Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Mélissa Morin
UQAR - Université du Québec à Rimouski
Andrée-Anne Deschênes
Université du Québec à Rimouski
5a. Résumé

Les transformations inédites que vit actuellement le monde du travail ne sont pas sans effets sur la santé des travailleurs. De fait, le bien-être psychologique est un enjeu scientifique et managérial de premier ordre. Certaines professions se retrouvent particulièrement exposées aux possibles effets délétères du travail sur la santé psychologique. C’est le cas des professions à haute charge émotionnelle, dont le travail consiste à aider et à être en contact avec une clientèle fragilisée. Prenant ancrage dans le modèle exigences-ressources de Demerouti et al. (2001), l’objectif de cette recherche est d’identifier les facteurs individuels, sociaux et organisationnels ayant un impact sur le bien-être psychologique des travailleurs qui exercent leur profession dans un milieu à haute charge émotionnelle. À partir d’une approche quantitative, les données ont été recueillies à l’automne 2020 par le biais d’un questionnaire autoadministré auprès d’intervenants travaillant avec des jeunes en difficultés d’adaptation et leur famille. Ayant une visée descriptive, les résultats témoignent de l’importance de la mise en place de pratiques de gestion qui misent sur la reconnaissance, l’autonomie et le soutien aux niveaux social et organisationnel, outillant ainsi les organisations et les gestionnaires à l’égard des pratiques à mettre en place pour favoriser la santé psychologique des travailleurs exerçant leur profession dans un milieu de travail à haute charge émotionnelle.