Aller au contenu principal
Elodie Nguena
Prix du public

Elodie Nguena

Université de Sherbrooke

Fragilisation par gallium liquide des brasures à base d’étain pour la reprise de puces microélectroniques à interconnexions à pas fins

Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?

Oui évidement, à plusieurs occasions j’ai eu à expliquer mon projet de thèse à ma famille ou à mes amis. Mais à chaque fois à la fin de la conversation, soit la personne n’avait pas vraiment compris ce que je fais, soit c’était moi qui n’était pas satisfaite de mon explication. Mes plus gros défis c’était surtout la contextualisation et la vulgarisation.

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?

Après mon diplôme d’ingénieur en France, je savais que je voulais travailler en Recherche & Développement pour participer à la création de nouveaux produits ou procédés, mais presque toutes les offres d’emplois de ce secteur demandaient un doctorat en plus du diplôme d’ingénieur. Vu que j’ai toujours aimé mes années d’études, le choix de continuer en doctorat était plutôt évident et facile.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiante chercheuse? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheuse?

Je fais une thèse expérimentale, donc mon quotidien est partagé entre des périodes devant mon ordinateur pour faire la recherche bibliographique ou traiter mes données, et des périodes au laboratoire où je fais des tests pratiques sur mes échantillons. Mon expérience la plus enrichissant à date c’est la participation à une des plus grandes conférences scientifiques de mon domaine aux États-Unis, où j’ai eu la chance de présenter mes travaux et d’agrandir mon réseau.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

J’ai voulu me mettre au défi! En fait, je voulais juste voir si j’allais réussir. Les années passées, je me disais que c’était impossible de résumer ma thèse en 180 secondes… Mais comme c’est ma dernière année de thèse, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. J’ai suivi un cours en communication pour me préparer à ma soutenance de thèse, alors j’ai choisi de me prêter à l’exercice.

En participant à ce concours, en quoi avez-vous atteint de nouveaux sommets?

Ce concours m’a permis de travailler sur mes aptitudes de communication et surtout de les améliorer, ce que je considère personnellement comme une grande réussite.