Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Lucie Le Callonnec
Université d’Ottawa/Université Paul-Valéry Montpellier 3
5a. Résumé

Découvrir une autre culture, développer ses compétences langagières, enrichir son bagage personnel, scolaire et professionnel sont autant de motivations qui habitent l’étudiant international au moment de s’inscrire dans une université étrangère pour une durée déterminée. Aussi, pour atteindre de tels objectifs, l’étudiant international entend entrer en contact et créer des relations solides avec la communauté locale à son arrivée dans le pays d’accueil. Cependant, au travers de notre étude qualitative menée auprès d’une dizaine d’étudiants internationaux, nous constatons que la réalité est telle que, souvent, à la fin de son séjour, celui-ci admet avoir été finalement peu en contact avec la population locale. Plus encore, il souligne avoir été, majoritairement, en contact avec des membres de sa communauté d’origine alors même qu’il se défendait d’entretenir une telle proximité avec ces derniers au début de son séjour. Après avoir dressé un état de cette situation, cette communication mettra l’emphase sur les raisons qui peuvent conduire l’étudiant à se replier sur sa communauté d’origine au détriment de ses relations entretenues avec ses hôtes. Nous proposerons enfin des pistes de réflexion sur les moyens de trouver un équilibre entre ces échanges interculturels et intra-culturels qui ont lieu entre l’étudiant international et ses communautés d’accueil et d’origine.