Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
88e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Ariane Brault
UdeS - Université de Sherbrooke
Samuel Plante et Simon Labbé
Université Laval, Université de Sherbrooke
5a. Résumé

La levure Schizosaccharomyces pombe utilise 3 mécanismes différents pour acquérir le fer de l’environnement. L’un de ces mécanismes consiste à synthétiser un sidérophore, le ferrichrome, et l’excréter sous sa forme apo. Une fois excrété, le ferrichrome capte le fer environnemental puiset il est récupéré par la levure pour le fonctionnement de ses propres métalloenzymes. Bien que la levure Saccharomyces cerevisiae est incapable de synthétiser des sidérophores, elle exprime à sa surface le transporteur Arn1, qui lui, est capable d’assimiler le ferrichrome de l’environnement. Les résultats montrent que les cellules de S. cerevisiae qui expriment Arn1 acquièrent des sidérophores de S. pombe pour leur croissance. Aucune croissance de S. cerevisiae n’est possible lorsque la souche de S. pombe est délétée pour les gènes sib1+ et sib2+ codant pour la biosynthèse de ferrichrome. L’utilisation de ce système de "cross-feeding" a permis l’identification de sib3+, un nouveau gène chez S. pombe, qui lui, est également requis pour la synthèse de ferrichrome et la co-culture de S. cerevisiae avec S. pombe lorsque la seule source de fer est le ferrichrome. Collectivement, ces résultats révèlent la capacité de S. pombe à sécréter des sidérophores et à permettre à d’autres espèces de levures d’en tirer profit pour envahir de nouvelles niches pauvres en fer.