Aller au contenu principal
Image de profil de Marc Imbeault
Membre de l'Acfas

Marc Imbeault

Professeur-e- d’université | UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
15, rue Jacques-Cartier Nord Saint-Jean-sur-Richelieu J3B 8R8
514-705-6878 | imbm@live.ca

J'enseigne la philosophie au Collège militaire royal de Saint-Jean depuis plusieurs années et mes champs de recherche touchent l'éthique de l'antiterrorisme, l'éthique militaire et l'éthique médicale principalement. J'ai aussi fait des recherches dans le domaine de l'herméneutique philosophique et de la géopolitique.

Principal secteur de recherche ou d'activité

Lettres, arts et sciences humaines

Mes intérêts de recherche

Philosophie

Ma formation

  • 1987 - 1992
    Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
    Doctorat | Philosophie
    France
  • 1985 - 1986
    Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
    | Histoire de la philosophie
    France
  • 1984 - 1985
    Université de Montréal
    Maîtrise | Philosophie
    Canada

Mes contributions « Science et société »

  • J'ai souvent participé à des émissions de radio ou à des journaux comme expert sur des questions relatives à la défense, notamment en ce qui concerne la marine. 

Mes publications

Le paradoxe politique aujourd'hui (2020) Revue du Cavalier Bleu

La violence contre soi-même dans le terrorisme contemporain (2019) Frontières. vol 31, 1

Pertinence de la théorie de la guerre juste entre éthique de la conviction et éthique de la responsabilité (2018) Revue du Cavalier Bleu

Le sort des populations civiles dans la nouvelle guerre juste. Une perspective canadienne (2018) Revista Científica General José María Córdov, vol 16, 22.

Mes prix et distinctions

  • 2000
    Prix du Ministre de l'Éducation du Québec Catégorie post-secondaire, toutes disciplines
  • 2015
    Médailles du Chef d'état-major des Armées du Sénégal
  • 2013
    Mention élogieuse du Colonel honoraire du Royal 22e Régiment
  • 2017
    Mention élogieuse du Commandant de la Forces terrestre de l'Ést du Canada

Mes affiliations

  • ACFAS
  • Professeur associé au Département de psychologie militaire et leadership du Collège militaire royal du Canada
  • Professeur associé à l'Unité d'enseignement et de recherche en sciences de la santé de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • Professeur agrégé de philosophie au Département des humanités et sciences sociale du Collège militaire royal de Saint-Jean
  • Cochercheur au CÉFIR

Ce qui m'a amené à faire de la recherche

Mes cours de physique à l'école secondaire, je voulais connaître les créateurs de la science et je me suis mis à faire des recherches sur les savants qui étaient mentionnés dans les cours de physique. Un jour nous avons abordé la lois des sinus ou loi de "Descartes". J'ai lu le Discours de la méthode et j'ai su à ce moment-là que j'allais faire des études de philosophie !


La démocratisation des sciences

Mitigé : il y a beaucoup d'avantages à diffuser les connaissances et instruire le plus grand nombre, mais ceci peut aussi avoir des inconvénients lorsque tout un chacun croient être en mesure de devenir savant sans efforts. Un exemple : le président d'une grande nation a déclaré récemment après avoir côtoyer pendant deux jours un éminent spécialiste en immunologie qu'il pouvait le remplacer !


L'avenir des sciences en français au Canada

Je souhaite le meilleur avenir possible à la science en français, mais il est de plus en plus difficile d'obtenir de la reconnaissance avec des conférences et des publications en français. Je me souviens avoir reçu un accueil plutôt froid par un médecin militaire lors d'un Forum de l'Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans parce que ma conférence était en français. Je n'enfreignais pourtant aucune règle. Mais, au-delà de l'anecdote, sans doute faut-il miser sur d'excellents travaux de recherche pour rehausser la réputation et le prestige de ce qui est fait en français.


L'importance de faire partie de l'Acfas

C'est l'un dernier lieu où le français est réellement valorisé dans le domaine de la recherche. Bravo !