Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Vanessa Tassé - MT180 - 2013
Finaliste

Vanessa Tassé

UQO - Université du Québec en Outaouais

Quelle est la relation entre l'attachement, l'anxiété et les comportements à risques physiques et affectifs chez les patients souffrants de maladies cardiaques

 

Avez-vous déjà essayé d'expliquer votre thèse ou votre mémoire à votre famille?
Oui. Quand j'ai expliqué pour la première fois mes recherches aux membres de ma famille, ils ne comprenaient pas très bien. Je leur ai donc expliqué plusieurs fois et de différentes façons en quoi consistait ma thèse. Après m'être préparée pour le concours en 180 secondes, ils m'ont dit qu'ils comprenaient enfin!

Pour vous, la recherche est-elle un but ou un moyen?
Ma recherche représente une passion et un sujet auxquels je crois de tout cœur. La recherche n'est pas seulement une carrière pour moi, mais également un domaine dans lequel je veux m'épanouir. Je crois vraiment que la psychologie a sa place dans le domaine de la santé.

Concrètement, à quoi ressemble la vie d'un étudiant-chercheur?
Et bien lorsque j'étais au secondaire, je croyais que les chercheurs étaient enfermés dans des laboratoires avec des sarraus. Si on m'avait demandé à ce moment si je pensais un jour faire de la recherche, j'aurais probablement dit non, jamais en 100 ans! Aujourd'hui, 7 ans plus tard, j'adore ce que je fais. La vie d'un étudiant chercheur est donc beaucoup plus nuancée que l'image d'une personne dans un laboratoire. C'est une vie pleine de surprises dans laquelle nous pouvons faire une différence dans le monde, à notre façon. C'est un travail très enrichissant.

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Votre soutenance en 180 secondes?
Je trouvais que c'était un beau défi. Je crois sincèrement que de pouvoir synthétiser un sujet, dont nous pourrions parler pendant des heures, en trois minutes afin que tout le monde comprenne, est un défi très enrichissant.

Quelles frontières avez-vous dépassées en participant à ce concours?
J'ai dépassé mes propres frontières puisque parler devant un public avec un micro dans un temps limité est un stress intense. Cela nous permet de dépasser les frontières subjectives que nous pouvons nous imposer et de découvrir de nouveaux horizons par rapport à notre thèse. Également, cela nous permet d'avoir une vision plus globale de celle-ci et cela nous permet de mieux l'expliquer aux gens qui ne connaissent pas notre domaine.

Quelles frontières avez-vous dépassées en participant à ce concours?
C'était la première fois que je préparais une présentation aussi vulgarisée de mon projet. L'étape la plus stressante était de le présenter une première fois à la finale de l'université. J'étais extrêmement nerveuse et je me suis dit « ça passe ou ça casse ». Une fois cette étape franchie, j'avais plus confiance en mon texte et depuis je l'ai beaucoup pratiqué; il restait donc à affronter le stress de présenter au congrès de l'ACFAS, devant les nombreuses personnes présentes et surtout, devant des médias!

Video Youtube (lien)