Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
89e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Mathieu Fornasier-Bélanger
UQAM - Université du Québec à Montréal
Gina Muckle, Joseph L. Jacobson, Pierre Ayotte, Sandra W. Jacobson et Dave Saint-Amour
Dpt de Psychologie, Université Laval, Dpt Psychiatry and Behavioral Neurosciences, Wayne State University, Dpt de Médecine Sociale et Préventive, Université Laval, Dpt Psychiatry and Behavioral Neurosciences, Wayne State University, Dpt de Psychologie, Université du Québec à Montréal
5a. Résumé

L’exposition au mercure perturbe le développement de diverses fonctions cognitives, mais peu d'études ont examiné les fonctions exécutives. La présente étude vise à évaluer les effets de l’exposition prénatale à ce contaminant sur les fonctions exécutives d’adolescents inuits du Nunavik, lesquels y sont exposés de manière chronique par leur alimentation riche en poissons. La Tour de Londres, le Stop Task, le 2n-back et le Trail-Making Test ont été administrés à 212 participants (18,5 ± 1,1 an, 55% de femmes) pour évaluer respectivement leurs capacités de planification, d’inhibition, de mémoire de travail et de flexibilité cognitive. Les associations entre la concentration sanguine du mercure mesurée à la naissance et les mesures neuropsychologiques ont été testés dans un modèle de médiation pour estimer la contribution indirecte du quotient intellectuel (QI) estimé à 11 ans. Les régressions linéaires indiquent que l’exposition prénatale au mercure était directement associée à la flexibilité cognitive (β=0.164, p<0.05). Toutefois, l’effet indirecte suggère que l’exposition prénatal était aussi associée à une baisse du QI à l’enfance et que, à son tour, cette baisse de QI était liée à une diminution de la flexibilité cognitive (β=-0.079, p<0.05) et de la mémoire de travail (β=-0.064, p<0.05) à 18 ans. Ces résultats préliminaires suggèrent que l’exposition prénatale au mercure perturbe les fonctions exécutives à travers son influence sur le développement du QI à l’enfance.


Commentaires