Aller au contenu principal

634 - Comment favoriser le bien-être des réfugiés, demandeurs d'asile et personnes sans statut

Section 600 - Colloques multisectoriels

  • Mardi 4 mai 2021
  • Mercredi 5 mai 2021

Responsables

Le Québec accueille un nombre important de réfugiés depuis de nombreuses décennies. Par ailleurs, on observe la présence croissante de demandeurs d’asile et de personnes sans-papiers sur le territoire depuis les dernières années. Leur situation est particulièrement préoccupante. D’une part, les demandeurs d’asile n’ont pas accès à l’éducation subventionnée, au soutien financier pour la francisation et à des soins de santé réguliers (MIDI, 2017). Leur situation sur le marché du travail est particulièrement précaire, d’autant plus qu’ils sont plus susceptibles de vivre « certaines formes d’exploitation au travail » (Arsenault, 2019). D’autre part, les sans-papiers constituent un groupe de la population dont la situation est sous-documentée, du fait que leur présence sur le territoire n’est pas légalement reconnue. Quel que soit leur statut, il est démontré que le vécu et le parcours migratoire peuvent avoir un impact traumatique sur leur santé physique et psychologique, ce qui n’est pas sans conséquence sur le processus d’adaptation à la société d’accueil (Carlsson et Sonne, 2018). Les professionnels et intervenants du réseau de la santé et des services sociaux ont besoin d’être mieux outillés pour répondre aux besoins particuliers de cette population (INSPQ, 2015). De même, bien que le ministère de l’Immigration ait récemment élargi les critères d’admissibilité à l’ensemble des services, il appert que les mandataires de ces services n’ont pas toujours les ressources humaines ni l’expertise nécessaire pour répondre aux besoins spécifiques de cette population. Ce colloque vise un débat interdisciplinaire sur les questions touchant à l’état de santé et au bien-être des personnes réfugiées, demandeurs d’asile et sans-papiers, au Québec et ailleurs, et les enjeux sociaux s’y rattachant. Il réunira des chercheurs universitaires, des étudiants des cycles supérieurs et des professionnels œuvrant au sein d’institutions gouvernementales et d’organismes communautaires, qui ont à cœur l’amélioration des soins de santé et des services d’accompagnement offerts aux personnes réfugiées, aux demandeurs d’asile et aux sans-papiers. L’articulation de la programmation favorisera la mise en relation des stratégies déployées de part et d’autre, permettant ainsi d’identifier les points de rencontre et les écueils dans l’offre des services et les besoins exprimés par cette population. La présence d’acteurs issus des milieux de pratique (organismes communautaires, santé et services sociaux, emploi et éducation) favorisera un dialogue entre ces professionnels et les chercheurs universitaires de différentes disciplines (travail social, médecine, psychologie, relations industrielles), ce qui permettra de poser un regard transversal et multidisciplinaire sur ces enjeux complexes.