Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

Que disent les personnes ayant un traumatisme crânien de leur fréquentation des lieux publics ?

Auteur : Hélène Lefebvre
Colloque    633 - Innovation et recherche en santé : l'approche Living Lab

L'évaluation du projet d'Accompagnement citoyen en Intégration Communautaire pour les personnes ayant un traumatisme crânien a permis de recueillir les propos de ces personnes sur leur fréquentation des lieux publics ainsi que les propos des accompagnateurs citoyens sur le sujet. But : cette analyse secondaire porte sur les éléments facilitant ou entravant la réalisation des activités dans l'espace public. Échantillon : 9 personnes (3 TCC légers, 6 TCC modéré ou sévère) âgées de 29 à 69 ans on participé à l'étude et 5 accompagnateurs. Méthodologie : Il s'agit d'un devis qualitatif  réalisé par des entrevues individuelles auprès des personnes ayant un traumatisme crânien et de l'analyse des comptes-rendus des accompagnateurs. Une analyse thématique a été réalisée sur les entrevues transcrites inextenso et les comptes-rendus. Résultats : Les résultats présentés portent sur les facteurs favorisant ou contraignant la réalisation d'activités dans les lieux publics selon la trame du modèle de chaîne d'action: la planification, le parcours, et l'utilisation du lieu. Les résultats montrent que la conception des lieux publics doit prendre en compte les besoins de confort et de sécurité et favoriser l'efficacité des personnes vivant une situation de handicap.

81e Congrès de l'ACFAS

Design d'une expérience de « téléprésence augmentée » dédiée aux troubles de la communication dans le cadre du Living Lab SAT/CHU Sainte-Justine

Auteur : Anne Moïse-Richard
Colloque    633 - Innovation et recherche en santé : l'approche Living Lab

Dans le cadre d'un projet pilote réalisé en 2012, le co-design d'un dispositif de téléprésence dédié aux troubles de la communication est effectué. Ce dernier représente la première étape d'un projet visant à bonifier l'expérience thérapeutique actuelle en simulant des situations communicationnelles réelles en espace contrôlé de façon plus réaliste. L'objectif principal de la démarche est permettre aux thérapeutes de micro-graduer d'avantage l'exposition et faciliter d'avantage l'acquisition de compétences communicationnelles et la généralisation de la fluidité chez les usagers tout en maximisant l'adoption du dispositif par ces derniers.

Ce projet a été mené dans le sein du programme en trouble de la communication au Centre de réadaptation Marie-Enfant du CHU St-Justine par une équipe multidisciplinaires composée d'usagers, de cliniciens, d'artistes-développeurs et d'ethnographes. La méthodologie de recherche action, les activités de co-design ainsi que les résultats de l'expérimentation avec un groupe de jeunes enfants sont présentés.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    633 - Innovation et recherche en santé : l'approche Living Lab
81e Congrès de l'ACFAS

Barrières et facilitateurs à l'utilisation d'un fauteuil roulant motorisé intelligent du point de vue des usagers et de leurs aidants

Auteur : François Routhier
Colloque    633 - Innovation et recherche en santé : l'approche Living Lab

Notre équipe de chercheurs multidisciplinaires (réadaptation, informatiques, ingénierie) développe un fauteuil roulant motorisé intelligent (FRMI) pouvant naviguer de façon autonome tout en évitant les obstacles. Les personnes avec des incapacités motrices, sensorielles ou cognitives importantes pourraient bénéficier d'une telle technologie. Nous avons réalisé une étude dont l'objectif était de comprendre les barrières et facilitateurs à l'utilisation du FRMI dans un contexte réel. Des entrevues individuelles semi-dirigées ont été menées auprès de 12 usagers potentiels du FRMI et de 4 proche-aidants. Étant donné qu'il s'agit d'une innovation qui n'est pas encore offerte sur le marché, une vidéo de 4 minutes démontrant les fonctionnalités du FRMI dans un centre d'achat (partenaire du Living Lab du CRIR) a été produite et présentée aux participants lors des entrevues afin de leur permettre de s'exprimer sur le FRMI sans l'avoir essayé. L'analyse thématique démontre que les participants anticipent à la fois des avantages en lien avec l'utilisation du FRMI en contexte réel (ex. meilleure habilité à éviter les obstacles) et des défis (ex. pertinence du FRMI selon les activités effectuées). L'implication des usagers dans le processus de développement du FRMI permet le développement de technologies qui correspondent aux besoins des usagers.       

Projet financé par PSI-CRIR et RQRV.  

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    633 - Innovation et recherche en santé : l'approche Living Lab
81e Congrès de l'ACFAS

Comment conjuguer consentement éclairé et justice sociale pour les personnes atteintes de trouble mental grave ?

Auteur : Marie-claude Jacques
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

Les personnes atteintes de trouble mental grave, comme la schizophrénie, sont en général présumées vulnérables, voire inaptes par défaut. La capacité à consentir de façon éclairée, en particulier, préoccupe. À première vue, il semble évident que toutes les mesures nécessaires doivent être mises en place pour protéger ces personnes (notamment d'elles-mêmes) au moment de consentir ou non à la participation à un projet de recherche. D'ailleurs, avec raison, ces 50 dernières années, de solides mesures de protection des sujets vulnérables ont été mises en place par des organisations internationales en éthique biomédicale. Cependant, il importe de se questionner sur une possible surprotection des personnes atteintes de trouble mental grave, ainsi que des conséquences que cela peut avoir sur les droits de l'individu et de la population qu'il représente.

À partir d'un contexte d'éthique de la recherche, cette présentation vise à mettre en lumière la réalité du consentement éclairé des personnes atteintes de trouble mental grave, ainsi qu'à partager une vision plus nuancée de la protection de ces personnes vues comme vulnérables.

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Auteur : Louis Bourdages
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?
81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?
81e Congrès de l'ACFAS

L'articulation du souci de soi, de l'autre et de l'institution : une posture et une pédagogie au service du déploiement du souci éthique chez les praticiens

Auteur : Diane Léger
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

L'étude des pratiques psychosociales propose le développement d'une posture de recherche-formation susceptible de créer des ponts entre une éthique de la sollicitude et une éthique normative chez les praticiens œuvrant en santé et en relations humaines. En effet, l'étude des pratiques, telle qu'elle est qu'entendue ici, s'appuie sur le développement de compétences attentionnelles, perceptives, réflexives et dialogiques à partir de l'expérience telle qu'elle a été vécue. Elle vise une mise sens et une mise en forme de sa pratique et de son identité au sein d'un groupe de recherche-formation. Les questions du rapport à soi, à l'autre et aux contextes de pratique sont au cœur des terrains de questionnement, de réflexion, de dialogue et deviennent sources de sens, de connaissance, de  soin, de formation et de renouvellement des pratiques, notamment sur le plan du souci éthique. En plaçant les praticiens au cœur des tensions du triangle du « je-tu-il » évoqué par Ricœur (1985), avec les promesses qui s'y jouent, ce travail place les conditions de développement d'une sollicitude ancrée dans l'expérience du sujet œuvrant auprès d'autres sujets dans des espaces institutionnels. Quelques conditions pédagogiques propres à ce travail seront ici présentées. 

81e Congrès de l'ACFAS

De la sollicitude : questions humanistes d'aujourd'hui

Auteur : Jean-François DUPEYRON
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

Face à un « grand marché » ayant fortement tendance à réduire l'humain aux notions d'employabilité et de solvabilité et en fonction des caractéristiques « désintégratives » des sociétés néo-libérales, une tendance se dessine depuis quelques années : le retour aux sentiments moraux, via l'éthique du care ou l'éloge de la sollicitude. Une véritable politique du care a même été esquissée çà et là dans certains discours électoraux, en lien avec un retour vers les principes humanistes.

Sans être nécessairement hostile à ce mouvement d'idées, nous lui ferons subir un travail de déconstruction philosophique pour en explorer quelques aspects problématiques, constituant une partie des questions humanistes d'aujourd'hui : qu'en est-il du sujet occidental et en quoi la sollicitude peut-elle être pour lui une préconisation pragmatique ? Face à l'état du monde, comment la sollicitude, en tant que pièce majeure de l'éthique humanitaire, peut-elle s'articuler avec le jugement politique et la participation des citoyens ? Dans les métiers à autrui, dans quelle mesure la sollicitude doit-elle faire partie du socle déontologique des professionnels ? Trois questions combinées seront ainsi traitées : une philosophique, une politique et une professionnelle. 

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?
81e Congrès de l'ACFAS

L'acte de soin et ses effets neurobiologiques

Auteur : Jacques Quintin
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

Pour un malade, cela commence par une maladie qu'il vit comme une rupture dans son existence. Cette expérience de crise peut induire la solitude. Le psychologue John Cacioppo montre que lorsque la solitude devient une condition chronique, l'impact devient majeur et a des effets biologiques. On assiste à des changements néfastes dans les systèmes cardio-vasculaire, immunitaire et nerveux. Cette expérience de la maladie soulève chez le malade un désir qui se décline sur deux versants : un commandement, « soignes-moi » et un questionnement, « serai-je bien soigner ». Nous nous demanderons comment le professionnel de la santé peut répondre à cet état d'âme. Notre hypothèse consiste à montrer que l'acte de soin comme acte de présence exerce un effet placebo, ce qui en fait une intervention éthique qui trouve un fondement scientifique. Cependant, Il faut cesser de prendre pour inné cette manière d'être. Cette posture a besoin d'être nourri par des exemples, par la philosophie, par la littérature, par les humanités. Cela implique réintroduire les humanités dans l'enseignement des soins pour des soins plus humains. Également, cela implique une réévaluation de notre organisation des soins et de ses modalités d'évaluation.

81e Congrès de l'ACFAS

Les procréations médicalement assistées : un imaginaire à l'œuvre

Auteur : Céline Boissonneault
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

Les procréations médicalement assistées offrent une option supplémentaire aux couples désirant concevoir un enfant et fonder une famille. La fécondation in vitro, au delà de la performance technoscientifique qu'elle était à ses commencements, est devenue une technique palliative de la stérilité tout en ouvrant la voie à des possibilités inédites dans l'histoire de l'humanité : concevoir hors sexualité, avoir accès au bagage génétique de l'enfant à naître avec les choix d'avortement ou d'intervention génétique qui l'accompagnent. Le regard posé sur la création d'un enfant renvoie ici à un cadre normatif reposant essentiellement sur un paradigme technique et médical. Or, la conception d'un enfant naît aussi d'un désir profondément enraciné dans la relation humaine, ce qui impose une réflexion sur l'accompagnement des couples en démarche de procréation médicalement assistée. À travers l'œuvre de Hannah Arendt (1961) et notamment sa conceptualisation du travail, de l'œuvre et de l'action, nous chercherons à penser l'apport de la pensée phénoménologique et existentielle à l'encadrement des nouvelles technologies de reproduction, entre cadre légal et place donnée à l'humain.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?
81e Congrès de l'ACFAS

Des théories du care, de l'éducation et du programme d'Éthique et culture religieuse

Auteur : Claude Gendron
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

Les théories de la sollicitude (désignées aussi comme éthiques du care, du prendre soin ou du souci) apparaissent de mieux en mieux connues. Ainsi, après avoir été longtemps confinées au monde anglo-saxon, elles semblent maintenant avoir trouvé place ces dernières années au sein de la littérature académique francophone (Paperman et Laugier 2005, Garrau et Legoff 2010, etc.). Si ces théories se distinguent sans doute l'une de l'autre sur plusieurs plans, elles invitent toutes cependant à repenser des enjeux de la vie morale ayant été occultés par les éthiques dominantes, qu'il s'agisse par exemple des éthiques de vertu ou encore conséquentialistes. Notre communication dégagera des fondements partagés par les éthiques du care et traitera en particulier de l'intérêt que représente la théorie de la philosophe Nel Noddings pour l'éducation. Nous viserons plus spécialement à proposer une analyse critique de certains axes du programme ministériel d'Éthique et culture religieuse en regard de cette éthique.

81e Congrès de l'ACFAS

L'accompagnement d'une personne en grande vulnérabilité : l'humain comme être autonome et comme être vulnérable

Auteur : Louis Bourdages
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

L'accompagnement d'une personne en grande vulnérabilité, particulièrement une personne ayant une déficience intellectuelle profonde, nous rappelle le vrai sens de l'humain et que, derrière le handicap, il y a une personne à part entière. C'est aussi une invitation à questionner la conception que nous avons de nous-mêmes, à regarder la vulnérabilité non pas comme une image de faiblesse ou de considérer le handicap uniquement comme déficience, mais comme une avenue utile et positive, à partir de ce que la personne est capable de faire et d'être (Nussbaum, 2008). Le handicap n'équivaut pas à l'absence de possibilité, puisque tout n'est pas handicapé dans le handicap. Il devient donc important de prendre une posture éthique qui intègre la vulnérabilité dans l'intention et l'agir professionnel de même qu'une conception de la liberté. La vulnérabilité doit devenir une matière première, une conception de l'humain qui s'appuie sur la valorisation des individus qui n'est pas pensées à partir de leurs privations, mais à partir de leur mode d'être (Pelluchon, 2009).

Ma réflexion éthique s'appuya sur mon expérience clinique auprès des personnes polyhandicapées, ainsi que sur l'approche des capabilités de Nussbaum. S'ajoute à cela une critique de l'anthropologie de la modernité qui met l'accent sur les capacités rationnelles en développant une argumentation qui insiste sur un double statut de l'humain : comme être autonome et comme être vulnérable (Maillard, 2011).  

81e Congrès de l'ACFAS

L'écoute de l'autre, l'écoute de soi, une nécessité éthique

Auteur : Hélène Patenaude
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

Prendre soin c'est porter attention à l'autre dans son universalit, mais aussi dans sa singularité. Pour ce faire, il est nécessaire de le connaître, de l'entendre et de le comprendre (Bolly et GrandJean, 2004).  La communication est au cœur des soins. Les demandes de soins, de différentes natures, de la personne faisant face à une problématique de santé interpellent le soignant dans la rencontre. Mais comment l'éthique se vit-elle au quotidien dans la rencontre avec l'autre? Et alors, qu'est-ce qui est en jeu dans le quotidien de l'acte? L'éthique se manifeste dans une relation d'authenticité, à travers l'attention portée à l'autre dans sa globalité. C'est une éthique qui donne la parole à toutes les personnes concernées, le soignant et le soigné.  Qui dit parole, dit écoute; une écoute consciente, intentionnelle, qui accueille la demande, qui permet à la personne d'être entendue et de se comprendre. Qu'en est-il de l'écoute dans les milieux de soins? Quelle place, quelle importance prend-elle par rapport à l'acte, à l'action dans un monde d'efficacité et d'efficience? L'écoute de l'autre nécessite l'écoute de soi. La demande peut venir remuer des émotions, en susciter chez le soignant. Il  est alors aux prises avec ses propres questionnements et amorcer un engrenage d'actions qui peuvent insidieusement écarter la demande de l'autre, l'abandonner. Comment l'écoute peut-elle alors demeurer éthique pour répondre à l'autre dans sa singularité et dans sa vulnérabilité?

81e Congrès de l'ACFAS

L'expérience de la conversion existentielle : pour une éthique de la sensibilité dans les métiers d'accompagnement

Auteur : Jean-philippe Gauthier
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

Ma pratique de formateur dans les programmes de psychosociologie de l'UQAR cherche à favoriser le développement de compétences relationnelles indispensables pour les métiers d'accompagnement en relations humaines (St-Arnaud, 1999). Comment œuvrer pour l'émergence d'une éthique de l'accompagnement où la sensibilité fonde le rapport à soi et à l'autre pour faire face adéquatement aux défis inattendus de nos existences? Pour Bertrand (2005), l'attitude à déployer réside dans une qualité d'observation et d'attention. Un certain usage de la pensée ne doit pas empêcher le sujet d'entrer profondément en relation de perception avec la réalité telle qu'elle lui apparaît. Il propose une conversion du regard, une invitation à puiser à même les profondeurs de notre sensibilité afin que nos croyances et nos conditionnements ne nous empêchent pas d'accéder à une intelligence impersonnelle capable de nous rendre créateur dans notre rapport à soi, aux autres et au monde. Une telle éthique de l'immanence résonne avec l'œuvre de Misrahi (2011) portant sur la conversion existentielle du sujet. Sujet intellectuel de la connaissance, l'individu est également sujet de son désir, de ce «mouvement charnel et conscient qui poursuit la réalisation d'une signification librement posée comme telle et constituée comme valeur désirable» (2011, p.74). Misrahi balise un chemin de liberté réciproque possible si l'autre aussi est considéré comme sujet précieux et centre d'initiatives créatrices.   

81e Congrès de l'ACFAS

Sollicitude, sexe et genre : aider des hommes ?

Auteur : Gilles Tremblay
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

La sollicitude est-elle influencée par le sexe et le genre de la personne sur qui elle porte ou encore de celle qui porte un regard sur l'autre ? Jusqu'où va-t-elle lorsque la personne a enfreint des normes sociales largement acceptées par la société? S'appuyant à la fois sur mon expérience de clinicien et de formateur ainsi que sur les écrits scientifiques et mes recherches dans le domaine de l'intervention auprès des hommes (Tremblay & L'heureux, 2002), l'exposé portera notamment sur deux situations-types : en contexte de violence et lorsque la norme de genre est enfreinte. Ainsi, pour exercer une réelle sollicitude envers un homme qui a commis un, ou des, abus, force est de constater que cela exige un travail intense sur soi pour se défaire de nombreux « filtres » qui viennent interférer dans la relation. Plus encore, Dulac (2001) questionne jusqu'à quel point cette relation d'aide est-elle réellement désirée. Par exemple, des études montrent que les professionnels ont tendance à référer davantage une femme qui a commis un filicide vers les services psychiatriques qu'un homme préférant référer ce dernier au criminel.  Ici, non seulement le sexe de l'abuseur influence mais aussi le rôle de protection sociale des intervenants. Un autre type de situations qui met la sollicitude à l'épreuve est sans aucun lorsque les normes de genre sont enfreintes.

81e Congrès de l'ACFAS

Le sujet ému : ouverture à une éthique de la vie affective

Auteur : jean Humpich
Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?

En amont de la volonté du prendre-soin de la personne (Honoré, 2008) dans les systèmes humains complexes dans lesquels elle évolue, quelle est la pertinence d'une prise en compte du pouvoir-être des sujets eux-mêmes ? Quels outils avons-nous à notre disposition pour favoriser un engagement empathique envers autrui ? Certains des métiers de l'accompagnement mettent l'accent sur la formation à la sensibilité de l'intervenant lui-même. Pourrions-nous interroger certaines natures de sensibilité qui puissent favoriser une stabilité attentionnelle aux particularités de l'être humain ? Un défi est à relever car pour Michel Henri, la sensibilité ne se donne qu'à travers le jeu sans fin de ses apparitions subjectives, constamment changeantes et renouvelées. 

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    635 - Éthique de la sollicitude et éthique normative : une articulation est-elle possible ?
81e Congrès de l'ACFAS

Analyse du vécu subjectif des familles homoparentales lesbiennes ayant recours aux techniques d'aides à la procréation 

Auteur : Emilie Moget
Colloque    637 - Regards croisés sur les familles issues de la diversité sexuelle : enjeux scientifiques, sociaux et juridiques

Les profonds changements vécus au sein de la famille en Occident ces dernières décennies ont conduit à l'émergence de nouvelles configurations familiales. Celles-ci ont des impacts sur le vécu psychologique des individus. Nous nous proposons d'exposer notre recherche portant sur les familles homoparentales. Leurs apparences, de moins en moins  « marginales » viennent bouleverser nos repères, nos représentations de ce que doit être « une famille », cette dernière se constituant traditionnellement d'un père, d'une mère et d'un enfant. Plus spécifiquement, notre intérêt porte sur les couples lesbiens qui ont recours aux pratiques modernes d'aides à la procréation avec un don de sperme anonyme. De nombreuses questions sont soulevées : leur rôle auprès de l'enfant à naître, la place du donneur anonyme dans leur histoire de vie familiale, la question des origines, le développement de l'identité sexuée de l'enfant, leur intégration au sein d'une société hétéronormative, etc. Étude qualitative, longitudinale et prospective, enfants et parents sont régulièrement rencontrés. Notre démarche étant de mettre en lumière la singularité de leur fonctionnement familial.



81e Congrès de l'ACFAS

Que devient le parent social lorsque les deux parents biologiques sont présents ? Analyse de coparentalités gaies et lesbiennes 

Auteur : Cathy Herbrand
Colloque    637 - Regards croisés sur les familles issues de la diversité sexuelle : enjeux scientifiques, sociaux et juridiques

Dans un contexte où l'idéologie de la consanguinité et le modèle de la famille nucléaire restent influents, il est parfois encore difficile pour un adulte qui s'occupe au quotidien d'un enfant avec qui il ne partage pas de lien biologique et légal, de trouver et définir sa place en termes de parenté, ainsi que de faire reconnaître celle-ci autour de soi et au sein de la société. Bien qu'un nombre croissant d'études aient porté ces dernières années sur la diversité de places et de rôles pris et assumés par le « co-parent », le « parent social » ou le « beau-parent », en particulier dans les couples lesbiens, peu de recherches se sont toutefois intéressées à la manière dont ceux-ci se jouent au sein des « coparentalités gaies et lesbiennes », à savoir des projets pluri-parentaux où un homme et une femme, sans lien conjugal, s'associent pour avoir un enfant et l'élever séparément, avec éventuellement la participation de leurs partenaires respectifs. Cette communication vise à explorer les diverses façons dont la figure du coparent social se déploie dans ces configurations gaies et lesbiennes, ainsi qu'à cerner les circonstances et les éléments qui peuvent intervenir dans la définition et la légitimation de cette position spécifique. Il s'agira notamment de considérer la dimension genrée de ces dynamiques et le rôle de la terminologie parentale utilisée.

81e Congrès de l'ACFAS

La reconnaissance comme protection. L'accès à la paternité chez les couples gais espagnols à travers la gestation pour autrui

Auteur : marta roca i escoda
Colloque    637 - Regards croisés sur les familles issues de la diversité sexuelle : enjeux scientifiques, sociaux et juridiques

Nous allons nous concentrer sur les demandes actuelles de reconnaissance dans le cadre des processus de paternité à travers la Gestation Pour Autrui chez les couples gais espagnols. Ces nouvelles modalités d'accès à la parentalité ont fait l'objet de revendications récentes du mouvement homosexuel espagnol. Celles-ci ont mis à l'épreuve le caractère hétérosexué du système de filiation, en s'appuyant sur les ressources du libéralisme, ainsi que sur la règle d'égalité et de non discrimination ou encore sur les principes de neutralité de la puissance publique devant une diversité de biens substantiels ou de « choix » de vie, laissés à la discrétion des personnes. Il s'agira d'analyser des aspirations qui visent directement le droit ou le rencontrent en chemin, lors de leur réalisation pratique. Concernant cela, on se demandera quel est le poids du principe d'égalité ou de non-discrimination dans ces débats. On sera également attentif aux appuis normatifs, politiques et juridiques qui ont été mobilisés par les militants homosexuels dans le cadre de la transformation du système de filiation en Espagne. Cette transformation apparaît inhérente à la reconnaissance plénière de l'homoparentalité, et elle semble également approfondir la libéralisation et l'individualisation du droit. Il s'agira donc de se demander empiriquement ce que le libéralisme fait à la « famille », à ses formes de régulations juridiques et politiques comme à ses modalités conséquentes d'organisation dans le quotidien.

81e Congrès de l'ACFAS

No Future ? L'homoparentalité et la question de l'intérêt de l'enfant

Auteur : Bruno Perreau
Colloque    637 - Regards croisés sur les familles issues de la diversité sexuelle : enjeux scientifiques, sociaux et juridiques

Les débats sur l'homoparentalité en Occident ont placé la question de l'intérêt de l'enfant en leur centre, sans pour autant que cette notion ne soit jamais définie. Qui est cet enfant abstrait dont l'intérêt serait menacé ? Qui parle en son nom ? Pourquoi privilégier un modèle parental basé sur une logique des « places » paternelle et maternelle plutôt qu'une intelligence éducative et affective ad hoc ?

 Je montrerai que l'intérêt de l'enfant prend appui sur une éthique de sollicitude et oriente les politiques publiques vers la satisfaction des générations futures. Selon le philosophe Ian Shapiro, l'intérêt de l'enfant implique une responsabilité pour autrui qui fonctionne comme un contre-poids interne à la tradition du libéralisme politique (« Governing Children », Democratic Justice, 1999, 64-109). L'intérêt de l'enfant permettrait de contrebalancer l'insécurité produite par le marché et la libre circulation des biens et des personnes en se focalisant l'avenir.

 Dès lors, la faible connaissance des cultures homosexuelles et des formes de responsabilité qu'elles ont développées (intergénérationnelles, transnationales, amicales, etc.) peut expliquer les résistances à l'homoparentalité. Je montrerai que la relation au futur dans les cultures homosexuelles n'est pas exclusivement temporelle et, qu'en cela, elle apporte un démenti cinglant au paradigme de la gouvernance par anticipation.