Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Maude Viger-Meilleur
UQAM - Université du Québec à Montréal
Mélanie Trottier
École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal
5a. Résumé

Plusieurs études démontrent que la charge de travail est un déterminant important du conflit travail-vie personnelle (CTV). Cependant, très peu d’études se sont intéressées à un aspect important de cette relation; le rôle de la gestion des frontières entre le travail et la vie personnelle. La compréhension de celui-ci est d'autant plus importante dans le contexte de télétravail engendré par la pandémie de la covid-19. Cette recherche, réalisée dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, s’intéresse au rôle de ces frontières pour réduire le CTV en regardant plus spécifiquement les préférences des individus, les attentes des collègues et de l’entourage quant à cette gestion des frontières. Une étude réalisée par questionnaire auprès de 77 notaires membres de la Chambre des notaires du Québec confirment l’effet de la charge de travail sur le CTV.  De plus, elle met en lumière le rôle important des attentes des collègues à l’égard de la gestion des frontières. En effet, avoir des collègues qui s’attendent à ce que l’on segmente travail et vie personnelle a un effet bénéfique sur notre conciliation travail-vie personnelle car cela réduit la perception de charge de travail. Les résultats de cette étude offrent des pistes de réflexion intéressantes par rapport aux actions pouvant être mises en place pour instaurer une culture organisationnelle axée sur la transmission d’attentes de segmentation des rôles entre les travailleurs et ainsi minimiser la charge de travail chez ces derniers.