Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Nissa Niboucha
Université Laval
Coralie Goetz, Laurie Sanschagrin, Juliette Fontenille, Ismaïl Fliss, Steve Labrie et Julie Jean
Université Laval, Université Laval, Université Laval, Université Laval, Université Laval, Université Laval
5a. Résumé

Les biofilms présents dans les usines de transformation laitière peuvent détériorer les surfaces et compromettre l’innocuité et la qualité des produits laitiers. Pour parvenir à mieux les contrôler, il est important de pouvoir les prélever adéquatement afin de permettre une caractérisation plus représentative des populations microbiennes qui les constituent.
L’objectif de cette étude était de produire des biofilms à partir de bactéries biofilmogènes d’origine laitière dans des conditions dynamiques et de développer une technique de prélèvement efficace, adaptée à un échantillonnage en usine.
Ainsi, des biofilms de Pseudomonas azotoformans PFl1A ont été formés sur des lames en acier inoxydable dans le bioréacteur CDC et prélevés par écouvillonnage, raclage, brossage sonique, éponge synthétique, éponge synthétique sonique et ultrasonication (ASTM E2871-19).
Nos résultats ont démontré que PFl1A est capable de former des biofilms forts dans du milieu de culture (TSB) et dans du lait, avec des comptes bactériens de 8,42 et 7,74 log UFC/cm², respectivement. De plus, la méthode de prélèvement combinant la sonication et l’éponge synthétique permet un décrochage efficace des biofilms des surfaces et une récupération similaire à celle obtenue par l’ultrasonication. Par sa flexibilité et sa facilité d’utilisation, cette méthode permettrait un prélèvement adéquat des biofilms dans les usines de transformation laitière.


Commentaires