Aller au contenu principal
13 novembre 2020
Valérie Hervieux
Université Laval

Se réunir à vélo

Saviez-vous qu’au travail on passe en moyenne 36,5 h par semaine en position assise1? Les réunions de travail, qu’elles soient virtuelles ou en présentiel, sont de plus en plus nombreuses2 et contribuent grandement à ce temps sédentaire. Ces réunions qui sont souvent (trop) longues ne sont pas sans risque, car la position assise prolongée est associée à plusieurs méfaits pour la santé3,4. Mais réjouissons-nous! Les résultats d’une récente étude5 suggèrent qu’il est possible de joindre l’utile à l’agréable en tenant nos rencontres en mode actif.  

Les chercheurs de l’étude ont voulu savoir s’il était bénéfique pour la santé psychophysique et la performance cognitive de remplacer la position assise par une activité physique d’intensité faible à modérée : le vélo stationnaire. Ils ont mesuré la fréquence cardiaque, le stress, le bien-être, l’attention, la concentration et la fatigue. 

Photo_1
Photo 1 - Équipe de travail lors d'une réunion active sur vélo stationnaire

L’expérience

Pour ce faire, ils ont recruté sept équipes de travail au sein de l’Université Laval. Toutes ont réalisé deux réunions, l’une assise et l’autre sur vélo stationnaire. Les mesures ont été relevés à plusieurs reprises : au début de la réunion, au milieu (après environ 30 minutes), à la fin (après environ 60 minutes), ainsi que dans les heures suivant la réunion.

Lors des réunions actives, la majorité des participants ont atteint une intensité physique variant de faible à modérée. La fréquence cardiaque moyenne était d’environ 116 battements par minute (bpm) comparativement à 73 bpm pour la réunion assise. 

Les résultats ont également montré que l'activité physique pratiquée pendant la réunion active avait un effet positif sur la perception du stress des participants. Les participants se sont sentis nettement moins stressés. Les participants ont également rapporté une augmentation de leur bien-être pendant les réunions actives, quoique ces résultats ne soient pas statistiquement significatifs. Les résultats sont similaires pour les mesures prises dans les heures suivant les réunions. Ces résultats témoignent de l’« effet résiduel » de l'activité physique, soit un effet relaxant ressenti sur le moment qui aurait tendance à se prolonger dans les heures qui suivent. Les chercheur-euse-s s’interrogent toutefois : serait-ce un effet de nouveauté? Pour le savoir, il faudrait expérimenter le travail en mode actif à plus d’une reprise.  

Côté performance cognitive, l’activité physique ne semble pas nuire aux niveaux d'attention, de concentration et de fatigue. Ainsi, selon l'intensité choisie, les réunions actives pourraient devenir un moyen d'augmenter son niveau d'activité physique, et ce, sans nuire au travail! 

Notre mode de vie actuel et nos habitudes de travail nous amènent à passer de longues périodes en position assise. Les réunions actives, qu’elles soient réalisées sur vélo ou en marchant, pourraient être un moyen efficace de promouvoir un mode de vie plus actif en plus de prévenir les effets néfastes de la position assise. Pourquoi ne pas l’essayer lors de votre prochaine rencontre virtuelle? Prenez vos écouteurs, chaussez vos souliers et partez marcher!

Notre mode de vie actuel et nos habitudes de travail nous amènent à passer de longues périodes en position assise. Les réunions actives, qu’elles soient réalisées sur vélo ou en marchant, pourraient être un moyen efficace de promouvoir un mode de vie plus actif en plus de prévenir les effets néfastes de la position assise. Pourquoi ne pas l’essayer lors de votre prochaine rencontre virtuelle? Prenez vos écouteurs, chaussez vos souliers et partez marcher!

  • 1. Parry, S. and L. Straker, The contribution of office work to sedentary behaviour associated risk. BMC public health, 2013. 13(1): p. 296.
  • 2. Geimer, J.L., et al., Meetings at work: Perceived effectiveness and recommended improvements. Journal of Business Research, 2015. 68(9).
  • 3. Chau, J.Y., et al., Daily sitting time and all-cause mortality: a meta-analysis. PloS one, 2013. 8(11): p. e80000.
  • 4. Katzmarzyk, P.T., et al., Sitting time and mortality from all causes, cardiovascular disease, and cancer. Medicine Science in Sports Exercise, 2009. 41(5): p. 998-1005.
  • 5. Hervieux, V., A. Tremblay, and C. Biron, Active meeting: an intervention designed to be "just right". Applied Ergonomics, 2021. 90.

Auteure

  • Valérie Hervieux
    Université Laval

    Après avoir complété une maîtrise en kinésiologie à l’Université Laval, Valérie Hervieux poursuit ses études à la Faculté des sciences de l’administration. C’est son désir de transformer les milieux de travail en des environnements favorables à la santé qui l’a amené vers les sciences de l’administration. Dans le cadre de son doctorat en management, elle s’intéresse plus particulièrement à la relation entre l’activité physique des employés, les risques psychosociaux et le présentéisme.

Commentaires