458 - Intersections des parcours d'immigration et des identités LGBTQ

Section 400 - Sciences sociales

  • Mercredi 29 mai 2019
  • Jeudi 30 mai 2019


Responsables
  • Marianne Chbat - UQO - Université du Québec en Outaouais
  • Line CHAMBERLAND - UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Edward Ou Jin LEE - UdeM - Université de Montréal

Colloque 458-Intersections des parcours d'immigration et des réalités LGBTQ+

S'inscrivant dans une perspective intersectionnelle et critique, ce colloque mettra de l'avant les parcours multiples et complexes qui sont partagés par des personnes LGBTQ+ migrantes, réfugiées et/ou issues de la diversité ethnoculturelle. Dans un contexte social où les normes de genre et de sexualité associées aux immigrants tendent à être reléguées au conservatisme et à la répression et celles des sociétés occidentales et coloniales au libéralisme et à l'émancipation, il apparaît important de réfléchir sur cette tension telle qu’elle se répercute véritablement dans le parcours des personnes migrantes et racisées qui s'identifient comme LGBTQ+. En plus de questionner et potentiellement de participer à une reconceptualisation du récit dominant de « l’identité gaie » lequel repose historiquement sur des présomptions fortes de visibilité et de « sortie du placard », la mise en lumière des parcours de ces personnes vivant à l'intersection de multiples axes d'oppression fera apparaître la compréhension qu'elles ont d'elles-mêmes, de leurs identités et de leurs pratiques. Les personnes migrantes et/ou racisées qui revendiquent une identité LGBTQ+ ou toute forme de sexualité non normative ne peuvent être réduites à de simples modèles d'assimilation de la culture occidentale et coloniale dominante alors que leurs revendications identitaires émergent de dynamiques de pouvoir complexes qui s’inscrivent à l’intersection de la migration et des transformations culturelles que cette dernière provoque souvent. Ces réflexions sont également soutenues par le souci de ne pas homogénéiser les vécus de ces personnes, alors que certaines, comme les femmes trans racisées, connaissent des parcours distinctifs. 

Les recherches qui mettent en lumière l'imbrication de ces différents rapports sociaux demeurent encore restreintes et analysées en silos fermés, cet événement favorisera la création de liens et de partage entre divers acteurs des milieux académiques et communautaires et permettra de mieux comprendre les réalités complexes et souvent impensées d'individus qui vivent des formes de marginalisations multiples et qui demeurent absents des représentations médiatiques et des travaux scientifiques. Ce colloque vise également à favoriser des réflexions critiques sur l’apport et les défis à entreprendre de la recherche communautaire, participative et engagée auprès des communautés LGBTQ+ migrantes et racisées. Ce colloque permettra un espace d'échange et de discussion entre personnes concernées, chercheur.e.s, militant.e.s, et allié.e.s afin de nuancer le cadre d’interprétation encore trop fortement dichotomique, impensé ou invisible du parcours des personnes migrantes et de minorités sexuelles et de genre.

Appel à communications

Colloque 458-Intersections des parcours d'immigration et des réalités LGBTQ+

S'inscrivant dans une perspective intersectionnelle et critique, ce colloque mettra de l'avant les parcours multiples et complexes qui sont partagés par des personnes LGBTQ+ migrantes, réfugiées et/ou issues de la diversité ethnoculturelle. Dans un contexte social où les normes de genre et de sexualité associées aux immigrants tendent à être reléguées au conservatisme et à la répression et celles des sociétés occidentales et coloniales au libéralisme et à l'émancipation, il apparaît important de réfléchir sur cette tension telle qu’elle se répercute véritablement dans le parcours des personnes migrantes et racisées qui s'identifient comme LGBTQ+. En plus de questionner et potentiellement de participer à une reconceptualisation du récit dominant de «  l’'identité gaie » lequel repose historiquement sur des présomptions fortes de visibilité et de « sortie du placard », la mise en lumière des parcours de ces personnes vivant à l'intersection de multiples axes d'oppression fera apparaître la compréhension qu'elles ont d'elles-mêmes, de leurs identités et de leurs pratiques. Les personnes migrantes et/ou racisées qui revendiquent une identité LGBTQ+ ou toute forme de sexualité et de genre non normative ne peuvent être réduites à de simples modèles d'assimilation de la culture occidentale dominante alors que leurs revendications identitaires émergent de dynamiques de pouvoir complexes qui s’inscrivent à l’intersection de la migration et des transformations culturelles que cette dernière provoque souvent. Ces réflexions sont également soutenues par le souci de ne pas homogénéiser les vécus de ces personnes, alors que certaines, comme les femmes trans racisées, connaissent des parcours distinctifs.

L’événement aura lieu le mercredi 29 mai et le jeudi 30 mai 2019 dans le cadre du 87e congrès de l’ACFAS qui se tiendra à l’UQO (Gatineau, Canada). Les thématiques se dérouleront autour de trois grands axes: 1 ) Les réalités des personnes LGBTQ+ réfugiées et demandeurs d'asile, 2 ) Les négociations ethnosexuelles au sein des communautés ethnoculturelles minorisées, et 3) Les perspectives et implications des milieux communautaires appartenant à la diversité.  Les communications orales d’une durée de 30 minutes, seront suivies d’une période d’échange. Le comité organisateur invite les chercheur.e.s, étudiant.e.s et intervenant.e.s intéréssé.e.s par ces enjeux à soumettre une proposition de communication.

Les propositions doivent être acheminées par courriel au comité organisateur (mariannechbat@hotmail.com) avant le 25 février 2019. Les propositions doivent inclure le titre (150 caractères maximum, espaces compris), la liste des auteur.e.s (prénom, nom, statut, institution, adresse courriel) et un résumé de 1500 caractères ou moins, espaces compris (caractères 12 pts., interligne 1.5, marge 2 cm). Les réponses d’acceptation seront transmises au plus tard le 6 mars 2019.

Télécharger le pdf de l'appel à communications