Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

Synthèse

Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale
81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale
81e Congrès de l'ACFAS

Apprendre et devenir sous l'angle de Vygotsky : les trajectoires d'apprentissage et d'identité des jeunes dans des espaces éducatifs divers à travers le temps

Auteur : Jrene Rahm
Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale

Le rapport entre le développement et l'apprentissage est central pour Vygotsky, de même que l'histoire de l'individu et son avenir. Pour Vygotsky, ces lignes de développement se croisent et se réunissent dans une relation dialectique et constituent conjointement les trajectoires d'apprentissage et d'identité. La présentation suivante propose un survol des concepts clés théoriques ancrés dans l'approche historico-socioculturelle de Vygotsky et des théories récentes inspirées de cette approche. Il s'agit d'explorer l'apprentissage et le développement identitaire des jeunes sous un regard horizontal (à l'intérieur d'un espace éducatif), mais aussi vertical (au travers des espaces éducatifs) et à travers le temps. Le recours à une telle vision globale soulève plusieurs questions tant au plan méthodologique qu'au plan théorique, qui seront abordées à travers la lecture d'études de cas qualitatives faites auprès de jeunes que nous avons suivis pendant quatre ans dans un programme parascolaire de science. Ce suivi témoigne de l'importance et de la portée des activités parascolaires dans la compréhension de la continuité développementale, et également pour comprendre le lien étroit entre l'apprentissage et le développement des jeunes dans une perspective de trajectoire. 

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale
81e Congrès de l'ACFAS

Acquérir des connaissances ou développer des compétences? Une réflexion inspirée de l'étude des interactions mère-enfant à la période préscolaire

Auteur : Sophie Parent
Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale

L'intérêt pour la préparation scolaire [school readiness] des enfants a gagné en importance au cours des 20 dernières années, tant chez les chercheurs que chez les parents. Les parents perçoivent que les attentes du milieu scolaire ont augmenté et qu'un «bon parent» doit désormais s'affairer activement à préparer son enfant pour l'école (LeFevre, 2000). De nombreux organismes leur prodiguent des conseils quant aux stratégies à utiliser pour y arriver (voir par exemple Zero to Three National Center for Infants, Toddlers, and Families). Les résultats des recherches sur le sujet s'avèrent toutefois assez peu clairs. En particulier, quelles sont les stratégies parentales qui favorisent le mieux la préparation scolaire? En ce qui concerne la dimension cognitive de la préparation scolaire, le parent doit-il enseigner à son enfant des connaissances liées au domaine scolaire, de façon à favoriser l'acquisition de connaissances sur les lettres, les nombres, les formes géométriques, etc.? Le parent doit-il plutôt mettre en place des conditions qui favoriseront le développement des compétences de l'enfant, par exemple en l'exposant à une diversité d'opportunités de participation active à la résolution de tâches de type scolaire? Les travaux menés par notre équipe sur les interactions mère-enfant à la période préscolaire en lien avec le développement de la numération et de l'alphabétisation suggèrent quelques pistes de réponse et de réflexion sur ces questions.

81e Congrès de l'ACFAS

Les liens entre apprentissage et développement : une simple relation dialectique?

Auteur : Michèle Venet
Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale

Lorsqu'il affirme que tout bon enseignement doit précéder le développement et le susciter, Vygotsky pose d'emblée la relation dialectique qui les unit l'un à l'autre.  Ainsi voit-il la zone proximale de développement comme l'endroit précis où celle-ci se manifeste : partant du niveau actuel de l'élève, l'enseignante lui fournit l'aide et la stimulation dont il a besoin pour atteindre son niveau potentiel, qui deviendra, par un processus d'intériorisation, son nouveau niveau actuel. Et ainsi de suite.  Le développement est donc favorisé par la médiation effectuée sur le plan interpsychique dans le but de permettre une appropriation des apprentissages sur le plan intrapsychique, condition sine qua non du développement. Par ailleurs, Vygotsky nous propose également une vision dialectique des liens qui existent entre affect et cognition : l'un ne peut être étudié sans l'autre, nous dit-il, car ils sont en constante interaction dans l'être humain.  Et, si ce qui réside en dernier lieu derrière la pensée est un désir, un vouloir, un sentiment (Vygotsky, 1997), il reste que la pensée contribue à la régulation des émotions (Vygotsky, 1997). Nous pensons quant à nous qu'il est impossible d'étudier la relation entre développement et apprentissage sans tenir compte de la relation entre affect et cognition et que les émotions constituent, sinon le seul, du moins un des facteurs clés du processus d'appropriation sur le plan intrapsychique. C'est ce que nous tenterons de montrer.

81e Congrès de l'ACFAS

Synthèse

Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale
81e Congrès de l'ACFAS

Le développement de l'écriture des élèves dans le cadre du développement des compétences professionnelles des enseignants

Auteur : Joaquim Dolz
Colloque    537 - Apprentissage et développement : une perspective globale

Comment s'organise le développement des compétences professionnelles à propos de l'enseignement de la production écrite? Quels savoirs sont mobilisés et comment ces savoirs s'organisent-ils dans les séquences de formation des enseignants du primaire et du secondaire ? Comment le développement de l'écriture des élèves et le développement des compétences des enseignants sont-ils en résonnance ? Pour répondre à ces questions, nous avons conduit une recherche recueillant toutes les données dans l'ensemble des institutions de formation des enseignants de la suisse romande (7 institutions). Durant une année académique, nous avons filmé, transcrit et synthétisé toutes les séquences de formation portant sur l'enseignement de la production écrite. Nous avons ainsi identifié les activités de formation réalisées, les outils mis en place, les savoirs mobilisés et les principales catégories de savoirs transmis dans la formation et leur déploiement du début à la fin de la formation (auprès des futurs enseignants et auprès des élèves dans certains stages). Nous mettons en évidence le travail proposé à partir de l'analyse de textes d'élèves et la préparation et la mise en pratique de dispositifs dans les classes (savoirs praxéologiques). Nous analysons ainsi comment le développement de l'écriture des élèves est travaillé dans la formation des enseignants. Nous mettrons en miroir la conception du développement professionnel des enseignants avec le développement des capacités langagières des élèves.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître
81e Congrès de l'ACFAS

À la recherche du délire et de l'ivresse : le désir de connaître passant par l'approche historique et biographique

Auteur : Claude Boucher
Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître

Il n'est pas de plus éminente façon de connaître la nature et l'état présent des choses que de se pencher sur la manière dont elles sont nées et se sont développées, bref, sur la manière dont, au cours des temps, elles sont devenues ce qu'elles sont. C'est Aristote, le plus célèbre des philosophes grecs, qui nous l'apprend. C'est aussi la leçon que j'ai voulu illustrer en mettant en scène dans Une brève histoire des idées de Galilée à Einstein la vie et la pensée de six grands hommes de science. Dans cet ouvrage, j'ai aussi voulu montrer que le choc des idées, des mentalités et des conceptions du monde est porteur de drames et de violences, dont l'intérêt ne le cède en rien aux épisodes de l'histoire politique.

On s'afflige du désenchantement que les jeunes semblent éprouver à l'égard de la science. Il faut reconnaître que la transmission du savoir scientifique telle qu'elle se pratique dans les écoles apparaît souvent ennuyeuse et momifiée. Un enseignement vivifiant de l'histoire des sciences pourrait, je pense, modifier cette perspective. Car la science contemporaine nous a révélé que le monde où nous sommes plongés est un inépuisable pays des merveilles. Oui, le monde est un enchantement, une source d'ivresse et de délire, et c'est la science, cette science que l'on croyait austère, qui nous l'apprend. C'est notre devoir que de révéler ce secret à nos élèves.

81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître
81e Congrès de l'ACFAS

Docere et placere : le désir de connaître passant par l'art et la science

Auteur : Linda Moussakova
Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître

 Cette libido sciendi peut être atteint en classe par des œuvres d'art. Assis dans un laboratoire de biologie, l'élève ne s'attend pas à voir des tableaux de grands maîtres de Rubens ou de Velasquez. Leurs yeux s'illuminent instantanément à la vue de ces œuvres. Cela surprend, intrigue, amorce des discussions, car le lien avec la biologie n'est pas toujours évident.

Cette idée a pris naissance à l'époque archaïque des acétates. Mais c'est indéniablement l'arrivée des projecteurs et de la médiatisation des classes qui ont changé du tout au tout mon enseignement. En un clic, de magnifiques images provenant des plus beaux musées du monde étaient accessibles.

Depuis 2011, cette matière se retrouve aussi sur un blogue. Les élèves peuvent y flirter avec les mathématiques ou la physique et être séduits par des jumelages artistiques avec d'autres disciplines scientifiques. Cette plateforme permet d'ouvrir à de multiples publics, hors de la classe.

Tout comme en amour…le plaisir est de mise. L'enseignement des sciences doit s'inscrire dans la philosophie d'Horace « Docere et Placere » qui signifie Instruire et Faire Plaisir.  

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de clôture

Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître
81e Congrès de l'ACFAS

Mettre la table et mettre le feu : le désir de connaître passant par la démonstration

Auteur : Yvon Fortin
Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître

La démonstration, qui repose autant sur l'émotion que sur la raison, permet de camper « les choses » dans une perspective nouvelle et signifiante. Il s'agit alors de modifier le point de vue, de varier le « lieu » d'observation. De là, on s'efforce de formuler des idées qui bouleversent les schèmes habituels. Ainsi, le récepteur ne peut plus utiliser convenablement ses préconceptions pour interpréter ce qui est présenté. Il est déplacé. Il est prêt à être surpris.

Le démonstrateur veut provoquer cet effet de surprise qui place l'auditoire sur une zone inhabituelle. C'est là une des astuces les plus efficaces. On ne doit pas rester sur le terrain du public, mais le projeter sur le nôtre. Et pour cela, tous les coups sont permis : histoires, anecdotes, phénomènes, illusions, métaphores, analogies, expériences, objets, idées, modèles, théories. On tire sur tout ce qui bouge. On provoque, on choque, on soulage, on dérange, on apaise, on rassure, on perturbe. Tout ce qui met l'auditoire dans un état inconfortable et demande une explication, qui le pousse à vouloir comprendre, à chercher une réponse. Tout cela fait partie de l'arsenal de la démonstration. Créer une tension intellectuelle que l'on désamorce par des idées et des observations qui, même si elles nous perturbent, nous rassurent et nous élèvent.

81e Congrès de l'ACFAS

La chimie de l'amour : le désir de connaître passant par l'expérience de vie

Auteur : Normand Voyer
Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître

D'un côté, on prend acte d'une technoscience qui surdétermine toute notre société et de l'autre, on observe d'importantes failles du côté de l'esprit critique, rationnel et scientifique. Quand le chercheur prend conscience de cette situation paradoxale, il peut alors avoir le goût d'entrer dans la mêlée. Et s'il vise à intéresser les jeunes ou le grand public à sa science, à la science, il aura une distance à parcourir, un point de vue à modifier, un angle nouveau à trouver, bref beaucoup du travail à faire. Et s'il est du côté de la chimie, et que son point de départ est moléculaire, la distance à couvrir tiendra alors du grand écart.

Mais un chemin s'est ouvert, pas évident au premier abord, car il était celui de l'amour... Et en avançant masqué sur ce sentier, le chercheur en profiterait pour faire connaître ce qu'est l'approche scientifique, pour démonter le mythe du « bollé » ou faire voir, sans moraliser, les aléas des émotions médicamentées.

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître
81e Congrès de l'ACFAS

Les roses de la Brenta : apprendre, c'est fleurir 

Auteur : Christian Bouchard
Colloque    54 - Libido sciendi ou variations sur le désir de connaître

« Saveur » et « savoir » ont la même racine, le verbe latin sapere, soit « goûter ». Le savoir nous permet de mieux « goûter » le monde. Dans Galilée et les Indiens (Flammarion, 2008), le physicien français Étienne Klein évoque ces instants lumineux où après une démonstration mathématique, un raisonnement abstrait, une expérience de physique, « [l]e réel, soudain, vous répond. Se crée alors un contact intime, serré, avec lui, contact que procure une joie sans équivalent. On peut littéralement se faire plaisir avec la science, vibrer grâce à elle, c'est d'ailleurs pourquoi elle ne manque pas d'amants : comprendre aide à mieux ressentir. »  C'est parce qu'il aimait contempler les roses de la Brenta au point d'en faire son épitaphe que l'écrivain Heinrich Heine souhaitait jusqu'à embrasser tout l'univers : « À la voûte azurée du ciel, où scintillent les belles étoiles, je voudrais coller mes lèvres dans un ardent baiser. » Le désir est le moteur de tout apprentissage. Que l'on veuille devenir un jour poète ou scientifique n'y change rien. L'enseignement des sciences, comme des lettres, passe par le désir. C'est lui qui donne accès au patrimoine de l'humanité, c'est le « Sésame, ouvre-toi ! » C'est aussi lui qui nous fait ressentir le besoin d'interroger le monde. De partir à la recherche du sens. Dans « question », il y a « quête ». Une quête scientifique est une quête amoureuse. Au cours de laquelle un esprit constate de plus en plus qu'apprendre, c'est fleurir.    

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de clôture

Auteur : Rémi Quirion
Colloque    55 - Le goût de faire de la science
81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Auteur : Rémi Quirion
Colloque    55 - Le goût de faire de la science
81e Congrès de l'ACFAS

La relève en recherche : état de la situation

Auteur : Jean-pierre Robitaille
Colloque    55 - Le goût de faire de la science
81e Congrès de l'ACFAS

Conférence d'ouverture en lien avec les nouvelles tendances : la recherche intersectorielle

Colloque    55 - Le goût de faire de la science
81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    56 - Les enjeux de la lecture numérique : de l'Ipad à Jules Verne
81e Congrès de l'ACFAS

Le livre numérique gratuit en téléchargement légal : un outil marketing pour les éditeurs?

Auteur : Sylvie BOSSER-JUPIN
Colloque    56 - Les enjeux de la lecture numérique : de l'Ipad à Jules Verne

Dans l'écosystème en gestation que constitue le marché du livre numérique avec sa recherche de modèles économiques, ses paradoxes face aux attentes réglementaires de la commission européenne (taxe sur la valeur ajoutée, prix unique), ses usagers que l'on commence à définir et qui affichent une nette préférence pour les livres gratuits (issus de téléchargement légal et/ou illégal), il est essentiel de se pencher sur les possibilités que représente pour les éditeurs français l'offre gratuite légale.

Répondre à cette question implique en premier lieu de s'appuyer en contre point sur les trois études
portant sur l'offre illégale en France menées par Le MOTif (Observatoire du livre et de l'écrit en Ile-de-France). Le site de piratage Team AlexandriZ illustre également ce versant de la gratuité illégale. Par ailleurs, l'offre légale présente sur les plateformes de librairies en ligne, tant en termes de
catalogue que de ce qu'elle implique en termes d'outil marketing par rapport à l'usager est abordée par le biais des sites de la Fnac, d'Amazon et d'ePagine.
Les éditions de l'Eclat enrichissent également notre corpus d'analyse - à l'aide d'un entretien mené auprès du responsable et d'une analyse du catalogue sur leur site -, dans la mesure où elles font, depuis plusieurs années, l'expérience du livre gratuit sous l'appellation de Lyber.?

81e Congrès de l'ACFAS

Conférence d'ouverture : La lecture numérique ou le codage lettré M. Doueihi est  titulaire de la chaire de recherche sur les cultures numériques à l'Université Laval à Québec

Auteur : Milad Doueihi
Colloque    56 - Les enjeux de la lecture numérique : de l'Ipad à Jules Verne

Code et texte sont indissociables : le code est un texte voué à la fois à la lisibilité et surtout à la relecture et l'annotation. Le code est la première instance de ce qu'on appelle aujourd'hui texte numérique. Cette spécificité explique que le texte ait façonné le développement des outils informatiques. C'est cette convergence entre texte et contexte dans le cadre de la première
génération de programmation informatique qui a incité des pionniers comme Van Damm et Knuth à désigner ce codage par Literate Programming, codage lettré. La dimension essentielle qui centre de l'activité informatique sur la lecture et prépare ainsi une génération d'outils orientés vers l'utilisateur, puis l'auteur.

L' époque contemporaine, déterminante du développement de la culture numérique souligne le lien essentiel entre informatique et modes de production et de visualisation textuelle ; elle cerne un conflit aujourd'hui important entre la conception du texte associée à l'hyperlien et ses extensions
numériques, et l'héritage de la culture de l'imprimé et du livre.

La textualité s'est introduite subrepticement pour former un axe majeur de
l'industrialisation de l'informatique : le numérique. La différence entre informatique et
numérique reflète nos négociations face à la généralisation du code numérique dans le paysage culturel, via des soi-disant nouvelles technologies. Cette naturalisation des usages du code  est l'agent premier de l'adoption du numérique et de sa force radicale dans nos sociétés.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    56 - Les enjeux de la lecture numérique : de l'Ipad à Jules Verne