Aller au contenu principal

306 - Les phraséologismes pragmatiques. Préfabrication et lexiculture

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines

  • Mercredi 6 mai 2020
  • Jeudi 7 mai 2020
  • Vendredi 8 mai 2020

Responsables

Les phraséologismes (ou encore unités phraséologiques ou phrasèmes) sont des séquences :

  • polylexicales (elles sont formées d’au moins deux unités utilisées en contiguïté ou à proximité dans les textes) ;
  • préfabriquées d’un point de vue cognitif (il y a mémorisation « connectée » des unités figurant dans leur signifiant) ;
  • contraintes au plan paradigmatique (les unités en présence ne commutent pas librement avec d’autres unités de sens proche).

Ces séquences se répartissent en plusieurs sous-types, telles les collocations, les expressions nominales, verbales, adverbiales et adjectivales, les parémies et les phrases situationnelles. Le colloque sera axé sur une sous-classe de phraséologismes qualifiés ici de pragmatiques, pour les raisons suivantes :

  • ils se référent au texte, aux interactants et à l’interaction. Leur rôle est prioritairement d’ordre structurel et interpersonnel, et non descriptif ;

et/ou

  • leur emploi est contraint par la situation de communication extralinguistique. De ce fait, ils sont préfabriqués ou préformés non seulement d’un point de vue mémoriel, mais également contextuel.

Ainsi définis, les phraésologismes pragmatiques forment une vaste classe où se côtoient, entre autres, marqueurs discursifs, phrases expressives, slogans publicitaires, brèves consignes ou informations sur des affiches, formules propres aux rituels sociaux, etc.

L’arrière-plan du colloque sera le postulat selon lequel il y a une imbrication forte entre préfabrication mémorielle (et, dans beaucoup de cas, contextuelle), lexique et culture.

La rencontre sera l’occasion de réfléchir :

  • au repérage et à l’extraction des phraséologismes pragmatiques dans les corpus ;
  • à l’établissement de typologies, sous des angles sémantique, syntaxique et pragmatique, pour cette sorte de phraséologismes ;
  • à leurs propriétés sémantico-pragmatiques et, éventuellement, formelles qui les différencient d’autres catégories de phraséologismes, par exemple des parémies ;
  • à la notion de ‘compositionnalité sémantique’, caractéristique d’une sous-catégorie de phraséologismes pragmatiques, dits pragmatèmes ;
  • aux sens figuratifs et à la métaphorisation ;
  • à la pragmaticalisation et à la genèse de certains types de phraséologismes ;
  • à la modélisation lexicographique et/ou grammaticale idéale pour les diverses sous-classes de phraséologismes pragmatiques repérées ;
  • à la variation intra- et inter- linguale dans le domaine considéré ; 
  • aux problèmes soulevés par la traduction des phraséologismes examinés (qu’elle soit humaine ou automatique) ;
  • aux difficultés relatives à leur acquisition en L2 et au matériel didactique à développer pour en faciliter la maîtrise par l’apprenant.

En parallèle, une place importante sera accordée aux études de cas appuyées par des donnés de corpus soigneusement analysées.

Toutes les approches théoriques et méthodologiques sont les bienvenues dans les divers domaines des sciences du langage. Par ailleurs, il n’y a aucune limitation quant aux choix des langues étudiées.