Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Léonie Laflamm-Michaud
Université Laval
Sabrina Plante, Débora Santschi, Jamie Dallaire, Elsa Vasseur, Éric Paquet et Édith Charbonneau
Université Laval, Lactanet, Université Laval, Université McGill, Université Laval, Université Laval
5a. Résumé

Les distributeurs automatisés d’aliments lactés qui gagnent en popularité dans les fermes du Québec sont une opportunité d’augmenter la précision des programmes alimentaires offerts aux génisses. Pour cette étude, nous avons recruté 329 génisses sur deux fermes commerciales équipées de distributeurs automatisés que nous avons soumis aléatoirement à une alimentation lactée fixe suivant la recommandation ou une alimentation lactée à volonté. Les données enregistrées en continu par les distributeurs automatisés nous ont permis d’étudier la consommation alimentaire des génisses et de conclure que le groupe nourri à volonté avait consommé près de 11 L de lactoremplaceur, alors que le groupe suivant la recommandation avait consommé une moyenne de 8 L. Nous avons aussi étudié l’impact de l’alimentation à volonté sur la croissance et le développement des génisses. À ce sujet, nous montrons qu’au sevrage, les génisses nourries à volonté avaient un poids de 91 kg vs 85 kg pour les génisses nourris selon la recommandation, une circonférence thoracique de 103 cm vs 101 cm et une largeur aux hanches de 23 cm vs 22 cm. De plus, les gains de poids et de largeur aux hanches perduraient jusqu’à une semaine après le sevrage.