Aller au contenu principal

622 - Entre violence et créativité : récits psychiques et culturels du corps

Section 600 - Colloques multisectoriels

  • Vendredi 7 mai 2021

Responsables

Le corps  est une notion transversale, reprise par de nombreuses disciplines à travers différentes épistémologies. Au cœur même de la psychologie, le corps convoque de nombreuses significations ainsi que des représentations singulières et multiples. Que ce soit comme lieu premier de l’identité, comme marqueur culturel, comme objet de revendication ou encore comme voie d’expression de ce qui ne saurait se penser, le corps vient dire quelque chose de l’individu, de son monde interne, de son appartenance socioculturelle. Au-delà de ces différentes mises en sens, le corps est sur le devant de la scène dans nos sociétés contemporaines. Qu’il soit agi ou subi il semble être le lieu de l’expression de la subjectivité, de l’appartenance familial et culturelle. Que ce soit un corps investi, un corps objet de violence ou encore un corps en « désa-corps », il reste au cœur des objets d’études de la psychologie. Cependant, dans un au-delà du lien inéluctable qui unit l’individu à son corps, ce dernier vient aussi et surtout dire de la société dans laquelle il évolue. De nombreuses problématiques contemporaines viennent témoigner de cette dimension sociétale, que ce soit dans sa valence créative ou destructrice. Du corps sexuel, au corps médicalisé –ou non - de l’enfantement, en passant par les violences –auto ou hétéroagressives- qui lui sont infligées, du corps porteur de la vie, à celui porteur de l’histoire, il vient, en filigrane, nous dire d’un « jamais su », d’un impensé. Ainsi, ce que la psychologie apporte sur cette question, c’est ce regard clinique, cette possibilité de mise en sens, à l’entrecroisée des représentations sociales, culturelles et subjectives, dans la double inscription de l’individu dans sa singularité et dans la société.