Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
Jacques Forest, Université du Québec à Montréal
Performance, bien-être et temps. Quand on pense au métier de chercheur, ce sont les trois paramètres à calibrer.

Résumé

Jacques Forest présente ici, dans un topo vidéo de 10 minutes, des éléments de la théorie de l’autodétermination, une théorie de la motivation humaine, qui aide à penser les forces modulant la santé psychologique des chercheurs. Objet de recherche depuis 40 ans, ayant fait l’objet de milliers d’articles, cette théorie fait ressortir, entre autres, trois éléments fondamentaux au bien-être psychologique. Autonomie, affilliation et compétence. Ces trois éléments s’appliquent à tous les âges et à toutes les cultures. « Ils sont innés et universels », de dire le chercheur, bien qu’ils puissent être satisfaits de diverses manières. À ces trois besoins, il articule trois paramètres communs à tous les milieux de travail, dont celui de la recherche : défis, ressources et obstacles. Et finalement, il aborde la question des motivations, cette force d’agir qui selon sa finalité peut avoir des effets bénéfiques ou délétères. Performance, bien-être et temps. Quand on pense au métier de chercheur, ce sont les trois paramètres à calibrer. Cela demande de réduire les attentes, mais si c’est pour le bien collectif, c’est alors un choix qui se défend bien, conclut-il.

  • Johanne Lebel, rédactrice en chef

 


  • Jacques Forest
    Université du Québec à Montréal

    Jacques Forest détient un doctorat en psychologie du travail et des organisations de l’Université de Montréal et il a réalisé des études postdoctorales à l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia. Il est actuellement professeur en comportement organisationnel à l’ESG-UQAM, psychologue organisationnel et conseiller en ressources humaines agréé (CRHA).

Vous aimez cet article?

Soutenez l’importance de la recherche en devenant membre de l’Acfas.

Devenir membre Logo de l'Acfas stylisé

Commentaires

Un mal-être profond semble affecter le monde du travail. Cette extension du domaine du stress atteindrait aussi celles et ceux qui pratiquent la recherche, même s’ils exercent un « métier » où les facteurs de protection sont nombreux : autonomie, actions qui ont du sens, exercice de sa compétence et collégialité.

Corédaction : Chantal Leclerc et Bruno Bourassa, Université Laval, Université Laval, et Samuelle Ducrocq-Henry, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Logo de l'Acfas stylisé

Infolettre