Aller au contenu principal
Anissa Brahami - Photo
Finaliste

Anissa Brahami

INRS - Institut national de la recherche scientifique

Recherche de nouvelles molécules antibiotiques par métagénomique fonctionnelle


Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?
Cela va de soi, tout mon entourage a eu sa dose! Le plus compliqué était de s’assurer qu’ils comprennent bien ce que je dis, qu’ils suivent le fil de mon histoire et assimilent l’objectif ainsi que les enjeux de mon projet. Cela se finissait généralement par des questions déjantées et des fous rires!

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?
Disons que c’est la soif du savoir qui m’a guidée dans cette voie. Depuis toujours, je suis passionnée et enthousiasmée par toutes les nouvelles choses que j’apprends. Le défi majeur auquel j’ai dû faire face était de choisir le domaine dans lequel je me lancerais. Durant cette période, j’ai dû réfléchir et faire des choix, et aujourd’hui me voilà devant vous!

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiant chercheur? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur?
« On dit que le chercheur n’arrête pas de chercher »! Cette phrase résume bien pour moi ma vie d’étudiante-chercheuse. Chaque expérience au labo apporte plus de questions, qui nous conduisent à toujours plus de réflexion. La recherche est un domaine captivant du fait des découvertes nouvelles auxquelles nous tentons d’aboutir. Ce qui me mène à mon expérience la plus enrichissante : je dirais justement que ce sont ces questions émises à la suite de chaque point que je considère comme enrichissantes, une boucle, un engrenage qui s’auto-alimente. J’ajouterais que la participation au concours Ma thèse en 180 secondes fait maintenant partie de mes expériences enrichissantes.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?
Je voulais transmettre la passion qui m’anime dans ce projet. La difficulté réside dans la manière de le faire, à des personnes qui n'ont pas forcement de connaissances spécifiques dans ce domaine. C’est un challenge qui m’a intéressé et dont j’ai beaucoup appris. 

En participant à ce concours, en quoi avez-vous atteint de nouveaux sommets?
La vulgarisation n’est pas un domaine cible des formations que j’ai suivies jusque là. Cela demande de la concentration et du travail pour réussir à faire comprendre un sujet à des personnes non spécialisées. Ce concours m’a permis en quelque sorte de me former à cette compétence et m’a poussée à développer des compétences et des aptitudes que je ne maîtrisais pas auparavant. De même, il m’a permis de développer mes capacités à canaliser mon stress lors de présentations, une compétence très utile quand on a seulement 180 secondes pour tout expliquer!  

Video Youtube (lien)