Aller au contenu principal

23 - Les « oubliés » de la culture québécoise

Enjeux de la recherche

  • Jeudi 6 mai 2021
  • Vendredi 7 mai 2021

Responsables

Pertinence et problématique

La recherche en études québécoises ne se porte pas très bien. Actuellement, un bref état des lieux montre une désaffection à l'endroit de l'enseignement universitaire en études québécoises, toutes disciplines confondues; les programmes leur font la part congrue, voire évacuent les enseignements disciplinaires liés à la société québécoise. Certains le disent tout haut : la société québécoise n'est généralement plus considérée comme un objet d'étude pertinent dans le contexte de la mondialisation de la recherche. Cet état de fait induit une spirale inquiétante en ce qui a trait à la diffusion des résultats de recherche, qui semblent mal servis par les outils de diffusion actuels (revues savantes, ouvrages collectifs, émissions de vulgarisation) et sont rarement intégrés au discours commun. Pourtant, les chercheurs ne cessent d'exhumer des objets culturels (œuvres, personnages, pratiques ou événements) susceptibles de transformer les récits disciplinaires et d'en infléchir les perspectives heuristiques. Si les divers « oubliés » rendus à la lumière suscitent parfois un intérêt médiatique, les perceptions ne s'en trouvent guère transformées. Pour le dire un peu crûment, les exhumés demeurent le plus souvent oubliés.

Une réflexion transdisciplinaire s'impose donc, à propos de ces objets culturels « oubliés », des pratiques disciplinaires qui les construisent et de la diffusion des nouveaux savoirs qui en résulte.  Cette réflexion concerne à la fois les disciplines qui étudient la culture (histoire de l'art, danse, littérature, musique, cinéma, architecture, etc.) et celles qui relèvent des sciences humaines au sens large (philosophie, histoire, sociologie, géographie, etc.). Au-delà de l'examen de divers cas d'exhumation, il s'agira d'étudier les conditions et les mécanismes de l'oubli dans leur variété (fragilité des supports ou faiblesse de la conservation, définition péjorative des objets antérieurement à leur analyse, « verrous » critiques, prééminence des lieux communs, etc.). Nous faisons le pari que ces échanges permettront d'esquisser des pratiques propres à désenclaver les nouveaux savoirs en études québécoises.

Modalités de déroulement

Le colloque sera d'une durée de deux jours. Les séances seront mixtes, c'est-à-dire qu'elles mettront en contact des chercheurs de diverses disciplines autour de 4 axes liés aux modalités ou aux causes de l'oubli : 1. Les oubliés privés de traces ; 2. Les oubliés connus mais fantomatiques ; 3. Les oubliés aux prises avec les retournements de la mémoire ; 4. Les oubliés victimes de lieux communs et/ou privés de récit(s).

Le colloque sera enrichi par deux tables rondes portant l'une sur le statut des « oubliés » dans la vulgarisation médiatique, l'autre sur leur intégration/non-intégration dans les manuels scolaires.