Aller au contenu principal

311 - Art, architecture, design: Penser la recherche dans le champ politique de l’enseignement supérieur

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines

  • Lundi 4 mai 2020

Responsables

Les définitions de la recherche en architecture se sont multipliées et les formats des thèses ont fortement évolué depuis la mise en place à partir années 1990 du doctorat en architecture. Les discussions ont surtout porté jusqu’à présent sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques, soulevés par les différents types recherches (fondamentale, appliquée ou plus récemment les research by design ou recherche-projet ou recherche-création) et moins sur les questions d’ordre institutionnel et plus largement politique. Or, il importe de penser la recherche en architecture en lien avec les transformations politiques, sociales et plus largement en relation avec un contexte de libéralisation de l'économie mondiale. Les différentes interventions viseront notamment à questionner les interactions entre la recherche en architecture et les formes institutionnelles qui la conditionnent, telles que les instruments de la recherche (rapports, classements et autres), le contexte politique qui en dicte les transformations (notamment les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche ainsi que la dimension proprement lexicale et discursive de ces réformes), la mise en concurrence des universités, l'ingénierie de la recherche et l'influence des organismes subventionnaires, etc. Sans alimenter les tensions et les polémiques portants sur les nouvelles configurations de la recherche en architecture, le colloque prend le parti de rendre compte des divers récits de l’activité de recherche en architecture pouvant être décrite empiriquement, notamment à l’aide de preuves matérielles en explicitant les relations entre les types de recherche en architecture et les nouvelles revendications identitaires des universités, l’histoire des formations doctorales en architecture, les fusions des écoles d’architecture dans un contexte universitaire, le processus de sélection des candidats, le profil des chercheurs, les définitions de la thèse en architecture, les programmes de subvention de la recherche, etc. Ce colloque propose ainsi de mettre en débat les conditions de (ré-)invention du faire-recherche en architecture, ouvrant du même geste la réflexion vers des pratiques de la bifurcation favorables à l’émergence de potentiels et à la reprogrammation du contexte de recherche.