Aller au contenu principal
22 avril 2020
Annie Chaloux
Université de Sherbrooke

[Tous les articles du présent dossier, coordonné par Guy Laforest et Jean-Philippe Warren, ont été publiés initialement dans le journal La Presse, du 19 au 30 avril 2020, sous le titre Penser le Québec de l'après-COVID-19]

Avant la COVID-19, la planète avait la fièvre. Les émissions de GES à l’échelle planétaire avaient atteint des sommets, générant des hausses de température sans précédent par rapport à l’ère préindustrielle. 

L’adoption de l’Accord de Paris en 2015 et sa rapide entrée en vigueur l’année suivante était supposée faciliter la mise en place de politiques au sein des États afin de réduire les émissions de GES et de s’adapter aux changements climatiques, et ainsi limiter la hausse des températures mondiales sous la barre des 2°C, et idéalement 1,5°C d’ici la fin du siècle. Dans les années suivantes, des millions de jeunes se sont mobilisés partout sur la planète pour sensibiliser les décideurs publics à cette grave problématique et surtout, à l’urgence d’agir maintenant, puisque ces jeunes générations devront vivre avec des conséquences dramatiques d’une planète en réchauffement.

Malgré tout, les émissions n’ont cessé de croître, et la température mondiale aurait déjà monté à plus de 1°C par rapport à l’ère préindustrielle, selon le GIEC, générant des impacts déjà perceptibles et considérables. Rappelons seulement les incendies dévastateurs en Californie et en Australie, les inondations printanières de 2017 et 2019 au Québec, ou encore l’érosion des berges menaçant plusieurs villages du nord et de l’est du pays pour se convaincre de l’urgence d’agir.

Certes, plusieurs gouvernements à travers le monde ont adopté des politiques pour lutter contre les changements climatiques : mesures de tarification du carbone, subventions aux voitures électriques et aux énergies renouvelables, déploiement d’offres plus substantielles en transport collectif, et j’en passe. 

Ces politiques se sont toutefois révélées insuffisantes pour « aplanir la courbe » des émissions de GES, car les gouvernements sont demeurés frileux face à la mise en place de mesures plus drastiques. On répondait à ceux et celles qui demandaient plus de proactivité, que ce serait extrêmement difficile, voire impossible de mettre en place des politiques trop contraignantes pour changer nos comportements.

Ces politiques se sont toutefois révélées insuffisantes pour « aplanir la courbe » des émissions de GES, car les gouvernements sont demeurés frileux face à la mise en place de mesures plus drastiques. On répondait à ceux et celles qui demandaient plus de proactivité, que ce serait extrêmement difficile, voire impossible de mettre en place des politiques trop contraignantes pour changer nos comportements.

La pandémie actuelle a pourtant démontré le contraire. En quelques semaines, d’imposantes politiques ont été adoptées, bouleversant nos rapports au travail, à la communauté, à la mobilité, à notre consommation et à notre alimentation. Résultats : les émissions de GES ont été infléchies, du moins temporairement, la qualité de l’air s’est améliorée dans un nombre important d’agglomérations urbaines, les préoccupations pour la consommation et l’alimentation locale se sont accrues, le télétravail est devenu une réalité plausible pour nombre d’entre nous. Bref, ces mesures ont eu des impacts collatéraux potentiellement intéressants, si on sait en tirer profit, dans la lutte contre les changements climatiques.

Comment pourrions-nous, collectivement, sortir gagnants de cette crise du coronavirus, tant écologiquement, socialement qu’économiquement? 

D’abord, dans une logique à très court terme, nous savons désormais que le télétravail pourrait devenir une réalité dans plusieurs entreprises et organisations. En accroître l’usage pourrait réduire significativement les émissions de GES dans le secteur des transports, tout en offrant aux familles et aux communautés de nouvelles opportunités de renforcement des liens sociaux. 

À moyen et long terme, sur les plans de l’alimentation et de la consommation, la fermeture des frontières nous a fait réaliser notre dépendance à l’étranger et à l’importance de promouvoir nos agriculteurs, commerçants et manufacturiers locaux dans les chaines d’approvisionnement de produits essentiels. Or, le fait de promouvoir le commerce local et d’accroître notre souveraineté alimentaire permettrait de nous enrichir collectivement, tout en réduisant le transport des marchandises et notre impact sur les émissions de GES. 

...le fait de promouvoir le commerce local et d’accroître notre souveraineté alimentaire permettrait de nous enrichir collectivement, tout en réduisant le transport des marchandises et notre impact sur les émissions de GES. 

Enfin, si l’on s’intéresse aux plans de relance qui seront à venir très prochainement, les gouvernements du Québec et du Canada ont là une des meilleures opportunités de se positionner pour une économie sobre en carbone, et en cohérence avec la lutte contre les changements climatiques. Leurs investissements lanceraient alors un message clair : soit que la lutte contre les changements climatiques est le socle de la relance économique et de l’avenir des générations actuelles et à venir.

Deux grands constats s’imposent donc ici. D’une part, les gouvernements ont les outils pour infléchir les tendances. D’autre part, nos comportements peuvent donc et doivent changer. La crise de la COVID-19 est un signal que l’on a la capacité de répondre à de telles crises, et que collectivement, on peut faire vite, beaucoup, et significativement pour notre société et son environnement.

Deux grands constats s’imposent donc ici. D’une part, les gouvernements ont les outils pour infléchir les tendances. D’autre part, nos comportements peuvent donc et doivent changer.

Auteur(e)

  • Annie Chaloux
    Université de Sherbrooke

    Annie Chaloux est directrice du Climatoscope à l'Université de Sherbrooke.

Commentaires