Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
88e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Sandra Juneau
UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Nathalie Sasseville
Université du Québec à Chicoutimi
5a. Résumé

La pandémie actuelle a exacerbé l’urgence d’utiliser les technologies numériques (TN) dans les enseignements. Pour le travail social, leur utilisation est critiquée, car le virtuel semble incompatible avec l’aspect pratique et humain de la discipline. Certains contestent la qualité des apprentissages faits par les étudiants. La TN se veut-elle une valeur ajoutée à l’acquisition de compétences d’intervention et d’un développement d’un sentiment de compétence chez les étudiants ? Quelles perceptions ont-ils de l’utilisation des TN dans leur expérience académique ? Une recherche novatrice a été développée afin d’explorer la perception d’étudiants sur l’utilisation des TN dans l’enseignement des techniques d’intervention en travail social. Ses hypothèses vont à l’effet que l’utilisation de la TN serait plus efficace pour favoriser les apprentissages et qu’elle augmenterait le sentiment de compétence s’apparentant au sentiment d’autoefficacité personnelle de Bandura. Au moyen d’une recherche mixte, deux groupes d’étudiants ont été interrogés (formule d’enseignement traditionnelle ou formule d’enseignement s’appuyant sur la technologie numérique) au moyen de mesures quantitatives avant-après (en début et fin de session) et d’une discussion de groupe. Cette présentation vise à discuter les résultats d’une recherche exposant la différence entre ces deux méthodes d’enseignement quant au développement des savoirs, des compétences et de la pratique en intervention en travail social.