Aller au contenu principal

Du mercredi 8 au jeudi 9 mai 2013

L’évolution des sociétés vers la démocratie et la reconnaissance des droits humains fondamentaux, particulièrement au cours des soixante dernières années, auront contribué à une certaine évolution dans les attitudes et le regard sur les personnes en situation de vulnérabilité.

La reconnaissance de droits pour les personnes vulnérables est en principe une reconnaissance de la personne-sujet, une reconnaissance de la personne à part entière, dans sa dignité et dans sa pleine « humanitude ». Mais, dans les faits, la reconnaissance de droits n’implique pas nécessairement un engagement empathique envers autrui et n’induit pas automatiquement un élan de compassion et de sollicitude pour l’être humain derrière la maladie ou le handicap. Ce manque de sensibilité envers autrui se traduit souvent dans une certaine froideur, se transformant en une rigidité et un manque d’attention envers les particularités de cet être. Le manque de reconnaissance de l’humain par l’humain laisse place au développement d’une structure hiérarchique de pouvoir, mais peu d’espace pour la parole de la personne vulnérable.

Peut-on concevoir une éthique qui laisse plus de place au domaine de la sensibilité, pouvant se transformer en attitude et en bienfaisance dans une complémentarité avec les éthiques davantage axées sur les droits et sur les normes ? Pouvons-nous adopter une posture ou une position éthique basée à la fois sur des valeurs comme la compassion et la sollicitude, en complémentarité avec des valeurs comme l’égalité et la justice sociale ? C’est ainsi que les personnes en situation de vulnérabilité pourront développer une certaine autonomie à partir de leur propre potentiel et de ce qui est vivant en chacune d’elle. C’est peut-être à ce moment que le dialogue prendra place et que la parole des personnes vulnérables sera enfin entendue.

Lire la suite »

Colloque

Section 600 - Colloques multisectoriels
Ajouter à mon horaire

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

08 h 45 à 16 h 30
Communication orale
Communications orales
Articulation I
08 h 45
Mot de bienvenue
Louis Bourdages (Cégep de Rimouski)
09 h 05
De la sollicitude : questions humanistes d'aujourd'hui
Jean-François DUPEYRON(Université Montesquieu - Bordeaux 4)
Résumé
09 h 55
L'acte de soin et ses effets neurobiologiques
Jacques Quintin (UdeS - Université de Sherbrooke)
Résumé
10 h 30
Pause
10 h 45
Comment conjuguer consentement éclairé et justice sociale pour les personnes atteintes de trouble mental grave ?
Marie-claude Jacques(UdeS - Université de Sherbrooke)
Résumé
11 h 25
Les procréations médicalement assistées : un imaginaire à l'œuvre
Céline Boissonneault (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
12 h 00
Dîner
13 h 15
L'articulation du souci de soi, de l'autre et de l'institution : une posture et une pédagogie au service du déploiement du souci éthique chez les praticiens
Diane Léger(UQAR - Université du Québec à Rimouski), Jeanne-Marie Rugira (UQAR - Université du Québec à Rimouski)
Résumé
14 h 00
L'expérience de la conversion existentielle : pour une éthique de la sensibilité dans les métiers d'accompagnement
Jean-philippe Gauthier(UQAR - Université du Québec à Rimouski)
Résumé
14 h 40
Pause
15 h 00
Le sujet ému : ouverture à une éthique de la vie affective
jean Humpich (UFP - Université Fernando Pessoa)
Résumé
15 h 40
L'accompagnement d'une personne en grande vulnérabilité : l'humain comme être autonome et comme être vulnérable
Louis Bourdages (Cégep de Rimouski)
Résumé
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
Articulation II
09 h 00
Sollicitude, sexe et genre : aider des hommes ?
Gilles Tremblay (Université Laval)
Résumé
09 h 45
Des théories du care, de l'éducation et du programme d'Éthique et culture religieuse
Claude Gendron (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
10 h 25
Pause
10 h 40
L'écoute de l'autre, l'écoute de soi, une nécessité éthique
Hélène Patenaude(Université Laval)
Résumé