Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Image de profil de Gilbert Émond
Membre de l'Acfas

Gilbert Émond

Professeur-e- d’université | Université Concordia

Professionnel et professeur au parcours atypique. Débutant en mathématiques appliquées (mode coopératif) (B.Sc. et M.Sc., Sherbrooke) en 1978 pour butiner en administration (D.A. 2e cycle, Laval) pour s'engager au doctorat en communication (UQAM) et s'installer comme professeur en relations Humaines et Intervention sur les Systèmes Humains à l'Université Concordia depuis 2005. Gilbert a été consultant interne et externe, fonctionnaire et aussi chargé de cours avant de devenir professeur agrégé, souvent à travailler en français et en anglais pour diverses raisons. Il tente de concentrer ses recherches autour des questions de santé et de populations vulnérables, il développe des méthodes de recherche en contextes atypiques, souvent participatives ou abordables par des milieux communautaires. Il a entre autres touché à l'homophobie, la prévention du VIH, les personnes consommant des drogues, les Autochtones en contexte urbain et les personnes Bispirituelles, et bien d'autres projets.

Mes liens avec l'Acfas

ResponsableResponsable de la logistiqueConférencierAuteur
83e Congrès de l'ACFAS : Mot de clôture
82e congrès de l'ACFAS : Bienvenue
Coauteur
83e Congrès de l'ACFAS : Mot de bienvenue

Principal secteur de recherche ou d'activité

Sciences sociales

Mes intérêts de recherche

Mathématiques appliquées Communication Médecine préventive et communautaire

Ma formation

  • 1978 - 1981
    U Sherbrooke
    Baccalauréat | mathématiques appliquées
    Canada
  • 1982 - 1984
    U Sherbrooke
    Maîtrise | Mathématiques
    Canada
  • 1992 - 2005
    UQÀM
    Doctorat | Communication
    Canada

Mes affiliations

  • Chaire de recherche sur l'homophobie (UQAM) RISSC+ (UQO)

Ce qui m'a amené à faire de la recherche

Le besoin de résoudre des questions de complexité et de chaos dans les réactions humaines.


La démocratisation des sciences

C'est comme l'accès à l'éducation, plus on diversifie, plus on soutient des communautés ignorées par le colonialisme et les tendances mainstream,


L'avenir des sciences en français au Canada

Que l'on comprenne que le français amène une autre façon de comprendre et de raisonner. l'Anglais reste une langue de communication internationale mais tout faire en anglais m'amène à perdre une capacitté d'intelligence des contextes.


L'importance de faire partie de l'Acfas

Parce que l'ACFAS prend différentes formes tout au long de ma carrière et qu'elle l'a toujours soutenue. J'ai étudier où Marie Victorin résidait, j'ai commencé à assister à l'ACFAS en 1981 avant ma maîtrise et j'y ai fait diverses activités qui m'ont donné une émancipation.