Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
89e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Thalie Flores-Tremblay
Université Laval
Lydia Gamache, Pascale D'Astous et Geneviève Belleville
Université Laval, Travailleuse autonome, Université Laval
5a. Résumé

Les cognitions post-traumatiques négatives sur soi et sur le monde et l’utilisation de stratégies d’adaptation d’évitement prédisent la sévérité du trouble de stress post-traumatique (TSPT) et une plus faible qualité de vie, mais peu d’études ont évalué cette relation chez les anciens militaires canadiens. L’étude vise à examiner le rôle des cognitions post-traumatiques négatives et des stratégies d’adaptation dans le TSPT et la qualité de vie des vétérans canadiens. Quatre-vingt-sept anciens militaires canadiens ont été recrutés par le biais de références d’une clinique spécialisée en stress opérationnel. Ils ont rempli les versions françaises du Posttraumatic Cognitions Inventory, du Trauma-Related Guilt Inventory, du Ways of Coping Questionnaire, du PTSD Symptom Checklist – Military version et du World Health Organization Quality of Life-BREF. Des analyses de régression multiple ont été réalisées en contrôlant pour des variables sociodémographiques et cliniques. Un modèle composé des CPT sur soi et le monde ainsi que la culpabilité prédit 68,9 % de la sévérité des symptômes de TSPT, et 63 % de la dimension psychologique de la qualité de vie est expliquée par les cognitions post-traumatiques sur soi. Les résultats soulignent l'utilité de cibler les CPT sur soi et sur le monde dans les traitements offerts aux anciens militaires canadiens souffrant de symptômes de TSPT.