Aller au contenu principal
3 février 2020
Geoffrey Robert Little
Université Concordia
Rubrique:

Pour de nombreux chercheurs et chercheuses, la monographie avec comité de lecture occupe une place centrale dans leur travail. Les livres façonnent les disciplines et les domaines, influencent l’enseignement, appuient les travaux aux cycles supérieurs, et peuvent informer les communautés locales, nationales et internationales.

 

Concordia presses

Pour paraphraser l’auteur américain Mark Twain, l’annonce de la mort du livre savant est grandement exagérée. S’il ne fait aucun doute que l’édition savante vit une période de transformation et d’expérimentation dans ses plateformes et dans ses modèles de distribution, on peut avancer qu’il en a toujours été ainsi. C’est dans ce contexte d’évolution continuelle qu’ont été lancées en 2016 les Presses de l’Université Concordia, maison d’édition sans but lucratif. Nous sommes la plus jeune maison d’édition universitaire du Canada, mais nous participons à une longue et passionnante tradition. Nos ouvrages, dont le premier vient de paraître début 2020, comportent une version imprimée offerte à la vente aux lecteurs et aux bibliothèques ainsi qu’une version numérique disponible en ligne sans restriction d’accès.

Concordia a lancé cette initiative parce qu’elle estime que la diffusion des résultats de la recherche fait partie de sa mission. Pour de nombreux chercheurs et chercheuses, la monographie avec comité de lecture occupe une place centrale dans leur travail. Les livres façonnent les disciplines et les domaines, influencent l’enseignement, appuient les travaux aux cycles supérieurs, et peuvent informer les communautés locales, nationales et internationales. Toutefois, les modes de diffusion comme les habitudes d’achat et de lecture ont connu des changements radicaux ces dernières années, et les maisons d’édition doivent s’adapter aux nouveaux comportements des lecteurs et lectrices ainsi qu’à leurs attentes en matière d’accès aux textes d’érudition.

Du reste, les auteurs et autrices souhaitent de plus en plus expérimenter. Pensons, par exemple, à l'ouvrage Planned Obsolence de Kathleen Fitzpatrick (2011), qui a été révisé par des pairs sur le site Web de Media Commons Press et à On the Revaluation of Value (2018) de Brian Massumi, qui est hébergé sur le site Manifold avec quelques textes à l'appui.

Le concept de monographie en libre accès est maintenant bien connu, et les avantages d’un écosystème d’information ouvert plutôt que fermé sont clairs. Par exemple, il s’avère que l’accès à une bibliothèque est un luxe dans diverses parties du monde et qu’une vaste quantité d’information est sous le verrou de l’accès payant.

Il est intéressant de se rappeler que la création de nombreuses presses universitaires, dont celles des universités de Toronto, de la Californie et Johns Hopkins, a été initiée par des bibliothécaires ou au sein de la bibliothèque universitaire. L’édition savante a depuis évolué dans plusieurs directions, mais la création à Concordia d’une maison d’édition rattachée à la bibliothèque universitaire renforce le rôle que joue celle-ci non seulement dans l’acquisition d’ouvrages et d’information, mais aussi dans leur diffusion, leur présentation et leur préservation. En date de janvier 2020, notre équipe compte trois membres et bénéficie de services financiers et du soutien administratif des collègues de la bibliothèque.

Nos deux premiers ouvrages ont été mis sous presse en novembre et seront publiés, en versions papier et électronique, début 2020. Le premier, intitulé Everything is Relevant: Writings on Art and Life, rassemble des textes de l’artiste canadien de patrimoine chinois Ken Lum, dont le travail reconnu internationalement inclut des médias comme la peinture, la sculpture et la photographie. Le livre en accès libre est maintenant disponible sur Manifold et Project MUSE. Le deuxième est une traduction française de Religions of the Silk Road, de Richard Foltz, signée par Benoit Léger et intitulée Les religions de la Route de la soie. L’auteur et le traducteur sont tous deux professeurs à Concordia, et la publication conjointe de ces titres anglais et français, illustre la place occupée par notre institution dans le paysage montréalais. Par ailleurs, nous avons créé des collections consacrées aux écrits d’artistes canadiens, à l’histoire des médias et à l’histoire du livre; collections sont sous le parrainage de la Société bibliographique du Canada. Nous avons aussi une collection dédiée aux écrits d’architectes canadiens, en partenariat avec le Centre Canadien d’Architecture.

Les Presses de l’Université Concordia entretiennent des liens étroits avec l’ensemble de la communauté de l’institution. Le comité de rédaction, qui approuve tous les titres, se compose de membres du corps professoral et de bibliothécaires chevronnés. Le président du comité de rédaction est membre du conseil d’administration des presses, tout comme la professeure qui représente le comité de la bibliothèque du sénat de l’Université. Y siègent également la bibliothécaire en chef de l’Université, la vice-rectrice exécutive déléguée aux affaires académiques et le vice-recteur à la recherche et aux études supérieures, de même que deux doyens. Les projets de publications sont rigoureusement évalués par les pairs (double aveugle), mais toutes les activités administratives et financières sont transparentes et régies par une structure de gouvernance collégiale.

Il a été important d’établir des partenariats, non seulement avec des collègues du campus, des organismes savants de même vocation ou des auteurs, mais aussi avec des fournisseurs et des prestataires de services. University of British Columbia Press se charge de la distribution de nos ouvrages imprimés en anglais, et les Presses de l’Université de Montréal de celle de nos livres en français. Au printemps 2019, nous avons signé des ententes avec JSTOR et Project MUSE pour la distribution de nos livres numériques. Ces fournisseurs créeront des notices bibliographiques MARC pour nos titres, qui pourront ainsi être importés dans des catalogues de bibliothèque. Ils seront parallèlement indexés dans Google afin qu’il soit possible de les découvrir au moyen de n’importe quel navigateur Web.

La fréquence de nos publications sera modeste durant les cinq prochaines années, et nous prévoyons publier dix titres par an d’ici 2023-2024. Nous serons sans doute les plus petites presses universitaires du Canada pendant un certain temps. Nous sommes reconnaissants à la Fondation de la famille Birks ainsi qu’à Carolyn et Brian Neysmith des fonds de démarrage essentiels qu’ils nous ont généreusement consentis. Développer une infrastructure prend du temps, et bâtir une réputation tout autant. Nous voulons nous assurer que les ouvrages publiés durant nos premières années sont bien conçus et agréables à lire, et qu’ils exercent un impact dans leur domaine.

Créer des presses à partir de zéro exige d’apprendre par l’expérience. Le programme éditorial et la procédure d’évaluation par les pairs maintenant bien établis, nous travaillons à la promotion de nos titres. Le présent contexte riche de nouvelles opportunités rend cette démarche passionnante. Nous tentons, entre autres, de nous faire connaître pour notre sens de l’expérimentation en matière de thèmes abordés et d’intérêt porté à des domaines nouveaux et interdisciplinaires.

Nous amorçons tout juste notre travail et sommes enthousiastes à l’idée de publier des ouvrages savants engagés, accessibles et qui participent au débat intellectuel.

Auteur(e)

  • Geoffrey Robert Little
    Université Concordia

    Directeur de Presses de l’Université Concordia

Commentaires