Aller au contenu principal

423 - L’intégration des bénéfices non-financiers aux grands projets d’infrastructure : une proposition de démarches avant-gardistes pour envisager les grands défis et leurs solutions

Section 400 - Sciences sociales

  • Lundi 3 mai 2021

Responsables

Nombre de gouvernements font des investissements majeurs dans les grands projets d’infrastructure. Ils souhaitent dès lors établir un cadre de gestion approprié pour garantir la réalisation des bons projets.

Jusqu’ici, la valeur d’un projet d’infrastructure était essentiellement considérée sous l’angle des bénéfices financiers qu’il pouvait générer. Or, les recherches démontrent que la valeur des projets se doit d’être conceptualisée dans une perspective plus large. Un bon projet se doit de générer non seulement des gains financiers, mais aussi des bénéfices non financiers. Autrement-dit, un bon projet doit concourir à la croissance économique tout en assurant une qualité de vie aux citoyens et à la société dans son ensemble. Il doit miser pour ce faire sur le capital social et le bien-être humain, le tout dans une perspective durable.

Ces objectifs ambitieux exigent des pratiques de gestion capables de générer non seulement des avantages économiques mais aussi des résultats moins tangibles a priori. Un changement de paradigme est donc nécessaire pour repenser les habiletés et les expertises requises par les gestionnaires de projet, afin de livrer les grands projets durables d’aujourd’hui et de demain. 

Ce colloque propose donc de se pencher sur la problématique de l’intégration des bénéfices non financiers dans le cadre de la gouvernance et de la gestion des grands projets d’infrastructure.

 

Mot de bienvenue. Nathalie Drouin, École des Sciences de la Gestion UQAM (ESG UQAM) et directrice générale de KHEOPS, consortium international de recherche sur la gouvernance des grands projets d’infrastructure.

1. Repenser le succès

  • L’intégration des bénéfices non financiers tout au long du cycle de vie des grands projets d’infrastructure pour repenser leur succès. Marie-Andrée Caron (ESG UQAM), Nathalie Drouin (ESG UQAM et KHEOPS) 
  • Peut-on capter les bénéfices non financiers des projets de développement international ? Les limites de l’analyse avantage-coûts. Lavagnon Ika (Université d’Ottawa)

2. Agir autrement

  • Engagement socio-environnemental et transformation de l’espace urbain : l’apport de l’art et du design pour repenser durablement les liens entre infrastructures et collectivités. Alice Jarry (Université Concordia)
  • Création de valeur autour des aménagements hydroélectriques. Stéphanie Eveno (Hydro-Québec)
  • Comment concilier modèle de livraison et bénéfices non financiers? Mario Bourgault (Polytechnique Montréal)

3. Panel : Quels défis et enjeux liés à l’intégration des bénéfices non financiers?

Animé par Nathalie Drouin (ESG UQAM et KHEOPS)

Avec Lavagnon IKA (Université d’Ottawa) et Vincent Guimont-Hébert (Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI)).