Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
Juliette Pierre
Finaliste

Juliette Pierre

Polytechnique Montréal

Fabrication additive de panneaux sandwichs en composites à hautes performances acoustiques et mécaniques pour application aérospatiale

Votre profil en bref...

Je suis étudiante au doctorat en génie mécanique à Polytechnique Montréal au sein du LM2, le Laboratoire de mécanique multi-échelles. J’y ai fait mon stage de fin d’études pour mon école d’ingénieur en France et mon directeur actuel m’a proposé de rester pour poursuivre au doctorat. L’impression 3D est un domaine que j’ai découvert au LM2 et qui me passionne depuis.

 

Voici les réponses personnelles de la personne finaliste à trois questions :

 

  • Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse pour votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?

Oui, c’était important pour mes parents et moi. Le plus gros défi a été d’expliquer la réalité de la recherche, au-delà du côté sensationnaliste souvent perçu par le grand public (mes parents ne sont pas des scientifiques). Il semble que j’aie réussi à susciter leur intérêt : maintenant, mon père m’envoie tous les articles de presse qu’il trouve sur l’impression 3D, en rapport direct avec ma recherche, ou pas!

 

  • Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?

Faire de la recherche, c’est un rêve de petit enfant auquel je reviens, après m’être retrouvée au doctorat sans vraiment l’avoir cherché. Et je ne regrette absolument pas!

 

  • Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiant-e chercheur-euse? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheur-euse?

J’ai un projet très expérimental, très manuel, ce qui me plaît beaucoup. Je partage mon temps entre le laboratoire et mon bureau, où je prépare des comptes-rendus et mes articles. Je collabore également avec plusieurs étudiant-e-s aux cycles supérieurs et lorsque l’on se retrouve ensemble autour de notre bras robot-imprimante 3D et que l’expérience fonctionne, c’est extrêmement stimulant pour poursuivre le projet.

 

  • Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

Non seulement j’aime expliquer mes recherches, mais en plus, je considère que c’est extrêmement important pour un-e chercheur-euse de parler de ses travaux. Le grand public a souvent des idées tronquées sur la recherche et c’est nous qui sommes les mieux placés pour expliquer ce que l’on fait.