Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
Jean-Philippe Waaub, Université du Québec à Montréal

En 1984, l'année de son décès, l'écologue et écologiste Michel Jurdant (1933-1984) publie un ouvrage phare, Le défi écologique.

En 1985, un nouveau prix Acfas venant souligner l'apport d'un ou d'une scientifique aux sciences de l'environnement portera le nom de Michel Jurdant.

En 1985, Jean-Philippe Waaub publie dans les Cahiers de géographie du Québec un article rendant hommage à l'homme et présentant Le défi écologique :  « Michel Jurdant : un écologue doublé d’un écologiste, un citoyen militant reconnaissant son pire adversaire, l’expert technocrate qui est en lui ».

En 2022, nous republions ici l'article de 1985, doublé d'une introduction de l'auteur qui revient sur ce texte, 37 ans plus tard.

Couverture du livre Le défi écologique
Édition de 1988.

Mai 2022

Michel Jurdant est décédé le 6 novembre 1984, il y a donc 38 ans. Il a laissé un héritage intellectuel et philosophique majeur, qui vit encore et qui a toute sa pertinence aujourd’hui.

À cette époque, je venais de terminer ma maîtrise sous sa direction, et je militais avec lui au sein des Ami·e·s de la Terre de Québec. Depuis, je suis devenu professeur au Département de géographie de l’UQAM. Son héritage a toujours été pour moi une source d’inspiration et de motivation. Dans le texte qui suit, je prends parfois la liberté de m’imaginer ce qu’il aurait pensé, dit ou fait.

Avec la méthodologie de l’inventaire du capital-nature, qui a évolué par la suite en méthode de cartographie écologique du territoire1 , il a fortement contribué à la géographie appliquée pour la gestion des socio-écosystèmes, de la biodiversité, des ressources forestières, de l’environnement et du territoire à tous les niveaux de perception. Cependant, il est assez incroyable que le cadre biophysique soit encore très largement sous-utilisé, voire inutilisé, pour les schémas d’aménagement du territoire des municipalités régionales de comté et pour les plans d’urbanisme. Les potentiels et contraintes des terres, et leur capacité de support pour différents types de développement possibles, devraient faire partie des analyses en vue de la prise de décision. Ils sont la plupart du temps ignorés, même si toute la société en paie le prix fort. Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Jurdant serait aujourd’hui indigné de constater que la question des décisions basées sur les connaissances est mise à mal dans une société où toutes les opinions sont bonnes à prendre et où, trop souvent, on ne tient pas compte des arguments scientifiques. Il serait aussi le premier à défendre l’idée que les décisions ne doivent pas être prises sur la seule base des connaissances scientifiques. En effet, la science vise la neutralité et l’objectivité avec tout son appareillage de validation, mais cet objectif est pour ainsi dire toujours à parfaire. De plus, elle évolue en permanence, et parfois même assez rapidement. Enfin, les connaissances traditionnelles, vernaculaires ou contextualisées sont aussi à considérer. Jurdant en appelait à la conscience et aux valeurs. Il est important, pour que ces dernières puissent être prises en compte, que les décisions soient coconstruites avec les acteurs de la société sans discrimination et dans un climat contributif. Lui qui était un ardent défenseur de l’engagement citoyen, y compris de celui des scientifiques, lutterait encore aujourd’hui pour assurer une saine démocratie participative en relais de la démocratie représentative. Il rappellerait que les personnes élues doivent rester connectées aux acteurs de la société afin d’assurer une représentativité sociétale et ainsi créer les conditions d’acceptabilité et d’adhésion pour des décisions perçues comme légitimes. Il est important que les personnes qui ne sont pas d’accord aient été non seulement écoutées, mais aussi entendues et respectées. Le monde a plus que jamais besoin d’experts avec une conscience, mais non de technocrates qui exécutent sans questionner, il a besoin d’être guidé par des valeurs dépassant la stricte rentabilité économique, financière et politique à court terme.

Même si de sages « anciens » ne baissent pas les bras et nous disent « Indignez-vous », « Révoltez-vous », ce sont les jeunes qui aujourd’hui secouent notre système productiviste obsolète. Ils font entendre leur voix, exercent leur liberté de choisir, et s’engagent dans le changement. Comme cela a été si bien dit : ce sont malheureusement les mêmes personnes qui se réunissent pour discuter des changements nécessaires; elles prononcent les mêmes discours; elles disent consciemment, voire en s’excusant, les mêmes mensonges; et, en plus, elles ne font rien, ou font si peu. Jurdant serait certainement avec les jeunes dans la rue aujourd’hui et apprécierait les slogans, les banderoles colorées et créatives, la pensée en dehors de la boîte, les initiatives spontanées. Il continuerait inlassablement et avec une énergie intacte à réclamer ce changement de société, radical (au sens de « à la racine »), révolutionnaire et non violent.

Nous avons, plus que jamais, et les outils et les moyens. Ce qu’il faut, c’est surtout une volonté politique. Il faut réduire le temps politique du passage à l’action. La société civile a alerté le monde au sujet des grandes crises actuelles interreliées, celles des changements climatiques, de la sixième extinction de masse, de la dégradation des terres, de l’alimentation, de la santé, etc. L’effort d’argumentation scientifique est en cours depuis plusieurs décennies. Beaucoup d’individus, d’organisations et d’entreprises visionnaires ont déjà commencé à mettre en place des solutions viables, et cela, contre vents et marées. Plutôt que de freiner l’innovation par l’inertie d’une technocratie engluée dans le « on n’a pas le choix », il faut l’encourager dans une perspective d’apprentissage, d’amélioration continue et de responsabilisation. Il n’y a pas de raison d’exiger que l’innovation pour une « écosociété » soit toujours un succès immédiat.

Je vous recommande sans modération la lecture ou la relecture de son livre Le défi écologiste. Outre certains éléments de contexte, ou des termes et expressions que nous n’utilisons plus aujourd’hui (il aurait d’ailleurs été le premier à revoir son texte en ce sens), tout est encore d’une actualité aussi brûlante que la planète elle-même.

Comme le disait Jurdant, attention à l’opportunisme politique, qui doit être dénoncé. J’ajouterais que les stratégies politiques nécessitent de bien comprendre notre monde complexe. N’oublions pas que des leaders écologistes sont toujours plus utiles en poste que brûlés sur la place publique. En cela, Jurdant avait très bien compris le rôle fondamental de l’engagement citoyen, et celui d’une société civile à la fois active et réactive sur laquelle les leaders politiques de l’écologisme pourront s’appuyer pour faire des gains. Le changement viendra-t-il brutalement avec des crises qui se multiplient, ou, bénéficiant de prédictions auto non réalisatrices, pourra-t-il se faire dans une transition en douceur? Pour l’instant, c’est la théorie du frigidaire qui semble s’appliquer : tant qu’il n’est pas vide, nous continuons à augmenter notre empreinte écologique.

Il n’est pas anodin que l’Acfas ait choisi, depuis 1985, de nommer un prix en l’honneur de Michel Jurdant afin de reconnaître ainsi l’excellence et le rayonnement des travaux et des actions d’universitaires dans le domaine des sciences de l’environnement. Félicitations aux récipiendaires à travers le temps! Pour ma part, je souhaiterais que l’Acfas puisse davantage souligner l’importance de leur conception interdisciplinaire des sciences de l’environnement et la portée sociétale de leurs travaux et actions. 

 

Avril 1985

Michel Jurdant : un écologue doublé d’un écologiste, un citoyen militant reconnaissant son pire adversaire, l’expert technocrate qui est en lui

Waaub, J.-P. (1985). Michel Jurdant : un écologue doublé d’un écologiste, un
citoyen militant reconnaissant son pire adversaire, l’expert technocrate qui
est en lui. Cahiers de géographie du Québec, 29(76), 137–145.
https://doi.org/10.7202/021702ardfasdasd

Le citoyen

Parler de Michel Jurdant dans une revue scientifique, lue en grande majorité par des experts ou futurs experts de la géographie, semble caricatural car lui-même aurait considéré rendre mieux service à la collectivité en s'exprimant via des médias d'information à large diffusion ou en agissant concrètement dans la société. Néanmoins, en sollicitant cette contribution les Cahiers souscrivent à l'idée que la science est indissociable d'un projet de société et inséparable de l'usage social qu'on en fait. Y aurait-il ici un espoir de voir accorder une place à la sensibilité, à la conscience sociale et à l'intuition à côté de la « rationalité objective » des « vrais » scientifiques ?

Michel Jurdant est décédé le mardi 6 novembre dernier. Personne ne peut néanmoins dire qu'il est mort car il y a des hommes qui ne meurent pas. Son empreinte dans la société québécoise et particulièrement dans la mémoire de tous ceux qui l'ont connu, aimé, contesté, rencontré... est suffisamment bien marquée au
plus profond d'eux-mêmes pour qu'ils le sentent bien vivant. 

Bien sûr, il était un écologue de renommée internationale. Il a mis au point une méthode d'inventaire écologique appliquée aux besoins de l'aménagement et de la planification du territoire, bien connue sous le nom d'inventaire du « Capital-Nature » (Jurdant et al, 1977). Il en a démontré le caractère opérationnel et la possibilité d'application quasi universelle. Son application sur une grande partie du territoire québécois : Saguenay-Lac-Saint-Jean, Baie James, Côte-Nord... et même à l'étranger : Grèce, Nicaragua, est là pour en témoigner. 

Mais il était plus qu'un simple expert en écologie, il était avant tout un citoyen conscient et militant, un homme de contestation et de défi. Il se battait pour faire prendre conscience que les problèmes de la société forment un tout indissociable et que des changements ne sont possibles qu'à partir d'une remise en question globale au sein d'un projet révolutionnaire. Ainsi, sa vie publique de militant écologiste a débuté à l'automne 1973 avec « le problème de la Jacques-Cartier ». Sa démission fracassante, quelques années plus tard, de la direction du Service des études écologiques régionales à Environnement Canada a marqué son refus de continuer à jouer un rôle d'expert écologue rassurant la population sur le sort de l'environnement. Il refusait de cautionner en silence des politiques telles que celle amenant un assassinat socio-culturel des autochtones de la Baie James.

Portrait de Michel Jurdant, vers 1980
MIchel Jurdant, vers 1980. Source : Micheline Vincent Jurdant.

Michel Jurdant prenait ainsi position publiquement dans les journaux, à la radio, à la télévision, dans des conférences... sur tous les sujets brûlants de l'actualité. Et encore aujourd'hui plus d'un, face aux scandales quotidiens perpétrés par notre mode de vie confortable, devant la mort par famine de milliers d'Éthiopiens, doit se dire en son for intérieur: Jurdant se serait sûrement insurgé contre ce monde absurde, il aurait sûrement tiré parti de l'occasion pour nous faire prendre conscience de notre responsabilité collective face au pillage du Tiers-Monde. 

Sa réflexion écologique et politique s'enrichissait sans cesse au fur et à mesure des remises en question et des discussions. Elle se nourrissait à même les racines de ceux que Jurdant a appelés plus tard les « nouveaux prolétaires », les « exclus de notre société productiviste », « les assistés sociaux et les chômeurs chroniques, une multitude de femmes, de jeunes, de vieillards, de travailleurs à temps partiel rétribués sous le seuil de l'assurance-chômage, d'autochtones, d'handicapés, de minorités ethniques.» (1984, p. 218-219). C'est aussi elle qui l'avait déjà poussé à sortir des rangs en publiant, en 1976, Les insolences d'un écologiste. Il a enfin été, à cette époque, un des fondateurs des Ami-e-s de la Terre de Québec, premier mouvement populaire au Québec à défendre une écologie sociale et politique plutôt qu'environnementaliste. Les tribulations du mouvement au fil de ses luttes lui ont toujours beaucoup tenu à cœur. Son inquiétude, sa peur: ne pas réussir à communiquer, à rejoindre « le vrai monde », les citoyens et citoyennes. Le mouvement continue plus fort que jamais, en pleine émergence d'une convergence des alternatifs au Québec, qui pourrait bien déboucher sur un parti politique ECOLO. La réflexion théorique fait son petit bonhomme de chemin : ainsi après diverses approximations successives, les Ami-e-s de la Terre et Michel Jurdant, dans un manifeste prenant la forme d'un petit livre vert, se prononcent pour une société autogestionnaire, antiproductiviste, écologiste, autonome, libertaire et tiers-mondiste (Ami-e-s de la Terre de Québec, 1983). 

Michel Jurdant s'est aussi lancé corps et âme dans un défi de taille pour un militant écologiste bardé de diplômes universitaires: enseigner à l'Université. Sa propre fille l'avait regardé, horrifiée, se lancer dans la lutte et lui avait dit « Voyons papa, tu ne tiendras pas le coup, tu seras bien trop malheureux dans cette boîte » (1984, p. 274), mais le défi fait vivre l'homme, sublime en lui l'énergie dont il dispose. Conscient d'entrer dans la tour d'ivoire productrice d'une élite détenant le pouvoir par le savoir et « élevée au-dessus de la masse », Michel a eu énormément de mal à mettre en pratique ses idées révolutionnaires. Et pourtant, il est arrivé à faire admettre que ses cours soient autogérés par l'ensemble des étudiants. Il a convaincu les sceptiques de la validité de l'autogestion des cours en la rendant réelle et efficace. 

De plus, pour lui, l'Université étant un lieu de partage et de transmission de connaissances, elle doit précisément s'ouvrir au public et jouer un rôle d'éducation populaire permanente. Les citoyens sont d'ailleurs à plus d'un égard des personnes ressources dont les expériences, le vécu, les pratiques quotidiennes... sont matières à apprentissage et à réflexion. Cet esprit fera son chemin, j'en suis sûr, même si, comme le disait Jurdant, « quelques grosses têtes préfèrent évidemment la compétition et la méritocratie » (1984, p. 225). Bien des efforts restent néanmoins à faire comme peut en témoigner, à titre d'exemple, la suppression de « l'extension de l'enseignement » moyen par lequel les citoyens pouvaient jusqu'à l'année dernière suivre des cours à l'Université Laval, à prix modique (une vingtaine de dollars pour 45 heures de cours). Ici encore Jurdant n'avait pas hésité à se mettre en marge, à ruer dans les brancards pour pallier ce manquement grave de l'Université. La lutte n'est pas terminée et nous sentirons encore Jurdant au milieu des débats. Ce n'est pas tout, la conviction de la justesse de son message le faisait participer à toutes les actions concrètes possibles : au cœur des débats sur le programme forestier québécois, luttant pour la paix en proclamant que « le simple fait de désirer politiquement le maintien de notre niveau de vie est un acte de violence au même titre que la course aux armements» (1984, p. 280), s'impliquant dans la rédaction de la revue «Idées et pratiques Alternatives», démissionnant du syndicat des professeurs de l'Université Laval car il était opposé «à un syndicalisme corporatiste de classe dominante» (1984, p. 351), n'hésitant pas à s'absenter de l'Université pour se mettre au service du peuple nicaraguayen en travaillant dans un programme de mise en valeur des terres patronné par le SUCO, et témoignant encore le dimanche avant sa mort de ce qu'il avait vu là-bas, en animant une soirée spéciale organisée à l'occasion du déroulement des élections du Nicaragua.

Ses engagements constituent autant de flambeaux qu'il nous faudra aujourd'hui porter un peu plus loin pour continuer d'éclairer le grand tunnel noir dans lequel nous sommes de plus en plus précipités par la société actuelle. Saurons-nous trouver les forces pour nous arrêter avant la catastrophe et prendre les commandes en tant que citoyens responsables et autonomes? Saurons-nous faire les choix nécessaires à notre propre survie en tant qu'espèce sur la planète? C'est encore dans l'espoir de nous faire prendre conscience de la nécessité d'une réflexion globale sur les causes réelles et profondes de la « crise » que nous traversons, et de nous donner l'ébauche d'un outil pour nous en sortir que Michel Jurdant vient d'écrire Le défi écologiste (1984) dans lequel il a mis le meilleur de lui-même, la totalité de son expérience d'expert, de scientifique, de professeur, de militant, de citoyen, d'être humain vivant avec ses tripes et son cœur. Heureusement pour nous, il venait juste de réaliser les dernières mises au point nécessaires à la parution de son ouvrage qui est sorti en librairie à la mi-novembre. Malheureusement, il ne sera pas là pour connaître les commentaires qu'il aura suscités et pour continuer à relever le défi. En pleine course, il nous laisse avec ce livre qui tient lieu de témoin de relais. Jusqu'où à notre tour irons-nous le porter? Serons-nous pressés nous aussi comme lui, «ne serait-ce qu'à cause du massacre des 50 millions de gens qui meurent de faim par notre faute, en tant que citoyens responsables vivants dans un pays qui a sa très large part de responsabilité dans ce drame » (1984, p. 418).

Son livre : Le défi écologique

Dès l'avant-propos Michel Jurdant met le lecteur en garde contre l'opportunisme politique dont les partis en place ont déjà commencé à faire preuve face à l'écologie. Il s'en démarque clairement. Il souligne aussi ce qu'il espère que chacune des « catégories » de lecteur trouvera dans le livre et les prévient, en s'en excusant, de son style très personnel. C'est dans les lettres terminant chacun des 28 chapitres de ce livre qu'il dit déposer au vestiaire tout son côté rationnel et libérer ses tripes. Enfin, le but du livre est « bien plus de sensibiliser et de conscientiser que de démontrer » (p. 14). Il part tout de même à la recherche des causes sociales profondes du malaise de notre société et œuvre pour que l'écologisme apparaisse clairement comme un « mouvement social susceptible d'offrir une alternative politique pour tous les Québécois » (p. 15). 

Le premier chapitre ne laisse aucun doute au lecteur sur l'idée qui sert de fil conducteur dans le livre: « Formuler un projet révolutionnaire » (p. 17). Les peuples ont la force de réagir face au pouvoir ne répondant plus aux besoins des gens. Les Québécois devenus « une bande de consommateurs programmés par les experts de la production » (p. 19) peuvent relever le défi de transformer leur faiblesse en force, en prenant conscience qu'il est grand temps de réagir à la « crise ». Le défi, c'est aussi de se tourner vers un véritable progrès axé sur plus de liberté individuelle, plus de culture, une meilleure santé physique et mentale, moins de violence, plus de joie et de justice. L'option des écologistes: « rompre avec l'efficacité technique et avec la rationalité économique qui sont à l'origine du pouvoir qui empêche les humains de vivre en harmonie avec la nature » (p. 24). 

La première partie traite du « monde de la surabondance au bord de l'absurde » (p. 29). De façon à camper la problématique écologiste globale, la société industrielle est tout d'abord démystifiée à partir de ses caractéristiques négatives les plus flagrantes, mais en général bien camouflées. Cette société est utopique dans sa recherche du bonheur par la croissance matérielle, de l'équité par la croissance économique, et du progrès par la science. Il s'agit véritablement de refuser « cet avenir piégé » (p. 41). La crise écologique se caractérise par six principaux aspects: la surpopulation, l'épuisement des ressources naturelles, la pollution, les nuisances spatiales, les nuisances morales et les injustices écologiques. Toutefois, il faut faire la distinction entre écologie et écologisme. L'écologie est la science unifiant nature et société par «la compréhension globale des phénomènes impliquant les relations multiples entre les êtres vivants, y compris l'être humain, et leur environnement biophysique et social » (p. 64). L'écologisme, quant à lui, se définit plus comme « mouvement, comportement, façon de vivre, philosophie, éthique, théorie politique, projet de société, ou tout cela à la fois, qui propose et expérimente de nouveaux modes de vie, sur les plans individuel, économique, culturel et politique, qui garantissent l'épanouissement et la souveraineté à la fois de tous les écosystèmes et de tous les êtres humains de la Terre » (p. 68-69). L'écologisme insiste beaucoup sur l'aspect « mouvement social » à la différence des mouvements contre-culturels, environnementalistes et éco-progressistes. 

Enfin, les grands principes de l'écologie indispensables à l'analyse des croissances contreproductives des sociétés productivistes et à la définition d'un projet de société écologiste sont : la diversité, l'autorégulation, la sagesse et l'équité.

 « La croissance de la destruction des ressources de la nature » est abordée dans une seconde partie (p. 87). L'énergie, l'eau, la forêt et l'agriculture sont gaspillées dans les sociétés productivistes. De plus, nous sommes collectivement responsables de la dégradation et du pillage de ces ressources dans le Tiers-Monde. 

Ainsi, une crise réelle de l'énergie touche le Québec. Le gaspillage fait partie de notre vie quotidienne. Alors que la forêt québécoise aurait une place importante à prendre aux niveaux énergie et emploi, nous nous lançons dans la voie dure de l'électro-société. Quant à la technologie nucléaire, sa plus grande nuisance est de mettre en place de nouveaux instruments de pouvoir. L'alternative est sociale et tournée vers un maximum d'autonomie et doit commencer par la tenue d'un débat sur l'énergie, réellement public, traversant aussi la réalité sociale, culturelle et écologique. 

En ce qui concerne l'eau, le problème de la pollution est énorme et l'influence du mode de développement sur celui-ci est déterminante. Les stratégies proposées par les technocrates (rentabiliser la lutte anti-pollution) et les écologistes (modes de vie alternatifs) s'opposent clairement.

La foresterie industrielle est génératrice de gaspillage et de sous-emploi. Elle doit être remplacée par une foresterie relevant d'un projet collectif et basée sur une stratégie d'écodéveloppement. Bien sûr, les ingénieurs forestiers sont en conflit d'intérêts avec un tel projet. 

L'agriculture industrielle entretient des mythes (surpopulation, aléas climatiques et productivité). L'agro-business l'entraîne dans un gaspillage énergétique et biologique. Elle crée une situation de sous-emploi croissant et enfin, elle installe les pays du Tiers-Monde vers lesquels nous exportons notre mode de vie, dans une situation de dépendance alimentaire qui représente une véritable arme pour les pays nantis. L'agriculture écologique n'est pas seulement biologique, mais relève d'un projet global.

Enfin, ces problèmes fondamentaux ne sont encore l'objet que du souci de rentabilité économique et réduits à leur simple dimension environnementale par une technostructure bien à l'abri dans « un ministère de l'environnement » rassurant les citoyens à coups répétés d'études d'impact. L'alternative est la mise en pratique d'une stratégie d'écodéveloppement impliquant concrètement les citoyens dans une planification écologique du territoire et des ressources dont un élément de connaissance des écosystèmes serait un inventaire du « Capital-Nature » (p. 164). 

La troisième partie concerne « la croissance de la dégradation de la vie humaine » (p. 173). Les quatre grands principes énoncés dans la première partie sont ici l'outil d'analyse de la science, du travail, du pays, de la santé, de l'école et de la violence. 

Pas drôle la science et la technologie qui nous disent « on n'a pas le choix » (p. 176) et qui prétendent être neutres tout en manifestant un autoritarisme interdisant toute dissidence en leur sein. Pas étonnant non plus si on regarde la tour d'ivoire dans laquelle les scientifiques se gratifient et se jugent entre eux. Ne nous laissons pas embobiner par la dictature technologique et libérons l'avenir en remplaçant le modèle technologique lourd par un modèle doux. Dotons-nous d'une politique de recherche scientifique écologiste par rapport à une science sans conscience. 

Pourquoi perdre sa vie à la gagner et considérer le travail comme une simple marchandise? La nature des productions doit être évaluée en se servant de leur valeur d'usage. Les moyens de production doivent éviter la déqualification du travail et être collectivisés. Que les syndicats fassent une place aux « nouveaux prolétaires » (p. 218) et défendent le partage séparé du travail et du revenu ! 

On assiste à un véritable assassinat des régions. Le milieu rural, considéré comme simple milieu de production de ressources, se vide inexorablement. Arrêtons de nous concentrer dans des villes asphyxiées, rendues « circulables », mais non habitables. Reconnaissons la nécessité vitale de localiser le pouvoir en région, y créant ainsi le lieu d'une société autonome. Réhabilitons les quartiers et les villages comme entités sociales de participation des citoyens. Demain nous assisterons à l'exode urbain si nous prenons le parti d'une société antiproductiviste et, « Tant vaut le village, tant vaut le pays » (p. 231). 

La santé nous échappe. Rendus tributaires d'une santé médicalisée et d'une industrie pharmaceutique dont le caractère mercantile est en conflit avec la santé, nous devons nous tourner vers une médecine douce assurant « la qualité pendant la vie » (p. 258). 

Quelle est donc cette école qui hiérarchise la société en étant le bastion éducatif de la méritocratie, valorisant « l'intelligence » au détriment de la sensibilité, la conscience sociale et l'intuition, produisant des experts vendant leur savoir et prenant le pouvoir? Quelle trahison de la part d'une institution qui devrait être une école de la vie, rendant l'individu autonome et non pas moulé à la société complexe. 

Enfin, face au problème de l'escalade de la violence rendue inévitable du fait même du productivisme, il faut arrêter de succomber à un pacifisme primaire se nourrissant d'une morale de la peur qui s'effrite vite, et reconnaître la voie d'un pacifisme politique luttant pour une société dans laquelle les armes sont inutiles et qui s'appuie sur la défense populaire non violente contre les oppressions internes et externes. Dans une quatrième partie, Jurdant traite de la « croissance des inégalités entre les humains » (p. 285). « La société productiviste maintient les privilèges de ceux qui lui sont utiles, au détriment de tous les autres évidemment » (p. 285). Qui sont-ils justement ces autres, ces « spectateurs sans aucun pouvoir »?

  1. La femme-objet récupérée dans ses luttes par le productivisme dans la mesure où celles-ci passent par l'acquisition des valeurs phallocratiques alors qu'un féminisme politique, visant la destruction du pouvoir par les femmes en faisant la promotion des valeurs « féminines », revendique les différences. L'éco-féminisme propose de s'épauler mutuellement pour libérer chez l'homme tout ce qu'il peut avoir de féminin au fond de lui et qui a été brimé.
  2. L'enfant-oublié au sein de familles nucléaires, véritables cellules isolées de la communauté, où souvent l'absence du père est soulignée par la présence continue de la mère. Redonner à la famille son rôle de communauté de vie en tournant le dos au productivisme qui en a fait un « modèle rentable » (p. 300) est un autre défi.
  3. Le jeune, qu'on dit cynique dès qu'il fait mine de refuser de se laisser programmer, à qui on inculque l'obsession du diplôme, passeport indispensable pour la « bonne situation » garantissant la jouissance des bienfaits de la société, en même temps qu'on lui apprend à accepter sa situation si il rate sa « chance ». Ce jeune finit par ne s'intéresser à rien d'autre qu'au strict lendemain puisqu'il n'a pas d'avenir.
  4. Le vieillard « inutile » qu'on met au rancart dans un hospice a aussi son rôle à jouer dans une société « écologisée ».
  5. Le Tiers-Monde est prolétarisé par l'exportation de notre mode de vie ou assiégé s'il choisit la liberté de donner la priorité à une autonomie austère.
  6. Enfin, les autochtones, dépossédés de leur territoire, de leur culture et des moyens d'en jouir, revendiquent un système « d'échange égal » (p. 321).

La cinquième partie traite de « la croissance du pouvoir technocratique » (p. 325). « L'abandon du citoyen,... découle d'une prise en charge de plus en plus grande de tous les aspects de sa vie par les institutions et les experts » (p. 325). Ainsi, ces derniers sont les adversaires principaux d'un projet de société alternative. D'ailleurs, la politique est devenue un véritable spectacle organisé dont tout le monde connaît la fin, n'intéressant plus personne, au grand bénéfice des technocrates qui consolident ainsi leur pouvoir. Le capitalisme ou le socialisme sont incompatibles avec l'écologisme car ils sont tout autant productivistes. Mais pour que puissent s'exprimer les alternatifs, il faut qu'on assiste à une réforme du mode de scrutin en faveur d'une « représentation proportionnelle régionale modérée » (p. 335). Les technocrates détiennent le véritable pouvoir. Ils programment nos besoins, nous prennent en charge dans l'illusion de la liberté. On assiste bel et bien à l'émergence d'une « nouvelle classe dominante » se défendant par un syndicalisme corporatiste honteux face à la notion de syndicat elle-même (p. 344). Sa position de force: «la croyance (de bonne foi) que les décisions basées sur la science et la technique n'ont pas le caractère subjectif, aléatoire et autoritaire des décisions politiques » (p. 346). L'écologisme, en prônant la simplicité des besoins (priorité de l'être sur l'avoir), défend le politique réellement démocratique et lui subordonne le technique et le scientifique.

La révolution écologiste est abordée dans une sixième partie (p. 353). « L'écosociété » choisit la diminution de la dépendance à l'égard des produits industriels et un virage féminin plutôt que technologique, mais attention au piège de la société de conservation débouchant sur un « écofascisme de la survie » (p. 368). Les adversaires sont les technocrates! Bien sûr, la convergence alternative prend forme petit à petit, certains « vivent autrement », mais elle est encore assez nébuleuse ». Ses principales faiblesses: un but commun encore imprécis, une réflexion théorique débouchant sur un projet de société méprisée au profit de l'action ponctuelle. Quatre points de cohérence : le rejet de la société de consommation et du productivisme, le refus d'un « amen » à la science et la technologie, la lutte contre le pouvoir technocratique, la recherche et l'expérimentation de nouveaux modes de vie. Le mouvement écologiste québécois souhaite et participe activement à cette convergence. Il n'est pas le seul : « les Évêques virent au vert » (p. 378). 

Le programme politique écolo a six axes principaux: l'autogestion, l'antiproductivisme, le modèle technologique doux, la souveraineté des communautés de base, l'autonomie de la société civile, la solidarité à l'égard du Tiers-Monde. Des dizaines de propositions concrètes dans tous les domaines clés viennent ensuite concrétiser ces axes. Néanmoins, les risques d'un parti politique écolo sont grands, et un mouvement écolo pourrait pour le moment servir d'agence de regroupement des mouvements sociaux, amorcer des stratégies politiques et, à l'occasion, présenter des candidat-e-s aux élections. 

Que faire? C'est ici, pour terminer, que Jurdant nous passe le relais: «la faiblesse devient force quand naît la conscience » (p. 412), « penser globalement, agir localement » (p. 413).

 Quelques commentaires

La parution du livre à la mi-novembre, juste après la disparition subite de son auteur, ne m'a pas vraiment laissé le temps (en ce début décembre), de « digérer » ce qui constitue une véritable réflexion globale sur notre société. Avant d'en faire une critique plus poussée, je pense qu'il faut qu'un peu de temps passe. Plusieurs après avoir lu le livre ressentiront sûrement, comme moi, le besoin d'y revenir.

Ainsi, il s'agit bien d'une œuvre originale à plus d'un égard. Tout d'abord, en ce qui concerne cette réflexion approfondie sur la société, il est véritablement émouvant et fascinant de lire les lettres de fin de chapitre dans lesquelles l'auteur parle avec ses tripes et avec son cœur et laisse sa rationalité au vestiaire. Quel courage, tant de le dire que de le faire, et quelle leçon ! 

L'autre élément original est l'analyse de la société avec la grille de l'écologie et de ses principes fondamentaux. L'alternative et le défi font partie intégrante de cet écrit à bien d'autres points de vue. Je mentionnerai entre autres l'utilisation de l'énergie et de la valeur d'usage comme moyen d'exprimer les faits et d'en comparer différentes facettes, et l'utilisation d'une typologie du travail, révolutionnaire ne fut-ce que par la prise de conscience qu'elle oblige de la part du lecteur à l'égard de cette valeur dont on nous présente ordinairement toujours la même face. 
L'avant-propos et le premier chapitre définissent clairement la portée et les limites de l'écrit, en précisant son but, l'option qui y est défendue, la démarche qui est mise de l'avant, et même les travers que l'auteur avoue lui-même. Il s'agit cependant d'un apport considérable à la réflexion soutenant l'écologisme. Bien sûr, certains lecteurs, probablement les plus militants, resteront un peu sur leur faim s'ils veulent trouver dans chaque chapitre une démonstration classique, du « pour » et du « contre » débouchant sur « la » solution. En fait, le livre représente un effort considérable pour être accessible au plus grand nombre. C'est probablement pour cela que Jurdant a délibérément choisi de « sensibiliser et conscientiser plutôt que de démontrer » (p. 14), de fournir « un outil » (p. 338), «de stimuler l'imagination » (idem). Il serait d'ailleurs contraire à l'esprit même du livre que l'auteur s'impose « en expert ». Jurdant a d'ailleurs bien évité ce piège. Un exemple instructif à l'égard des difficultés de langage inhérentes à un mode d'expression permettant mal à la « sensibilité, l'intuition et la conscience sociale », d'avoir leur place (p. 269), consiste à dire que la société productiviste remplace le paysan par l'agronome. Cette expression n'est pas le souhait d'un retour en arrière «au bon vieux temps des paysans » mais plutôt la dénonciation de la prise en main de l'agriculture par des agronomes. Dans l'écosociété, il n'y aurait ni paysan, ni agronome, mais des « paysans-agronomes ». Jurdant est aussi très cohérent avec lui-même en ce qui concerne l'argumentation « économiste » qu'il refuse: « rompre... avec la rationalité économique... telle est l'option les écologistes » (p. 24). Cela ne lui a toutefois pas fait oublier l'importance des questions du revenu et du travail, bien au contraire! Ces questions ont d'ailleurs gagné à être traitées autrement que par le biais de leur valeur marchande. 

Michel Jurdant a aussi pris grand soin de rendre crédible le projet écologiste en n'hésitant pas à donner un tas de recommandations, de mesures concrètes, et de politiques à suivre pour aboutir à une écosociété, ou qui seraient applicables dans une telle société. Remarquons toutefois qu'on ne voit pas toujours très bien la limite entre ce qui caractérise la lutte contre la société productiviste et ce qui relève du fonctionnement de l'écosociété même. De plus, on sent très bien que l'auteur possède à fond les dossiers dont il parle, du fait de leur mise à jour continuelle durant toute une vie d'intérêt soutenu sur ces questions. On peut aussi percevoir que Jurdant s'est mis à l'écoute du monde non seulement par les livres, mais aussi par son vécu, avant de se mettre à écrire, et c'est sûrement à cause de cela que le livre est « vivant » et « vrai ».

Michel Jurdant avec son « style bulldozer », comme il le dit lui-même (p. 13), ne ménage rien; sa conviction de la justesse de son propos ne l'y incite pas, le rend parfois agressif, incisif, désagréable diront certains. Toutefois, il possède un solide sens de l'humour et il a su le plus naturellement du monde le dispenser dans son livre et ainsi soulager un peu la tension et l'angoisse montante au fil des chapitres. Ses petites notes infrapaginales en constituent de nombreux exemples. 

Je tiens néanmoins à signaler quelques travers, relativement mineurs à mes yeux. Tout d'abord, les exemples du type « paysan grec vivant comme autrefois » donnent un ton de nostalgie qui peut agacer le lecteur par endroit, même si l'auteur a choisi délibérément de parler de son vécu. Il précise bien que ces illustrations l'ont beaucoup touché, lui qui possède des racines fortes l'attachant à la terre et à ses productions que sont la forêt et l'agriculture. Ces illustrations ne sont en fait qu'une facette des alternatives possibles (p. 110). Certains exemples ne servent pas nécessairement au mieux la raison pour laquelle ils sont avancés; ainsi en va-t-il dans le chapitre sur l'énergie où le lecteur doit déjà avoir fait une démarche personnelle assez poussée pour comprendre le rapport qui existe entre le gaspillage honteux d'énergie fossile d'une voiture « Trans-am » et le manque d'énergie alimentaire dans le Tiers-Monde. La réaction spontanée, bien qu'assez primaire il faut l'avouer, sera : « la Trans-am au garage, l'Éthiopien n'aura toujours pas à manger ». C'est vrai, si on en reste là! Productivisme et tiers-mondisme ne sont pas compatibles : pour le comprendre, il faut être prêt à poser les choix fondamentaux de l'écosociété et, à la page 95, il semble encore trop tôt pour supposer que le lecteur soit prêt. 

Défaut ou qualité, Jurdant ne ménage pas certains de ses adversaires et en particulier Robert Bourassa. Celui-ci est nommément pris à parti à travers tout le livre. Ce parti pris est un choix qui fera sourire ou qui choquera plus d'un lecteur. Toujours est-il que ça donne du piquant ! Défaut toujours, ou compromis pour mieux convaincre, l'auteur cite ceux-là mêmes qu'il dénonce, des experts, tels Pierre Dansereau, le rapport Global 2000, l'Organisation internationale du travail, la Banque mondiale, pour étayer son propos. De plus, il se sent obligé de donner une quantité de données chiffrées qui n'apparaissent pas indispensables à ceux qui auraient une « connaissance » intuitive des choses. Ces données rejoindront néanmoins peut-être mieux les lecteurs habitués au style d'argument « les statistiques sont contre vous ». Un aspect me laisse sur ma faim: trop peu de place est laissée à l'explication des éléments potentiellement négatifs de l'écosociété, à ses faiblesses! J'en ai découvert quelques-unes, notamment dans l'expression de ce que serait le programme écolo : le danger de mettre sur pied un appareil de contrôle trop lourd, ou des mesures d'interdiction qui ne seraient que des vœux pieux, la persistance de certains « vices de fabrication» à connotation productiviste tels que la création d'une commission composée de praticiens en médecine douce chargée d'établir la liste des techniques «admissibles» (p. 395) ou encore le recours à «des analyses strictes dans des laboratoires officiels» (idem). En fait mon imagination fonctionne déjà, bravo Jurdant, ton but est atteint! En terminant, je tiens à témoigner ici du côté particulièrement émouvant du chapitre « Une santé qui nous échappe », quand on sait à quel point elle lui a échappé à lui, pourtant conscient, comme en témoignent ses paroles à son beau-père (p. 261) : « éviter que se répète cet intermède idiot de 1975 où j'ai failli y rester, terrassé par cet infarctus qui n'était autre chose que la conséquence d'un mode de vie particulièrement stressant ». Il croyait s'en être débarrassé, mais bien vite, son enthousiasme, sa volonté d'aller à contre-courant, son tempérament de lutteur, lui ont fait reprendre la mer. 

Ce maudit stress nous emportera peut-être nous aussi puisque les maladies cardio-vasculaires sont la plus importante cause de mortalité au Québec, avec le cancer et les accidents d'automobile. À moins que... ? En fait, ce que nous a laissé Michel Jurdant est plus qu'un livre, c'est un véritable ami, il respire, parle, crie, doute, pleure, espère, se révolte, il a des qualités et des défauts, mais surtout, en plus d'apporter quelque chose à celui qui le lit, on le sent profondément à l'écoute des autres. Ainsi, comme un ami, il réchauffe le cœur de tous ceux et celles qui savent encore sentir.

Sources citées
  • JURDANT, Michel (1976) Les Insolences d'un écologiste. Montréal, Boréal Express, édition revue et augmentée en 1981, 122 p.
  • (1984) Le défi écologiste. Montréal, Boréal Express, 428 p.
  • JURDANT, M., BÉLAIR, J.L, GÉRARDIN, V. et DUCRUC, J.P. (1977) L'inventaire du Capital Nature. Ottawa, Environnement Canada, série Classification écologique n° 2, 202 p.
  • LES AMI-E-S DE LA TERRE DE QUÉBEC (1983) Manifeste écologiste pour une société autogestionnaire, antiproductiviste, écologiste, autonome, libertaire, tiers-mondiste. Québec Éditions Mains Nues, 63 p.

  • Jean-Philippe Waaub
    Université du Québec à Montréal

    Jean-Philippe WAAUB est titulaire d’un doctorat en aménagement (Université de Montréal, 1993), d’une maîtrise en aménagement du territoire et développement régional (Université Laval, 1984), et d’un diplôme d’ingénieur agronome (Faculté des sciences agronomiques de l’état, Gembloux, Belgique, 1981). Depuis 1993, il est professeur au département de géographie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) (titulaire depuis 1999). Il est membre du Groupe d’études interdisciplinaires en géographie et environnement régional (GEIGER, UQAM). DE 1994 à 2020, il a été membre du Regroupement stratégique (FRQNT) Groupe d’études et de recherche en analyse des décisions (GERAD ; HEC Montréal ; Polytechnique Montréal ; McGill ; UQAM), et en a été le directeur de 2011 à 2015. Il a aussi été Vice-doyen à la recherche de la Faculté des sciences humaines de l’UQAM de 2017 à 2020. Ses recherches, menées au Québec, y compris en collaboration avec les Premières Nations, au Canada, en Europe, en Afrique, et dans les Caraïbes portent sur les systèmes d’évaluation environnementale (ÉES, ÉIES, suivi, audit, participation, processus et outils adaptés), les outils d’aide à la décision appliqués à la gestion du territoire, des ressources et de l’environnement (aide multicritère; systèmes intégrés d’aide à la décision; systèmes de soutien à la décision de groupe; participation des publics), et la planification énergétique et environnementale.

Vous aimez cet article?

Soutenez l’importance de la recherche en devenant membre de l’Acfas.

Devenir membre Logo de l'Acfas stylisé

Commentaires

Dans ce dossier, pendant l’année du 100e de l’Acfas (mai 2022 à juin 2023), le Magazine présentera la recherche sous une perspective évolutive.

On voit ici le laboratoire d’anatomie-pathologie et de bactériologie de la Faculté de médecine de l’Université Laval, amorçant ses activités en 1914. Source : Archives de la Faculté.

Logo de l'Acfas stylisé

Infolettre