Imprimer

Retour sur les 25 ans du CIRANO

"Plus que jamais, face la complexité des enjeux et à la rapidité des changements socioéconomiques, il nous apparaît important que les gouvernements fondent les politiques publiques sur des données probantes, issues de toutes les disciplines", Nathalie de Marcellis-Warin

Le CIRANO est un centre interuniversitaire, pluridisciplinaire et intersectoriel dont la mission est de contribuer à la prise de décision stratégique de ses partenaires gouvernementaux, parapublics et privés par la production et le transfert d’un savoir universitaire à haute valeur ajoutée. Il compte aujourd’hui un peu plus de 260 chercheurs et chercheuses. Toutes les universités du Québec sont partenaires du CIRANO. Le gouvernement du Québec est le partenaire majeur auquel s’ajoutent d’autres partenaires parapublics et privés. Fondé en 1994, le Centre soulignera ses 25 ans de pratiques lors d’une Grande conférence le 25 avril prochain.

Découvrir : Pouvez-vous nous raconter un peu les 25 ans de travaux effectués au CIRANO et l’évolution, au cours de ce quart de siècle, des relations entre recherche universitaire et politiques publiques?

Marcelin Joanis : Il y a 25 ans, le Centre faisait figure de pionnier dans l’émergence d’une culture de recherche universitaire en sciences sociales résolument appliquée et se développant en partenariat avec les organisations publiques et privées du Québec. Et au fil du temps, on a vu les gouvernements devenir de plus en plus conscients de la nécessité de fonder la conception des politiques publiques sur des données probantes.

Une solide relation avec le gouvernement du Québec s’est rapidement mise en place dans le cadre d’un partenariat de recherche axé sur le transfert des résultats vers les ministères chargés de l’élaboration de politiques publiques dans les nombreux champs d’expertise des chercheurs de la communauté CIRANO. Que ce soit dans le domaine des politiques économiques et budgétaires, en santé ou en éducation, pour ne nommer que ceux-là, nos travaux ont eu un impact continu sur l’élaboration des politiques publiques.

Depuis 25 ans, de nouvelles thématiques ont bien sûr émergé au fur et à mesure de la transformation de l’environnement économique et social du Québec. Pensons, entre autres, aux changements démographiques, au développement durable des territoires, à l’internationalisation des relations économiques ou à l’émergence du secteur de l’intelligence artificielle. Les chercheurs er chercheuses de notre réseau ont participé au fil des ans à des commissions d’étude et autres comités conseils du gouvernement du Québec pour discuter d’une diversité d’enjeux allant de l’assurance-médicaments à la fiscalité en passant par le revenu minimum garanti, les marchés publics et la révision des programmes. On pourrait dire que l’on a participé et que l’on participe à l’innovation sociale au sein du secteur public.

Découvrir : De quelle nature ou sous quelles formes se concrétise la contribution du CIRANO à l’élaboration des politiques publiques?

Nathalie de Marcellis-Warin : Les décideurs publics sont souvent confrontés à des questions complexes faisant appel à des expertises scientifiques très pointues ou à plusieurs types d’expertise croisés. Une organisation comme la nôtre agit pour faciliter la mise en relation entre les experts scientifiques et les décideurs publics, que ce soit au niveau fédéral, provincial ou municipal.

On peut dire que nous sommes un accélérateur de recherches à plusieurs niveaux. Il peut être question d’aider les chercheurs universitaires à accéder à des données et à des terrains de recherche en les mettant en relation avec différents partenaires. Ou encore, de fournir des occasions aux chercheurs d’intégrer leurs étudiants de maîtrise et de doctorat dans leurs projets avec des partenaires.

Aussi, nous organisons une fois par année une rencontre entre chercheurs et représentants de différents ministères du Québec (en alternance à Montréal ou à Québec) pour discuter de leurs priorités et les informer des dernières recherches publiées ou en cours. Nous avons tenu aussi une telle rencontre avec les directeurs des différents services de la Ville de Montréal. Ces échanges sont un bon moyen de démystifier la recherche universitaire et de montrer comment l’utiliser à l’appui des décisions publiques. Dans certains cas, nos chercheurs sont sollicités pour évaluer une politique ou mesurer les impacts d’un programme.

Les modélisations que nous avons développées à des fins de prévision et d’analyse des politiques publiques sont aussi une forme importante de contribution. Nous avons, par exemple, mis en place un pôle sur la modélisation de l’économie du Québec réunissant chercheurs et modélisateurs du gouvernement dans l’optique d’aider les premiers, d’une part, à mieux comprendre les besoins du gouvernement, et les seconds, d’autre part, à identifier quels modèles (existants ou à développer) répondraient à leurs besoins.

Les chercheurs du CIRANO sont aussi sollicités pour fournir des avis d’experts ou participer à des commissions ou à des comités ministériels – par exemple, sur le financement de l’État, l’évaluation des programmes, le marché du carbone, l’assurance-médicaments, l’évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures ou la politique bioalimentaire. Un bassin d’expertise a été créé, et c’est là une richesse unique pour le Québec et le Canada.

Découvrir : Quels sont les grands enjeux de politiques publiques auxquels s’attardera votre centre dans les années à venir?

Nathalie de Marcellis-Warin : Dans le contexte actuel et futur, les changements démographiques, climatiques et technologiques seront au cœur des recherches que nous conduirons. Nous nous intéresserons, par exemple, aux retombées socio-économiques de l’innovation numérique afin de pouvoir fournir des résultats probants au gouvernement. Aussi, nous avons mis en place une collaboration avec le Centre de recherche mathématique (CRM) de l'Université de Montréal afin d’alimenter de manière continue la réflexion et le débat public sur l’utilisation des mathématiques pures ou appliquées aux domaines de l’activité humaine. Je soulignerais aussi le partenariat avec l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l'intelligence artificielle et du numérique. Et parmi les plus récentes initiatives relatives aux changements climatiques, le CIRANO sera partenaire du nouveau Réseau inondations intersectoriel du Québec (RIISQ) dirigé par un chercheur de l’UQAM.

Plus que jamais, face la complexité des enjeux et à la rapidité des changements socioéconomiques, il nous apparaît important que les gouvernements fondent les politiques publiques sur des données probantes, issues de toutes les disciplines. Il y a 25 ans, le CIRANO faisait figure de pionnier dans l’émergence d’une culture de recherche universitaire en sciences sociales résolument appliquée et se développant en partenariat avec les organisations publiques et privées du Québec.

"Il y a 25 ans, le CIRANO faisait figure de pionnier dans l’émergence d’une culture de recherche universitaire en sciences sociales résolument appliquée et se développant en partenariat avec les organisations publiques et privées du Québec", Marcelin Joanis

Auteur(e)

Nathalie de Marcellis-Warin et Marcelin Joanis
CIRANO

Nathalie de Marcellis-Warin, Ph. D.
Professeure titulaire, Polytechnique Montréal
Présidente-directrice générale du CIRANO

Marcelin Joanis, Ph. D.
Professeur agrégé, Polytechnique Montréal
Vice-président à la recherche du CIRANO

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire