants naturels dans la première année post-accident. Ce sont 66 personnes âgées de 65 ans et plus hospitalisées à l’Hôpital de l'Enfant-Jésus à la suite d’un TCC (âge moyen= 72 ans; 27% Femmes; majorité TCC léger ou léger complexe) et leurs aidants naturels qui ont été recrutés. Les plaintes subjectives ont été évaluées à 4, 8 et 12 mois post-TCC à l’aide du Brain Injury Complaint Questionnaire (BICoQ) mesurant les plaintes dans diverses sphères (ex. cognitives). Les résultats indiquent que le coefficient de corrélation intra-classe (mesure de validité concurrente) entre le score total au BICoQ du patient et de l'aidant alterne entre moyen et faible, indiquant une divergence de perception importante. Une analyse détaillée des items (Kappa de Cohen) indique à la fois une surestimation et une sous-estimation par l’aidant naturel des plaintes subjectives telles que rapportées par le patient. Pour la majorité des items, le degré d’accord entre les patients et les aidants est faible. Environ 20% des aidants naturels rapportent que le patient n’est pas conscient de ses difficultés. Les études et interventions futures auprès de cette clientèle devraient tenir compte de cet écart de perception.

 

Prise d'antidépresseurs pendant la grossesse et développement psychomoteur, cognitif et langagier de l'enfant à 2 ans
Affiche antidepresseurs
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Noémie Tanguay
Université Laval

Environ une femme sur cinq souffre de dépression pendant sa grossesse, et près de 10% prendront des antidépresseurs. L’objectif de ce projet est de caractériser les effets de la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse sur le développement de l’enfant.

Les données sont issues de l’étude de cohorte 3D, constituée de suivis chaque trimestre de grossesse pour documenter la prise d’antidépresseurs. Lors d’un suivi à deux ans, le développement psychomoteur, cognitif et/ou langagier a été mesuré par le Bayley Scales of Infant and Toddler Development et les Inventaires MacArthur-Bates.

L’échantillon comprend entre 1357 et 1564 dyades mère-enfant, selon le domaine de développement. Soixante-trois femmes ont rapporté l’usage d’antidépresseurs pendant la grossesse. Les résultats préliminaires indiquent qu’une exposition aux antidépresseurs est associée négativement à la motricité fine (r = -0.06, p = .04) et à la motricité globale (r = -0.05, p = .05). Les associations avec le développement cognitif (r = -0.03, p = .19) et langagier (r = 0.01, p = .60) s’avèrent non significatives.

Il apparaît donc qu’une prise d’antidépresseurs pendant la grossesse est associée à un impact négatif léger sur le développement psychomoteur de l’enfant à deux ans. Cependant, d’autres facteurs n’ont pas encore été considérés, notamment la détresse psychologique chez la mère. Ce projet fournira des données essentielles pour l’élaboration de recommandations sur l’usage de médication pendant la grossesse.

 

Le lien entre la sévérité des traumas vécus durant l'enfance, l'empathie et les comportements de punition sociale à l'âge adulte
Affiche traumas
Cette image est un extrait. Voici le lien pour accéder à l’entièreté de l’affiche.

Sara Akki
UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières

L’empathie est la capacité cognitive et affective de ressentir et partager ce qui est éprouvé par autrui (Eklund & Meranius, 2021). Elle contribue à l'émergence des comportements pro-sociaux (Preckel et al., 2018). Des études suggèrent que les traumas vécus durant l’enfance pourraient altérer l’empathie (Levy et al., 2019) et la cognition sociale (Wang et al., 2020), notamment les comportements de punition. La présente étude explorera les relations entre la sévérité des traumas vécus durant l’enfance, l’empathie et les comportements de punition à l’âge adulte.

313 adultes (54% de femmes) ont complété des questionnaires mesurant la sévérité des traumas vécus durant l'enfance et l’empathie. Ils ont aussi complété des tâches de prise de décision sociale mesurant leur tendance à punir de façon altruiste et antisociale. Des corrélations ont permis d’observer un lien significatif positif entre la sévérité traumatique et la punition altruiste (.24, p<.01) et antisociale (.44, p<.01) et un lien significatif négatif entre la sévérité traumatique et l’empathie (-.72, p<.01). De plus, des liens négatifs significatifs entre l’empathie et les deux types de punition (altruiste, -.23, p<.01; antisociale, -.53, p<.01) ont été mesurés. L’empathie s’est avérée partiellement médiatrice de la relation entre la sévérité traumatique et la punition antisociale. Ces résultats suggèrent que la sévérité trauma à l’enfance puisse avoir un impact à long terme sur l’empathie et la propension à punir.


  • Lauréat-e-s du Concours d'affiches
    89e Congrès de l'Acfas

    Pascale Desjardins
    Université Laval

    Pascale est étudiante au Doctorat en biologie cellulaire et moléculaire à l’Université Laval. Ses travaux de recherche se déroulent au Centre Universitaire d’Ophtalmologie et s’intéressent aux mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans la guérison de la cornée, un tissu transparent situé à la surface antérieure de l’œil. Au cours de ses études, Pascale a eu la chance de présenter les résultats de ses travaux lors de plusieurs congrès internationaux. De plus, ses travaux ont mené à la publication de plusieurs articles scientifiques, en plus de mener à la mise sur pied d’un brevet.

    Catherine Meek-Bouchard
    UQAM - Université du Québec à Montréal

    Catherine Meek-Bouchard est candidate au doctorat en psychologie avec concentration en études féministes (Ph. D.) à l’Université du Québec à Montréal. Ses champs d’intérêt comprennent l’homoparentalité, le développement de l’identité de genre et les violences sexistes et sexuelles. Sa thèse doctorale porte sur les liens entre la (non-)conformité aux normes de genre et les comportements et attitudes à l’égard du consentement sexuel. Elle travaille également à la Chaire de recherche sur les violences sexistes et sexuelles en milieu d’enseignement supérieur et elle est membre étudiante du Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF).

    Deziray De Sousa
    UQAM - Université du Québec à Montréal

    Deziray De Sousa détient une majeure en psychologie ainsi qu’une majeure en comportement et santé de l'Université de Boston. Elle est candidate au doctorat en psychologie profil recherche-intervention (Ph.D./D.Psy) à l’UQAM, sous la supervision d' Alison Paradis. Elle s'intéresse à la prévalence et aux conséquences de la présence de contrôle dans les relations amoureuses à l’adolescence ainsi qu’à la prévention de cette problématique. Son projet de thèse doctorale vise à accroître la compréhension des facteurs de risque des comportements de contrôle dans les relations amoureuses à l’adolescence et à identifier les tactiques couramment utilisées par les jeunes

    Ophélie Martinie
    Université Laval

    Étudiante au doctorat en sciences cliniques et biomédicales, je suis arrivée à l’Université Laval à Québec en janvier 2020 afin de travailler sur la planification motrice chez les enfants avec la paralysie cérébrale, en lien avec leurs lésions neurologiques. Auparavant, j’ai effectué un baccalauréat en psychologie et une maitrise recherche en neuropsychologie et neurosciences cliniques, tous deux à l’Université Grenoble Alpes en France. J’ai également obtenu mon titre de neuropsychologue en parallèle.

    Virginie Drolet-Labelle
    Université Laval

    Après avoir obtenu son baccalauréat en nutrition à l’Université Laval en 2020, Virginie a débuté une maîtrise en nutrition sur un sujet d’actualité, soit la consommation de protéines d’origine végétale. Son grand intérêt pour la nutrition et la saine alimentation, sa participation à divers projets de recherche, au développement de cours universitaires et à la mise en place d’une cuisine collective pour les étudiants, l’ont mené à vouloir poursuivre ses études dans le domaine. Elle débutera un doctorat en santé publique dès l’été 2022.

    Luciana Lassance
    UQAM - Université du Québec à Montréal

    Luciana détient un baccalauréat en psychologie de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’un baccalauréat en design graphique. Luciana poursuit ses études au doctorat en psychologie (Ph.D.-Psy.D.) à l’UQAM sous la direction de Dre Alison Paradis et Dre Natacha Godbout. Elle s’intéresse aux répercussions des conflits interparentaux en enfance sur la vie adulte, notamment sur la relation de couple. Dans le cadre de son projet doctoral, elle s’intéresse à l’impact de l’exposition aux conflits parentaux en enfance ainsi que des attributions relationnelles sur les interactions de couple des partenaires à l’âge adulte.

    Emma Laflamme
    Université Laval

    Emma Laflamme est une étudiante en première année au doctorat en psychologie, recherche et intervention (Ph.D.), à l'Université Laval. Elle est actuellement coordonnatrice des activités de recherche du laboratoire Parenfant dirigé par Dr. Célia Matte-Gagné. Désirant devenir chercheuse-clinicienne spécialisée en clientèle infantile, il lui apparaît primordial d’effectuer des recherches sur les facteurs qui favorisent le développement de l’enfant. Sa thèse doctorale vise donc à examiner les associations prospectives entre le soutien à l’autonomie paternel et plusieurs indicateurs du développement socioaffectif et cognitif de l’enfant à l’âge préscolaire.

    David Predovan
    Université Laval

    David Predovan est chercheur postdoctoral à l’Université Laval sous la supervision de Dre Marie-Christine Ouellet et de Dr Simon Duchesne. Dr Predovan a fait une maîtrise en psychologie cognitive (Université de Montréal), un doctorat recherche/intervention en neuropsychologie (Université du Québec à Montréal) et un stage postdoctoral en neurosciences cognitives (Columbia University, NY). Il s'intéresse particulièrement aux personnes âgées. Ses projets portent sur la prévention du déclin cognitif, le rétablissement à la suite d’un traumatisme craniocérébral et l’impact de l’exercice physique et de l’inactivité sur le cerveau.

    Noémie Tanguay
    Université Laval

    Candidate au doctorat clinique en psychologie (D. Psy.), concentration neuropsychologie, à l’Université Laval (2019-2023). Mes intérêts de recherche portent sur le développement de l’enfant en bas âge et l’impact d’une prise d’antidépresseurs pendant la grossesse. Mon curriculum comprend également un travail sur la validation d’un questionnaire sur le trouble comportemental léger chez la personne âgée.  Mes intérêts cliniques portent sur la neuropsychologie de l’enfant, plus particulièrement sur l’évaluation des troubles neurodéveloppementaux.

    Sara Akki
    UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières

    [Biographie à venir]

Vous aimez cet article?

Soutenez l’importance de la recherche en devenant membre de l’Acfas.

Devenir membre Logo de l'Acfas stylisé

Commentaires

Dans cette chronique, les chercheuses et les chercheurs sont invité-e-s à présenter leurs travaux sur un mode vulgarisé, accessible à un public adulte de toutes disciplines.

Toutes les chercheuses et tous les chercheurs peuvent proposer des articles pour cette chronique.

Logo de l'Acfas stylisé

Infolettre