Aller au contenu principal

Le mercredi 11 mai 2016

Les années 1960 ont été caractérisées par une transformation importante de l’enseignement supérieur et universitaire : massification de l’éducation, expansion des universités et création de nouveaux établissements. Depuis quelques années, une nouvelle phase de mutations en cours se répercute sur la mission de l’enseignement supérieur, ses orientations, son rôle social et les ressources qui lui sont consacrées. Tous ces aspects sont l’objet de nombreux débats. Au Québec, le Printemps érable a constitué un point culminant à cet égard. De nombreuses inquiétudes sont présentes : sous-financement, accès réduit aux études, orientation de l’université, soumission trop grande aux impératifs économiques, incapacité à réduire les inégalités sociales et scolaires, etc. Dans un tel contexte, il est impératif de réfléchir sur la situation de l’enseignement supérieur, de mieux comprendre les mutations en cours et d’en saisir la genèse.

Certaines mutations, d’ordre politique ou institutionnel, sont largement conditionnées par la transformation des politiques publiques (introduction du nouveau management public, des politiques de la réussite, de nouveaux modes de gouvernance et de nouveaux modes d’attribution des ressources économiques). À cet égard, il paraît essentiel de s’intéresser à l’articulation entre les politiques publiques et les modes d’intervention des différents acteurs afin de dégager le sens et la nature des changements réalisés.

D’autres transformations tiennent à la composition sociale de la population étudiante, à la transformation de l’expérience éducative ainsi qu’à la multiplication et à la diversification des parcours éducatifs. On constate que la massification de l’éducation n’a pas mené à l’élimination des inégalités scolaires, mais à leur recomposition. L’analyse historique et longitudinale de ces mutations ouvre une voie originale pour mieux les comprendre.

Il y a aussi un grand intérêt à examiner, autant que faire se peut, les articulations entre les mutations institutionnelles et la différenciation des parcours. Comment les politiques influent-elles sur les parcours et sur l’expérience des étudiants? Comment les parcours scolaires ont-ils conduit à des transformations de l’institution universitaire?

Notre objectif est de nous interroger sur ces processus, par une analyse portant à la fois sur la formation et la transformation du champ moderne de l’enseignement supérieur au Québec et au Canada. Il s’agira de dégager les diverses formes d’inégalités sociales et scolaires, en particulier les inégalités de parcours, en tenant compte de l’évolution du champ de l’enseignement supérieur afin de saisir les interactions entre les décisions et les mécanismes mis en œuvre à l’échelle politique et institutionnelle, d’une part, et les expériences scolaires des étudiants, d’autre part.

Lire la suite »

Colloque

Section 400 - Sciences sociales
Ajouter à mon horaire

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 10 h 30
Communication orale
Communications orales
L'évolution récente de l'enseignement supérieur : tendances macros
09 h 00
Un éclairage historique sur les origines de la transformation de la structure public-privé du financement de l'enseignement supérieur et ses implications
Vincent CARPENTIER (University College London )
Résumé
09 h 30
Mutations récentes des universités québécoises : effet de système de nature financière
MARTIN MALTAIS (UQAR - Université du Québec à Rimouski)
Résumé
10 h 00
Égalité des chances et politiques des universités : les détours de l'histoire
Pierre Doray (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
11 h 00 à 12 h 30
Communication orale
Communications orales
La professionnalisation à l'université
11 h 00
La professionnalisation des universités par la formation continue : comparaison France-Québec
Christelle MANIFET (Université de Toulouse)
Résumé
11 h 30
Politiques publiques et professionnalisation de l'enseignement supérieur : le cas de la formation sur mesure
Felix B. SIMONEAU (UQAM - Université du Québec à Montréal), Laurence SOLAR-PELLETIER (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
12 h 00
La professionnalisation des universités québécoises examinée par le biais de la construction et de la planification des programmes d'études
Émilie Tremblay (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé

Après-midi

14 h 00 à 15 h 00
Communication orale
Communications orales
Des politiques aux étudiants
14 h 00
Les parcours d'étudiants universitaires autochtones au Québec : des projets ancrés dans la valorisation de leurs cultures et le développement du mieux-être chez les Autochtones
Jean-Luc Ratel (Université Laval)
Résumé
14 h 30
La morphologie des parcours scolaires aux études supérieures des étudiants d'origine immigrante au Québec : qui y va et comment?
Pierre Canisius Kamanzi (UdeM - Université de Montréal), Marie-Odile MAGNAN (UdeM - Université de Montréal), Annie Pilote (Université Laval)
Résumé
15 h 30 à 16 h 30
Communication orale
Communications orales
L'apport des perspectives longitudinales
15 h 30
Entre parcours réel et cheminement prescrit : regard sur l'expérience estudiantine dans l'enseignement supérieur québécois
Amélie GROLEAU (Université McGill)
Résumé
16 h 00
Les parcours scolaires au Québec : quelles formes prennent-ils, et pour quels étudiants?
Nicolas Bastien (UQAM - Université du Québec à Montréal), Pierre Doray (UQAM - Université du Québec à Montréal), Stéphane Moulin (UdeM - Université de Montréal), Benoît Laplante (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Amélie Groleau (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
16 h 30 à 17 h 00
Panel
Panel / Atelier
Que retenir des évolutions en cours?
Discutant : France Picard (Université Laval)
17 h 15 à 18 h 45
Cocktail
Cocktail
Lancement du livre 50 ans d'éducation au Québec, publié sous la direction de Pierre Doray et Claude Lessard aux Presses de l'Université du Québec et issu d'un colloque du 82e Congrès de l'Acfas en 2014