Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Atma Adoungotchodo
Premier prix

Atma Adoungotchodo

École de technologie supérieure

Conception d’un hydrogel injectable bioactif pour la régénération du disque intervertébral

Votre profil en bref... 

Je suis en dernière année de doctorat en technologies de la santé à l’ÉTS. J’ai commencé ce programme à la suite d’un baccalauréat en génie biomédical obtenu à Polytechnique Montréal. Je suis une passionnée des sciences biomédicales, spécifiquement de toutes les technologies qui aident le corps à reprendre le contrôle. Je m’intéresse de plus en plus aussi aux aspects légaux des technologies médicales tels que les brevets, les réglementations et les normes. Je suis une personne très curieuse et très engagée dans mes différents projets. Dans mes temps libres, j’adore lire des bouquins sur des sujets variés, écrire sur différents sujets de sociétés et discuter avec mes amis. Bref, j’adore confronter mes idées et apprendre sur les autres. Je suis de celles qui croient que la volonté, la persévérance et le travail bien fait permettent de relever n’importe quel défi. 

 

Voici les réponses personnelles de la personne finaliste à quatre questions : 

 

  • Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?  

Oui, et j’ai dû le vulgariser dans ma langue maternelle : le fon, une des multiples langues locales parlées au Bénin dont je suis originaire. Le défi a été de trouver les termes appropriés en fon pour leur expliquer ma thèse de façon aussi précise qu’en français. Mais je crois qu’ils ont compris… chaque fois que quelqu’un a mal au dos ils me demandent où j’en suis!   

  • Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?  

Toute petite, je voulais devenir médecin. C’est après quelques mois en faculté de médecine que j’ai compris que ce n’était pas la clinique qui m’intéressait, mais plutôt la recherche médicale. La recherche pour moi est un rêve d’enfance que j’ai mûri avec l’expérience. 

  • Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiant-e- chercheur-euse-? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur-euse-?  

Je partage mes journées entre mes expériences au laboratoire, lire et écrire des articles scientifiques. Je me rappellerai toujours la fois où l’éducatrice de ma fille me racontait les problèmes de dos de son conjoint et l’éclat dans ses yeux quand je lui ai dit que je travaillais sur une thérapie qui essaie de trouver une alternative à la chirurgie. Ça m’a remotivée et m’a fait comprendre l’impact réel de mes travaux.  

  • Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

Je crois qu’il est important de tenir le public informé de tous les travaux qui se déroulent dans les laboratoires de recherche. Ne serait-ce que pour donner un brin d’espoir et montrer à certain-e-s patient-e-s qu’ils-elles ne sont pas oublié-e-s. Participer à ce concours m’a aidé à faire connaître mon projet à un plus grand nombre et m’a rappelé pour qui je voulais faire de la recherche : la société.