Aller au contenu principal

453 - L’itinérance en quelques minutes

Section 400 - Sciences sociales

  • Jeudi 6 mai 2021

Responsables

Lorsqu’on analyse la prise en charge des populations itinérantes, nous pouvons constater que les pratiques d’intervention ont drastiquement changées au cours des dernières décennies. Au tournant du 20e siècle les pratiques étaient plutôt à l’enfermement, à la moralisation et à la répression collective des problèmes sociaux, aujourd’hui cette tendance s’est inversée, pour aller vers l’accompagnement, la compassion, le care, bref ce que certains nomment le souci de l’autre en tant qu’individu (Aranguiz, 2000; Astier, 2007; Christie, 2005; Côté, Renard-Robert et MacDonald, sous presse; Grimard, 2011; Molinier, Lauger et Paperman, 2009). L’itinérance est même de plus en plus abordée comme un problème public, laissant de côté l’hypothèse individuelle dans l’analyse des causes du basculement à une trajectoire de rue (Choppin et Gardella, 2013). À cet égard, peu de travaux ont été faits sur ces points de chute, ces moments de basculement dans une vie en situation d’itinérance. 

L’objectif de ce colloque serait de mieux comprendre le passage à la rue. Nous aimerions qu’une « grande conversation » soit lancée autant par des étudiant.e.s, des chercheur.e.s, des intervenant.e.s sociaux, des décideurs publiques sur : a) les conjonctures institutionnelles, structurelles, individuelles qui entourent la venue à la rue ; b) les pratiques d’intervention adaptées (ou pas) aux réalités des nouvelles personnes en situation d’itinérance ; c) les stratégies développées par les personnes en situation d’itinérance pour faire face à cette nouvelle réalité ; d) les tensions entre la basculement dans et la sortie de l’itinérance.