Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.

Guide de bonnes pratiques numériques

guide pratiques numériques

Bienvenue au 90e Congrès de l'Acfas!

L’Acfas, l’Université de Montréal, HEC Montréal et Polytechnique Montréal sont heureuses de vous compter parmi les auteurs et autrices de communications libres du 90e Congrès de l’Acfas, qui se tiendra à Montréal du 8 au 12 mai 2023 . Ce sont plus de 6 000 congressistes qui sont attendus. Les activités scientifiques du congrès, les activités de réseautage, les activités pour la relève et grand public se déploieront sur place et en ligne, dans le respect des consignes sanitaires. 

Vous trouverez dans le présent guide les informations nécessaires pour assurer le bon déroulement de vos interventions : le format des communications libres, les activités facultatives mises en place pour que vous puissiez échanger avec vos pairs, des experts et des expertes, les échéances à respecter, les communications, etc. Vous trouverez aussi des informations dans le Guide des auteurs et autrices de communications libres ainsi que dans La foire aux questions pour les auteurs et autrices de communications libres.

Une présentation en ligne n’est pas une contrainte. Au contraire, c’est un outil exceptionnel qui vous fera vivre une expérience différente d’une prestation en personne. Servez-vous de cette présentation en ligne pour valoriser et développer vos compétences en communication scientifique orale. Vous allez pouvoir vous servir de cette vidéo pour réseauter davantage avec vos collègues scientifiques!

Personnes-ressources

Les équipes des universités hôtesses et de l’Acfas mettront tout en œuvre pour vous accompagner en vue d’assurer le succès de votre communication. 

 

Communications libres
Julie-Anne Godin-Laverdière 
julie-anne.godin-laverdiere@acfas.ca
 (+1) 514 849-0045, poste 233

 

Inscriptions 
Micheline Lacombe 
micheline.lacombe@acfas.ca
(+1) 514 849-0045, poste 224

Préparation d’une présentation vidéo

Une présentation, devant un public ou la caméra, demande une excellente préparation. Nous avons colligé pour vous quelques conseils, trucs et astuces. Vous en retrouverez aussi dans le Guide de vulgarisation scientifique de l’Acfas, lors des formations en communication scientifique ou sur la plateforme RaccourSci.

Construire le déroulement de votre présentation

 

1. Circonscrire votre sujet

  • Établir le champ de recherche;
  • Nommer le problème ou l’enjeu;
  • Expliquer pourquoi on devrait résoudre cet enjeu;
  • Identifier une ou des solutions et expliquer leur intérêt, leur originalité, leur force;
  • Définir le ou les messages que votre public doit retenir.

 

2. Posez-vous la question : Quels sont les éléments d’intérêt de ma présentation?

Par exemple :

  • Percée ou avancement scientifique;
  • Résolution d’un enjeu technique, de vitesse, de précision;
  • Réfutation ou confirmation d’une théorie, d’une hypothèse;
  • Démenti d’un préjugé;
  • Réponse à une interrogation, à un problème;
  • Meilleure compréhension d’un phénomène;
  • Applications pratiques possibles d’une innovation sociale ou technologique.

 

3. Structurer votre propos

  • Raconter une « histoire » en trois moments : amorce, développement et conclusion;
  • Demeurer logique et fidèle à la structure choisie. Exemples de structures :
    • la chronologie : présenter l’information de façon séquentielle;
    • la démonstration : poser le problème ou la question, puis présenter les faits.

 

4. Captiver votre auditoire dès les premiers mots

  • Débuter par une phrase forte. Attention aux généralités;
  • Exemples d’amorces : la forme interrogative, la mise en contexte, le lien avec l’actualité, un appel à l’expérience vécue, une citation, etc.;
  • Parsemer votre récit d’anecdotes vécues, d’un brin d’humour et d’émotion;
  • Tirer parti de l’intérêt porté aux dessous d’une découverte.

 

5. Simplifier, mais pas trop

  • Enlever tous les mots et les informations non nécessaires;
  • Tricoter les parties plus complexes avec des informations plus simples, plus factuelles;
  • Amener la complexité par couches successives.

 

6. Concrétiser

  • Donner des exemples concrets : des nombres, des quantités, des coûts, des statistiques, des ordres de grandeur;
  • Utiliser le moins possible de termes techniques, et si nécessaire, les expliquer;
  • Se servir d’analogies : « Si une toile d’araignée géante était installée dans un stade de football, elle pourrait arrêter un avion de ligne en pleine vitesse. »

 

7. Savoir conclure

  • Indiquer que vous êtes sur le point de conclure;
  • Bien travailler votre chute, sans trop en faire;
  • Terminer par une phrase ou deux avec laquelle votre auditoire partira.
Travailler votre prise de parole

 

1. Se préparer et se pratiquer

  • Connaître votre auditoire, à qui vous vous adressez (dans le cadre du congrès, un public scientifique non spécialisé);
  • Pratiquer votre présentation devant public : des collègues, des amis et même un chat. Votre discours aura commencé à faire ses sillons dans votre cerveau;
  • S’entraîner avec le logiciel de tournage ou de capture d’écran pour bien en connaître les fonctionnalités;
  • Considérer qu’il est risqué d’apprendre un texte par cœur, vous devez néanmoins avoir une idée claire de la structure de la présentation. Ayez en mémoire chaque grand point que vous présentez et les quelques sous-points qui y sont rattachés. C’est ce que l’on pourrait retrouver sur vos diapositives, par exemple.

 

2. Utiliser des diapositives

Important! : Par souci d’uniformité, vous devez montrer la première diapositive du gabarit PowerPoint fourni par l’Acfas durant 3 secondes, au début de votre vidéo, puis la dernière diapositive (celle avec les logos) durant 3 secondes à la toute fin de votre présentation.

  • Vos diapositives ou supports visuels sont en appui à votre présentation. L’élément central demeure toujours ce que vous dites.
  • Texte :
    • Utiliser des titres courts et porteurs;
    • Écrire un minimum de texte, car le public peut difficilement lire et écouter en même temps;
    • Éviter de lire vos diapositives mot à mot;
    • Considérer vos diapositives comme des références de structure.
  • Nombre de diapositives :
    • Il est recommandé de prévoir environ une diapositive par minute;
    • Une seule peut suffire si c’est un bon schéma;
  • Images :
    • Elles doivent être efficaces et pertinentes. Attention aux petits caractères;
    • Pas d’élément qui n’est pas précédé ou appuyé par la parole.
Trucs et astuces techniques

 

1. Qualité du son

  • Mettre l’accent sur la qualité du son : privilégier un casque avec microphone intégré ou des écouteurs avec microphone afin de couper les sons externes le plus possible (veiller à maintenir le microphone en place, par exemple avec un trombone, pour éviter qu’il ne frotte vos vêtements et pour que le son capté soit homogène du début jusqu’à la fin);
  • Éviter les sons nuisibles le plus possible (fermer les fenêtres, une salle avec tapis est encore mieux pour absorber les échos);
  • Favoriser le plus possible une pièce fermée et calme, si nécessaire, coupez la ventilation pendant votre enregistrement;
  • Penser à couper le son de votre cellulaire et les notifications dans votre navigateur;
  • Faire des tests préalables afin de confirmer la qualité du son.

 

2. Connexion Internet

  • Rapprocher le plus possible votre ordinateur de votre routeur Internet, ou encore mieux, le brancher directement sur celui-ci;
  • Fermer toutes les applications dont vous n’avez pas besoin sur votre ordinateur;
  • Demander à vos proches de ne pas utiliser la connexion pendant la durée de votre captation.

 

3. Éclairage

  • Porter une attention particulière à l’éclairage ambiant :
    • Éviter les contre-jours (lumière vive derrière vous);
    • Éviter la surexposition en étant, par exemple, devant une fenêtre;
    • Une lumière en direction du plafond peut aider à avoir un meilleur teint;
    • Privilégier la lumière naturelle; 
    • Éviter les éclairages artificiels chauds;
    • Faire des essais préalables afin d’identifier la meilleure solution disponible en termes d’éclairage.

 

4. Arrière-plan

  • Favoriser un arrière-plan neutre : idéalement, un mur sans distractions;
  • Si possible, ne pas utiliser le mode flou de l’arrière-plan.

 

5. Placement et comportement

  • Idéalement, placer l’ordinateur ou la webcaméra au niveau des yeux comme si vous regardiez une caméra (éviter les plans de contre-plongée);
  • Cadrer votre visage de sorte que vos yeux soient sur la ligne des deux tiers supérieurs de l’image;
  • Si possible, enregistrer votre présentation en étant debout, cela favorisera un rythme de présentation naturel;
  • Portez des vêtements professionnels et confortables;
  • Un sourire est toujours agréable.