Aller au contenu principal
Moussa Thiam - Photo
Finaliste

Moussa Thiam

Université d'Ottawa

Utilisation écologique des déchets plastiques comme matériau de construction


Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?
Oui, ils ont tout de suite été attirés par l’idée et sont plus pressés que moi de voir le résultat final de nos travaux. Du coup, ma famille me permet d’avoir plus d’inspiration et elle suit mes avancées régulièrement. Certains trouvent un peu long le temps nécessaire pour arriver au bout de la recherche!

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?
C'est un choix de carrière réfléchi.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiant chercheur? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur?
Mon quotidien se concentre a plus de 85% autour du labo, de la bibliothèque et de mon bureau. Pour le reste du temps, je fais régulièrement du sport : natation et volleyball (amateur); taekwondo et soccer (semi-pro). J’interagis beaucoup avec les jeunes étudiants dans le cadre de mes TA et échanges intergénérationnels. Pour le reste du temps, je fais quelques activités sociales et du bénévolat pour les associations locales et universitaires.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?
Je souhaitais tester mes limites en termes de communication et relever les défis liés à cette gymnastique loin de mes activités quotidiennes; apprendre et comprendre certaines qualités indispensables pour améliorer mon approche de la vulgarisation, et renforcer mon carnet d’adresse et faire la promotion de mon projet écologique.

En participant à ce concours, en quoi avez-vous atteint de nouveaux sommets?
J’avais un seul objectif : gagner la première place dans mon université afin de participer aux autres compétitions (nationales et internationales). Cela va me permettre de renforcer mes capacités en communication et de trouver d’éventuels contacts pour l’industrialisation de mon produit. De cette expérience, je peux confirmer que j'ai confiance en la réussite de mon futur projet d’entreprise, qui devrait intéresser la population (l’intérêt du public de l’Université d’Ottawa en est une preuve). Désormais, avec une forte volonté et une bonne planification, on peut défier certaines conventions.

Video Youtube (lien)