Aller au contenu principal

605 - Leçons et perspectives des livings labs : relations entre les processus, les acteurs et les impacts

Section 600 - Colloques multisectoriels

  • Mardi 4 mai 2021

Responsables

En tant que nouvelle approche cherchant à résoudre des problématiques sociales complexes, les living labs (laboratoires vivants) se distinguent par leurs objectifs de participation et de co-construction positionnant les citoyens et les usagers au centre de leurs démarches (Scaillerez, Tremblay, 2017). L’un des objets de la méthode semble alors être celui de contribuer à la réappropriation de son pouvoir décisionnel par les citoyens et les usagers. Permettre au plus grand nombre de participer à la réflexion fait aussi des living labs une approche qui contribue à admettre que certaines ressources (naturelles, Ostrom 1990 ; ou par exemple, intellectuelles, Hess et Ostrom, 2007) appartiennent à tous et font partie des communs (Hess, 2008).

La conduite des processus living lab doit toutefois composer avec des défis de types institutionnels et méthodologiques (Therrien et Normandin, acceptée). En matière de défis institutionnels, les living labs sont notamment influencés par les rapports de pouvoir préexistants entre les acteurs ainsi que les conflits de valeurs et d’intentions entre les diverses parties prenantes (citoyens, fonctionnaires, représentants d’organismes communautaires et d’organisations privées, chercheurs, etc.). Ce rééquilibre à la faveur du citoyen et des ressources communes n’est donc pas encore un acquis et nécessite d’être (re)questionner pour en asseoir la suprématie.

Pour gérer ses aspects, les living labs se concentrent sur la conduite de leurs processus et le développement d’objet-frontières, mais la méthode doit elle-même composer avec des obstacles quant à la combinaison des savoirs scientifiques et expérientiels et les remises en question propres à la réalisation d’un processus d’hyper réflexivité. Les livings labs apparaissent, alors, comme un nouvel objet d’études, mais également comme une approche méthodologique utilisable par les chercheurs et les praticiens des secteurs public et communautaire. Ce colloque souhaite réunir les deux perspectives.

Depuis quelques années, plusieurs initiatives de types living lab ont été créées par des innovateurs sociaux, des chercheurs et des administrations publiques (ex : villes, ministères). Ce développement rapide appelle à un exercice de mise en commun des savoirs scientifiques et expérientiels sur ce nouvel outil afin de mieux appréhender ces différentes mises en application. Ce colloque permettra un partage des différentes expériences ainsi que l’identification des angles morts des recherches actuelles dans le domaine.

Le colloque comportent plusieurs objectifs et vise à comprendre :

  1. Les liens entre les processus des livings labs et leurs effets ;
  2. Leur gestion des défis de la co-construction et leurs effets sur les rapports entre les acteurs;
  3. Les aspects méthodologiques de l’approche living lab ;
  4. La réappropriation du pouvoir décisionnel par la population ;
  5. La redéfinition du territoire ou de l’environnement ambiant ;
  6. Ainsi que les innovations générées.

Appel à communications

Depuis quelques années, plusieurs initiatives de types living lab ont été créées par des innovateurs sociaux, des chercheurs et des administrations publiques (ex : villes, ministères). Ce développement rapide appelle à un exercice de mise en commun des savoirs scientifiques et expérientiels sur ce nouvel outil afin de mieux appréhender ces différentes mises en application. Ce colloque permettra un partage des différentes expériences ainsi que l’identification des angles morts des recherches actuelles dans le domaine. Il s’adresse :

1) aux chercheurs s’intéressant aux livings labs comme objet d’analyse ;

2) aux chercheurs utilisant cette approche comme méthodologie ;

3) aux praticiens et innovateurs sociaux responsables de la conduite d’approche living lab. 

Au sein de ce colloque, sont attendues aussi bien les présentations classiques que les études de cas. Ces interventions permettront de mieux saisir les variétés des mises en application provenant de différents milieux. Les communications pourront prendre la forme de présentations orales de 20 minutes comme celle d’ateliers de 20 ou 40 minutes (selon le besoin). 

Le colloque comportent plusieurs objectifs et vise à comprendre :

  1. Les liens entre les processus des livings labs et leurs effets ;
  2. Leur gestion des défis de la co-construction et leurs effets sur les rapports entre les acteurs;
  3. Les aspects méthodologiques de l’approche living lab ;
  4. La réappropriation du pouvoir décisionnel par la population ;
  5. La redéfinition du territoire ou de l’environnement ambiant ;
  6. Ainsi que les innovations générées.

Les chercheurs et praticiens seront invités à soumettre des communications sur les thématiques suivantes :

  1. La sélection des acteurs et leurs rôles dans les processus de co-construction ;
  2. La gestion des antécédents relationnels, des conflits de valeurs et des diverses d’intention entre les acteurs ;
  3. L’amélioration de la méthodologie living lab et des outils d’animation ;
  4. Les effets des living labs sur les rapports entre acteurs et la redéfinition des territoires ;
  5. Le rôle des livings labs dans la gestion des communs ;
  6. Les interactions avec les livings labs et les administrations publiques.

SOUMISSION

Critères de sélection :

  • Respect de la thématique globale du colloque ;
  • Cohérence de la proposition avec les objectifs du colloque ;
  • Discussion des principales thématiques identifiées ;
  • Composition mixte entre chercheurs et praticiens.

La proposition devra être déposé via le formulaire https://forms.gle/5ztDqPtjBVWUxkuz7 avec les informations suivantes :

  • Prénom et nom du ou des auteurs
  • Prénom et nom du ou des présentateurs et courriel;
  • Le titre de la communication (maximum 180 caractères);
  • La mention Présentation (scientifique) ou Atelier (pratique);
  • Le thème auquel se rattache la soumission;
  • Cinq mots clés maximum;
  • Un résumé de 1500 caractères maximum espaces comprises. 

PDF Lien vers l'appel à communications