Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Les autres coups de pouce / coups de cœur de la 29e édition du Concours de vulgarisation de la recherche de l'Acfas :
- Marion Cossin pour « Toujours plus haut! » 
- Roxane Meilleur pour « Créer un effet boule de neige participatif en HLM » 



Pouvez-vous nous présenter la communauté pilotant ce projet de recherche?

Véronique Dubos: Le projet de suivi par télémétrie acoustique est mené par le LNUK (Local Nunavimmi Umajulivijiit Katujaqatigininga), l’association de chasseurs et pêcheurs de Kangirsuk, en partenariat avec des scientifiques. Le LNUK est un regroupement de chasseurs et d’ainés de la communauté qui s’occupe de la gestion de la chasse et de la pêche sur le territoire. Ils participent également à la chasse pour les besoins de la communauté.

Collaboration locale
Sur cette photo, de droite à gauche : Aina Igiyok, Carole-Anne Gillis, Silasie Ajaku, Jaiku Airo.

C’est donc l’association de chasseurs qui, en tenant compte des contraintes et méthodes scientifiques, a choisi les participant-e-s aux relevés de terrain et qui a également assuré la logistique : la localisation du site pour attraper les poissons, le choix des sites pour installer les récepteurs acoustiques, le campement, le nombre de participant-e-s, etc. Ce sont les guides qui ont décidé des meilleures façons de faire (déplacement, besoins matériels, stratégies de pêche, etc.) De mon côté, je coordonne les activités scientifiques et je vais pouvoir utiliser les résultats pour étudier l’habitat hivernal des ombles.

Il était important pour le LNUK que des jeunes soient impliqués dans le projet. Ils ont donc choisi des guides et des étudiant-e-s motivés. Les étudiant-e-s restent impliqué-e-s pour mesurer les poissons pêchés pendant l’année afin de vérifier la condition de ces poissons.


  • Véronique Dubos
    INRS

    Véronique Dubos est étudiante au doctorant en science de l’eau à l’INRS. Sa recherche porte sur les habitats utilisés par les ombles chevaliers en eau douce. Passionnée depuis longtemps par la culture inuite, elle a l’opportunité d’intégrer les savoirs traditionnels Inuits à son travail. Après une maitrise en modélisation hydrodynamique à l’INRS, elle a œuvré plusieurs années dans le domaine du génie-conseil, comme spécialiste en hydrologie et hydraulique des rivières. Son projet de recherche sur l’omble chevalier lui permet de combiner son intérêt pour les environnements nordiques, l’écologie et la modélisation. La vulgarisation scientifique sous diverses formes fait partie de son engagement en recherche.    

    La proposition de Véronique Dubos a été retenue comme coup de pouce / coup de cœur de la 29e édition du concours de vulgarisation de la recherche de l’Acfas.

Vous aimez cet article?

Soutenez l’importance de la recherche en devenant membre de l’Acfas.

Devenir membre Logo de l'Acfas stylisé

Commentaires

Dans cette chronique, les chercheuses et les chercheurs sont invité-e-s à présenter leurs travaux sur un mode vulgarisé, accessible à un public adulte de toutes disciplines.

Toutes les chercheuses et tous les chercheurs peuvent proposer des articles pour cette chronique.

Logo de l'Acfas stylisé

Infolettre