Aller au contenu principal
François Peyresaubes - Photo
Finaliste

François Peyresaubes

UdeS - Université de Sherbrooke

Étude des protéines impliquées dans la réparation par excision de nucléotides dans le locus des gènes transcris par l’ARN polymérase I chez les eucaryotes supérieurs


Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?
J’ai pu expliquer à plusieurs reprises mes recherches, que ce soit à ma famille, mes amis ou mon entourage en général. Le plus gros défi auquel je fais souvent face est d’expliquer mes travaux de recherche à ma conjointe, qui ne connait rien à la science. Et au fur et à mesure, j’ai pu trouver des images simples pour expliquer des concepts complexes. On m’a ensuite dit que « j’expliquais bien », ce qui m’a poussé à faire ce concours.

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?
Mes recherches sont avant tout une passion. Ma curiosité m’a encouragé tout au long de mon cursus universitaire à me poser des questions sur ce que nous sommes en tant qu’êtres humains. Comment fonctionnons-nous? Pourquoi ne savons-nous pas tout ce qui semblerait pourtant évident? Ce sont ces questions qui me poussent à faire de la recherche. Je souhaite apporter une pierre à l’édifice en améliorant les connaissances que nous possédons de l’être humain.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiant chercheur? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur?
Au quotidien, ma vie d’étudiant chercheur est faite de défis, que ce soit des défis techniques ou scientifiques. Je travaille tous les jours au laboratoire pour tenter de répondre aux questions dont on ne connait pas encore les réponses. Et parfois je dois moi-même imaginer ces questions. En somme, ma vie de tous les jours est une cession sans fin de questions-réponses toujours plus complexes les unes que les autres.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?
Je participe à ce concours pour deux raisons. Me prouver à moi-même que j’ai acquis assez d’expérience dans mon domaine pour en faire profiter un large public. Puis surtout, montrer aux personnes extérieures à ce milieu que la recherche existe. Nous ne sommes pas les professionnels de la santé que les gens voient, mais nous sommes bien présents dans le combat contre la maladie. Nous sommes un peu les acteurs cachés de la santé.

En participant à ce concours, en quoi avez-vous atteint de nouveaux sommets?
Ce concours m’a permis de faire le point sur mes choix de carrières. La recherche est difficile au quotidien, c’est un sacerdoce de tous les jours. Cependant, on ne fait pas ce métier que pour nous, mais aussi pour les autres. J’allie au quotidien engagement et passion pour faire de la recherche, et ce concours me permet de partager cette passion auprès d’un plus large public. Ce n’est certes pas un sommet bien haut, mais si après avoir vu ma présentation les gens se disent que je fais quelque chose d’utile pour eux, alors pour moi, le concours est gagné.

Video Youtube (lien)