Aller au contenu principal
12 octobre 2016
Diane Marcotte, Ph.D., Aude Villatte, Ph.D. et Marie-Laurence Paré et Cynthia Lamarre
Université du Québec à Montréal, Université du Québec en Outaouais, Université du Québec à Montréal

ZenetudesDiane Marcotte, UQAM
Aude Villatte, UQO
Marie-Laurence Paré,  UQAM
Cynthia Lamarre, UQAM
Rubrique Recherches
13 octobre 2016

Prévenir, intervenir

Les collèges et universités, partout en Amérique du Nord, affichent une hausse marquée, au sein de leur établissement, du nombre de demandes de consultation pour des problèmes de santé mentale. En effet, les sondages effectués auprès des directeurs ou directrices de centres de services psychologiques collégiaux ou universitaires confirment que les professionnels perçoivent une augmentation du nombre de demandes de services et une gravité croissante des problématiques présentées. Ce sont plus de 85 % des directeurs ou directrices qui rapportent une augmentation des problèmes psychologiques sévères dans les dernières années1.

Un grand nombre d’étudiants vivent donc des symptômes d’anxiété et de dépression qui interfèrent avec leur réussite scolaire. On estime qu’entre 33 et 41 % des étudiants en première année universitaire ressentent des symptômes d’anxiété d’une intensité modérée à sévère, alors que 12 % des étudiants collégiaux remplissent les critères d’un trouble anxieux sur une période de 12 mois. De même, 32,6 % des collégiens disent s’être sentis si déprimés qu’il leur était difficile de fonctionner et 24 % des étudiants universitaires présentent une symptomatologie dépressive. La dépression figure d’ailleurs parmi les facteurs prédictifs puissants de l’abandon scolaire lors de la transition secondaire-collégial. Dans le but de prévenir la dépression et l’anxiété ainsi que le décrochage scolaire, le programme Zenétudes : Vivre sainement la transition au collège2 (www.labomarcotte.ca) offre des outils pédagogiques et d’intervention pour les enseignants et les professionnels qui interviennent auprès des populations d’étudiants au cours de cette transition.

Volet 1 : la prévention universelle   

Zenétudes comprend trois volets ou niveaux de prévention. Le premier volet, celui de la prévention universelle, est utilisé en classe par les enseignants. Il vise le développement, chez les étudiants, des connaissances sur la santé mentale et sur la transition secondaire-collégial ainsi que l'apprentissage de stratégies préventives pour bien effectuer ce  passage. Le premier module du volet décrit les indicateurs du passage vers la vie de jeune adulte, tels que d’éviter de conduire en ayant consommé de l’alcool ou d’établir une relation d’adulte à adulte avec ses parents, et propose un exercice permettant aux étudiants de se situer quant à l’évolution de leur projet professionnel et de reconnaitre l’importance d’une bonne gestion de leur temps. Par une mise en situation, le deuxième module rend les étudiants capables de déceler les symptômes de la dépression et de l’anxiété, et de tirer profit des ressources disponibles dans leur collège. Finalement, le troisième module apprend aux étudiants l'importance de multiplier leurs activités plaisantes, et à utiliser une technique d’exposition graduelle pour faire face à une situation anxiogène ainsi qu’une technique de résolution de problème. Un objectif central de ce premier volet est de dépister les étudiants qui seront invités à participer aux autres volets du programme, c’est-à-dire ceux qui présentent des besoins pour lesquels le volet 1 n’est pas suffisant et qui nécessitent une aide plus intensive.

Volet 2 : la prévention ciblée-sélective

Le deuxième volet, celui de la prévention ciblée-sélective, prend la forme de deux ateliers  animés par des équipes mixtes de professionnels et d’enseignants auprès de sous-groupes de participants « auto-référés ». Il porte sur la gestion de l’anxiété et la prévention de la dépression. De courte durée et souvent offerts sur l’heure du midi, les deux ateliers comprennent chacun trois activités. Quand les blues m’envahissent, l’atelier portant sur la dépression, propose notamment des activités visant l’identification des distorsions cognitives ou pensées irréalistes associées à la dépression tout en transmettant à nouveau, comme dans le volet 1, des informations afin que le participant développe ses connaissances sur cette maladie. De son côté, Quand la peur m’envahit, l’atelier portant sur l’anxiété, comporte des activités similaires en plus d'initier les étudiants à la pratique de la pleine conscience. L’atelier peut être offert de façon préventive à des étudiants présentant des facteurs de risque de la dépression ou de l’anxiété sans pour autant en éprouver les symptômes, ou encore, servir d'introduction au volet 3 du programme.

Volet 3 : la prévention ciblée-indiquée

Le volet de la prévention ciblée-indiquée s’adresse spécifiquement aux professionnels de la santé mentale. Il propose, à des petits groupes de six à dix étudiants, dix rencontres animées par deux professionnels. Ce volet plus clinique inclut la totalité des quinze composantes de Zenétudes (tableau 1) alors que les deux premiers en comprennent  respectivement sept et six. Il vise les étudiants aux prises avec des symptômes d’anxiété ou de dépression.

Tableau 1. Composantes du programme de prévention Zenétudes

  • 1.    présentation du rationnel de l’intervention
  • 2.    identification des stress reliés à la transition secondaire-collégial et des enjeux de ce passage
  • 3.    sentiment d’appartenance au collège
  • 4.    développement des connaissances sur la dépression et l’anxiété
  • 5.    restructuration cognitive
  • 6.    activation comportementale et augmentation des activités plaisantes
  • 7.    réflexion sur le choix professionnel
  • 8.    gestion de l’anxiété
  • 9.    relations amoureuses
  • 10.    relations avec les parents
  • 11.     pratique de la pleine conscience
  • 12.     habiletés sociales, de communication, de résolution de problèmes et de gestion de conflits
  • 13.     stratégies d’étude
  • 14.     saines habitudes de vie
  • 15.     prévention de la rechute

À titre d’exemple, parmi les 36 activités proposées, celle nommée L’expérience souriante amène le participant à s’engager dans une prise de conscience des impacts positifs du fait de sourire. D’autres habiletés sociales sont aussi enseignées, telles celles associées au processus conduisant à entamer une conversation. Ou encore, en lien avec la composante traitant des relations amoureuses, l’activité Vivre d’amour et d’eau fraiche amène le participant à réaliser qu’un partenaire ne peut répondre à tous ses besoins affectifs. De leur côté, les activités ayant comme objectif l’apprentissage de la pratique de la pleine conscience sont présentées de façon hiérarchisée tout au long des dix rencontres. Visant d’abord l’acquisition de concepts de base tels que celui du pilote automatique, du moi pensant/moi observateur, ou encore, de l’effet rebond de la suppression des pensées, elles ciblent ensuite l’acceptation des émotions douloureuses. Le sentiment d’appartenance au collège est développé au moyen de l’identification des particularités de son établissement scolaire que le participant apprécie, en plus de favoriser l’engagement dans les activités parascolaires. Les modalités d’intervention sont multiples, variant de l’exposé – telle la présentation du rationnel visant à comprendre les fonctions de l’évitement dans l’anxiété – aux jeux de rôle, mises en situation et exercices à réaliser entre les rencontres.

Chacun des trois volets comporte un Manuel de l’animateur et un Cahier du participant. Les manuels  présentent le contenu du programme de façon très détaillée et explicite, afin de faciliter son utilisation. Pour le troisième volet, le Guide d’utilisation présente les paramètres d'une implantation optimale du programme. Il est notamment  fortement recommandé d’appliquer le programme dans son ensemble afin de maximiser son efficacité.

La recherche et les premiers résultats

L’élaboration du programme s’est déroulée dans le contexte d’une recherche-action. La première étape consistait en la passation d’un questionnaire auprès d’un échantillon d’étudiants de première année collégiale afin d’identifier les indicateurs de dépression, ainsi que les facteurs de risque (tableau 2) et de protection (figure 1). Jumelée à la recension des écrits sur les programmes de prévention, cette démarche a nécessité la constitution d’un comité consultatif composé d’enseignants et de professionnels qui ont examiné les contenus du programme en plus de procéder à des essais des versions pilotes. 

Tableau 2. Variables socio-démographiques, scolaires, sociales, familiales et personnelles les plus associées à la résilience3

  • Buts personnels
  • Attitudes dysfonctionnelles associées à la réussite et à la dépendance
  • Adaptation émotionnelle au collège
  • Buts professionnels
Zenetudes
Figure 1. Facteurs de risque de la dépression. Source : Laboratoire de recherche sur la santé mentale des jeunes en contexte scolaire (www.labomarcotte.ca)

Zenétudes fait actuellement l’objet d’une évaluation d’implantation afin de connaitre son efficacité. À ce jour, les résultats préliminaires pour les volets prévention universelle et ciblée-indiquée font ressortir la présence d’effets positifs du programme4. Le volet 1 a été implanté auprès de 497 étudiants de première année par une dizaine d’enseignants. Les résultats confirment que cette première intervention permet aux étudiants de réaliser des apprentissages en lien avec les stress associés à leur passage au collégial et de développer leurs connaissances sur  la dépression et l’anxiété. À titre d’exemple, les participants prennent conscience davantage qu’il est normal de se sentir « entre deux » au moment de la transition vers l’âge adulte, c’est-à-dire ni tout à fait un adulte, ni non plus encore un adolescent. De même, ils apprennent qu’il est préférable de faire face à une situation anxiogène plutôt que d’adopter des comportements d’évitement. Le volet 3 a également fait l’objet d’une collecte de données auprès de 64 participants à ce jour. Les résultats dont nous disposons actuellement confirment l’effet positif du programme sur les symptômes de dépression et d’anxiété, les différences entre les groupes témoins et ceux ayant reçu le traitement apparaissant dès le post-test pour la dépression et à la relance pour l’anxiété.

En conclusion

Ce programme de prévention a été conçu pour répondre à un besoin fréquemment exprimé par les professionnels et les enseignants du milieu collégial que nous avons côtoyés au fil des années : disposer d’outils concrets afin de se sentir plus à l’aise d’intervenir sur le plan de la santé mentale dans l’exercice de leur profession. L’objectif du programme est d’intervenir en amont, soit avant que les étudiants à risque ne développent un trouble de santé mentale. À cet égard, il a été démontré que la présence de symptômes est un fort facteur de prédiction du développement ultérieur du trouble de santé mentale, ce pourquoi il s’avère nécessaire d’intervenir dès l’émergence des premiers signes. Par la diminution des facteurs de risque associés à la dépression et à l’anxiété, ce programme facilite la transition secondaire-collégial de façon à diminuer le risque d’abandon scolaire. Les participants en arrivent ainsi à mieux connaître les problématiques que représentent les difficultés intériorisées que sont la dépression et l’anxiété, et à faire l’apprentissage de stratégies de prévention.

Note :

  • Ce programme a été conçu grâce à une subvention obtenue dans le cadre du programme Collaboration universités-collèges du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. L’Université du Québec à Montréal et le cégep de Sorel-Tracy ont collaboré pour réaliser ce projet.

Références :

  • American College Health Association. (2014). American College Health Association - National College Health Assessment II: Reference Group Executive Summary Spring 2014. Hanover: American College Health Association.
  • Daddona, M.F. (2011). Peer educators responding to students with mental health issues. New Directions for Student Services, 133, 29-39.
  • Marcotte, D., Viel, C., Paré, M.L., et Lamarre, C. (2016). Zenétudes 1 : vivre sainement la transition au collège. Programme de prévention universelle. Québec : PUQ. 102 pages, D4523, ISBN 978-2-7605-4523-6
  • Marcotte, D., Viel, C., Paré, M.L., et Lamarre, C. (2016). Zenétudes 2 : vivre sainement la transition au collège. Programme de prévention ciblée sélective. Manuel de l’animateur. Québec : PUQ. 39 pages
  • Marcotte, D., Viel, C., Paré, M.L., et Lamarre, C. (2016). Zenétudes 2 : vivre sainement la transition au collège. Programme de prévention ciblée sélective. Atelier 1 : Quand la peur m’envahit. Cahier du participant. Québec : PUQ. 11 pages
  • Marcotte, D., Viel, C., Paré, M.L., et Lamarre, C. (2016). Zenétudes 2 : vivre sainement la transition au collège. Programme de prévention ciblée sélective. Atelier 2 : Quand les blues m’envahissent. Cahier du participant. Québec : PUQ. 11 pages
  • Marcotte, D., Viel, C., Paré, M.L., et Lamarre, C. (2016). Zenétudes : vivre sainement la transition au collège. Programme de prévention ciblée indiquée. Manuel de l’animateur. Québec : PUQ. 200 pages
  • Marcotte, D., Viel, C., Paré, M.L., et Lamarre, C. (2016). Zenétudes 3 : vivre sainement la transition au collège. Programme de prévention ciblée indiquée. Cahier du participant. Québec : PUQ. 125 pages
  • Marcotte, D., Viel, C., Paré, M.L., Lamarre, C. (2015). Development of a prevention program for  first year college students presenting depressive or anxiety symptoms. Congrès ACHA, Orlando, mai.
  • Pirbaglou, M., Cribbie, R., Irvine, J., Radhu, N., Vora, K., & Ritvo, P. (2013). Perfectionism, Anxiety, and Depressive Distress: Evidence for the Mediating Role of Negative Automatic Thoughts and Anxiety Sensitivity. Journal of American College Health, 61(8), 477-483.
  • 1. Dadonna, 2011
  • 2. Marcotte, Viel, Paré et Lamarre, 2016
  • 3. Marcotte, D., A. Villatte et A. Potvin (2014). « Resilience Factors in Students Presenting Depressive Symptoms during the Post-Secondary School Transition », Procedia- Social and Behavioral Sciences, no 159, p. 91-95.
  • 4. Marcotte, Viel, Paré et Lamarre, 2015

Auteur(e)

  • Vincent Larivière et Stefanie Haustein
    Université de Montréal

    Vincent Larivière est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante, professeur adjoint à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal, membre régulier du CIRST et directeur scientifique adjoint de l’Observatoire des sciences et des technologies. Ses recherches portent sur les caractéristiques des systèmes de recherche québécois, canadien et mondial, et sur la transformation, dans le monde numérique, des modes de production et de diffusion des connaissances scientifiques et technologiques. Il est titulaire d’un baccalauréat en science, technologie et société (UQAM), d’une maîtrise en histoire (UQAM) et d’un doctorat en sciences de l’information (Université McGill).

    Stefanie Haustein est chercheuse postdoctorale à la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante de l’Université de Montréal et analyste de recherche pour la firme Science-Metrix. Ses travaux actuels portent sur l’utilisation des médias sociaux dans la diffusion des connaissances scientifiques et, plus spécifiquement, sur la signification des indicateurs – communément appelés altmetrics – basés sur de telles plateformes. Elle est titulaire d’une maîtrise en histoire, philologie américaine et sciences de l’information, et d’un doctorat en sciences de l’information de l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf en Allemagne.

Commentaires