Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Patrick Dumond - MT180 - 2013
Finaliste

Patrick Dumond

Université d’Ottawa

Problème inverse de valeur propre pour la manufacture d'instrument de musique acoustique


Avez-vous déjà essayé d'expliquer votre thèse ou votre mémoire à votre famille?
J'aime ça en parler à ma famille, c'est naturel pour moi. Je raconte des détails, en fonction de ce qui m'a marqué durant la journée. À travers tous ces petits détails, mes proches ont une bonne idée de ce sur quoi je travaille. Ils m'encouragent beaucoup, même si je ne sais pas vraiment si ça les intéresse!

Pour vous, la recherche est-elle un but ou un moyen?
Je fais de la recherche parce que mon domaine m'intéresse. J'ai commencé à la maîtrise, puis continué au doctorat, mais... Est-ce que la recherche est un but? Je ne sais pas... Tant que ça m'intéresse, je continue, j'ai encore un an de doctorat pour penser à ce que je veux faire après. De toute façon, si j'avais une idée précise de ce que je voulais faire, je ne serais probablement pas encore aux études.

Concrètement, à quoi ressemble la vie d'un étudiant-chercheur?
En recherche on a peu d'argent mais la possibilité d'organiser notre temps comme nous voulons. Mes horaires dépendent de comment je me sens, les conditions de travail jouent beaucoup et les laboratoires étudiants ne sont pas toujours l'endroit le plus agréable pour travailler. Parfois je suis au bureau de 8 h le matin à 7 h le soir, mais l'été j'ai souvent envie de partir plus tôt pour profiter du soleil!

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Votre soutenance en 180 secondes?
Déjà parce que c'est « le fun », sortir de sa zone de confiance, concourir contre des gens qui ont la même envie que moi, c'est enrichissant. Avant j'étais un peu gêné, alors participer à un concours de ce genre, ça m'aide à dépasser ma timidité. Mais surtout, je viens d'Ontario, là-bas la recherche se fait en anglais, et rencontrer des chercheurs francophones est très intéressant pour moi : c'est une ouverture. Les idées peuvent venir de n'importe où, partager et écouter, même des étudiants d'autres disciplines permet de faire avancer sa pensée.

Quelles frontières avez-vous dépassées en participant à ce concours?
Traduire le génie en Français! Pour moi, vulgariser est assez facile, ce qui est plus compliqué c'est la réduction du temps de parole, mais c'est bon de savoir se présenter et expliquer ce qu'on fait en un temps limité. Habituellement, si tu veux parler à d'autres ingénieurs ou à ta famille, ils n'ont pas 40 minutes à t'accorder...

Video Youtube (lien)