Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Laurie Sanschagrin
Université Laval
Coralie Goetz, Nissa Niboucha et Julie Jean
Université Laval, Université Laval, Université Laval
5a. Résumé

Par leur capacité à se former sur des surfaces en acier inoxydable, les biofilms microbiens peuvent être retrouvés sur les équipements présents dans les industries laitières, et ce, malgré les stratégies de nettoyage mises en place. Lors d’une étude précédente, plusieurs isolats de Brevundimonas vesicularis ont été isolés dans des usines de transformation laitière et identifiés comme forts producteurs de biofilms. Toutefois, la littérature scientifique sur son impact dans l’industrie laitière est peu développée. Ainsi, l’objectif de ce projet consistait à optimiser le processus de formation de biofilms par l’isolat B. vesicularis B40 sur des surfaces en acier inoxydable en bioréacteur CDC. À cette fin, plusieurs paramètres du système dynamique ont été modifiés et testés, tels que l’agitation, le débit, le temps et la concentration du milieu de culture utilisé. Ces tests ont permis de déterminer qu’une densité bactérienne plus élevée (7,25 log (UFC/cm 2 )) sous forme de biofilm est obtenue avec une agitation de 60 rpm combinée à un débit de 6,0 mL/min de milieu de culture TSB à une concentration de 300 mg/L pendant 48 heures. Des expériences réalisées ultérieurement avec du lait UHT ont révélé des résultats similaires. Ces résultats permettront de mieux caractériser les biofilms formés par B. vesicularis, contribuant ainsi au développement de stratégies de contrôle des biofilms dans l’industrie laitière.