Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Hélisenne accuse : médisance et prise de parole au féminin »

Auteur : Mawy Bouchard
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Dans l’ensemble de l’œuvre d’Hélisenne de Crenne et, au-delà, dans celle de Marie de Gournay, le « vice de detraction » et l’allégation de « plusieurs raisons aptes à confondre le dire » de ceux qui ne « se peu[ven]t garder d’increper en general la condition muliebre » sont indissociables non seulement d’une posture de victime de paroles malicieuses motivées par un désir de domination, mais surtout d’une image de soi en lien avec l’honneur féminin. En parcourant des passages clés des Angoysses douloureuses, des Epistres familieres et invectives et du Songe, je m’…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« "Tous les malheurs que sa beauté lui avaient causé" : le regard masculin sur "l'histoire secrète" »

Auteur : Claire Carlin
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
À partir de 1660, la nouvelle prend son essor, souvent en privilégiant un cadre historique précis. Depuis les années 1990, la critique insiste sur la contribution de la fiction à l’historiographie de la première modernité : la nouvelle apporte une perspective originale au travail historien. Celles qui ont pour décor la période moderne mettent en lumière le rôle de « l’histoire secrète » selon la formule de la romancière Catherine Bernard ; là se dévoile le rôle des relations intimes dans les grands remous de l’histoire européenne. L’influence des romancières dans le développement…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Entre lupanar et bûcher : jouer les pères dans les vies médiévales de sainte Agnès »

Auteur : Gabriele Giannini
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Agnès constitue l’un des modèles les plus anciens et percutants de la vierge qui, au nom de son mariage spirituel avec le Christ, refuse fermement toute autre union et en subit le châtiment humain, le martyre. Transformée assez tôt en championne vénérée de la virginité consacrée, Agnès reçut au début du VIe siècle une passion latine vigoureuse et attachante, la Passio Agnetis (BHL 156), qui popularisa sa légende en Occident et y fit autorité tout au long du Moyen Âge, en vertu notamment de l'écrin romanesque, teinté d’érotisme littéraire, dans lequel l'hagiographe romain serra l'héroïsme i…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Quand Marie répond à la reine Marguerite et comment l'Epistre et le Miroir seront imprimés »

Auteur : William Kemp
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Marie Dentière (ou d’Ennetières) et Marguerite de Navarre se connaissaient. D’après les notes manuscrites de son deuxième mari, Antoine Froment, Marguerite « lui [Marie] az fayct plus[i]eurs biens ». Marguerite était la marraine d’une des filles de Marie (Kemp et Desrosiers-Bonin, 1998). Sœur Marie s’est enfuie de son couvent vers 1525, peut-être en compagnie de son premier mari, frère Simon Robert. La reine de Navarre, sœur du roi de France François Ier, a participé à l’évangélisme français des années 1520 et 1530. Marguerite a pu les aider pendant leur séjour à Strasbourg (1526…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Chanson et poésie à la Renaissance : le brouillage des codes »

Auteur : Micheline Cambron
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Il est bien connu que la poésie de la Renaissance a donné lieu à de fort belles mises en musique polyphoniques. Mais les recueils de « voix de ville » proposent aussi des chansons, parfois sur les mêmes poèmes, qui favorisent la diffusion large d'une poésie généralement considérée comme savante. À partir d'un échantillon, centré sur les mises en musique du poème  « Mignonne, allons voir si la rose », j'examinerai brièvement l'impact de la double circulation, savante et populaire, en m'appuyant sur les réflexions menées par Paul Zumthor sur l'importance de la voix. Mon texte se v…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Humilité et pauvreté de la conscience réflexive dans deux dialogues de Catherine des Roches »

Auteur : François Paré
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Nous étudierons deux dialogues de Catherine des Roches, tirés des Œuvres de 1579 : le « Dialogue de vieillesse et jeunesse » et le « Dialogue de la pauvreté et la faim ». Si, chez les écrivains de la Renaissance, le mode dialogique cherche à refléter « la fragmentation courante de l’autorité sans pour autant manifester la subjectivité des auteurs » (Kushner, 2004 ; Godard, 2001), cette mise en tension du discours permet toutefois aux femmes de lettres de la deuxième moitié du XVIe siècle de problématiser les acquis de la pensée philosophique et les conceptions sociales …

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Écritures féminines hors cadres : deux récits graphiques de l’exil (Marjane Satrapi et Zeina Abirached) »

Auteur : Hélène Cazes
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Avec la série de récits graphiques Persepolis (2000-2003), Marjane Satrapi a changé le paysage éditorial français de la bande dessinée : femme, iranienne, elle proposait quatre chapitres autobiographiques en noir et blanc qui tranchaient par leur genre, leur langage graphique et leur sujet avec les traditions de la bande dessinée. Entre 2006 et 2011, l’artiste libanaise Zeina Abirached publie elle aussi des chapitres autobiographiques, ici encore hors des genres et styles passés en tradition. L’analyse des procédés et effets de ces récits graphiques met en avant des spéc…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Sibylle au miroir de Plutarque : la parole oraculaire dans les parallèles de Pierre de Sainct-Julien »

Auteur : Christian Veilleux
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
À l’occasion de l’hommage au Professeur Jean-Philippe Beaulieu, je me propose de conjuguer ses intérêts de recherche pour les effets de dispositio et pour la parole sibylline. Il s’agira d’analyser la façon dont les propos de « double intelligence » sont thématisés dans un recueil où la dualité est un principe structurant. L’œuvre en question – les Gemelles ou pareilles (1584) de l’historien bourguignon Pierre de Sainct-Julien – est rédigée sur le modèle des Vies parallèles de Plutarque. Toutefois, alors que ce dernier dispose côte à côte des hommes illustres dan…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

Mot de clôture

Auteur : Renée-Claude Breitenstein
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« La mise en scène de Catherine de Médicis dans quelques nouvelles françaises du XVIIe siècle »

Auteur : Roxanne Roy
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Prenant appui sur Christina Zonza, selon lequel : « L'intérêt pour le rôle des “femmes fortes” dans l'histoire explique que Catherine de Médicis soit, à de multiples reprises, un personnage, certes secondaire, mais très présent, dans certaines de nos nouvelles », je souhaite m'attarder sur la mise en scène de ce personnage. Je me propose d'étudier les paroles proférées par Catherine de Médicis, l'éloquence de son corps et les discours directs ou indirects mis en scène dans les nouvelles afin de voir comment elles construisent l'image d'une reine-mère toute-puissante mais également celle d'…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Une réalité qui se dérobe ; l’expérience des altérités »

Auteur : Guy Poirier
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Jean-Philippe Beaulieu a écrit deux articles, au début de sa carrière, sur les relations de voyage de Cartier et de Champlain. Ses articles ont cependant eu une fortune outre-Atlantique, puisqu’ils ont été cités par Marie-Christine Gomez-Géraud dans son livre Écrire le voyage au XVIe siècle en France (Paris, PUF, 2000). J’analyserai donc, dans cette communication, la façon dont Jean-Philippe Beaulieu a décrit les procédés rhétoriques par lesquels les premiers explorateurs ont décrit et/ou imaginé la nouveauté qu’ils découvraient. Dans l’un de ces deux articles (« La description de…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

Accueil des participants et mot de bienvenue

Auteur : Diane Desrosiers
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« "Mais à qui parle-je ?" : la question du public chez Étienne du Tronchet »

Auteur : Luc Vaillancourt
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Secrétaire auprès de Catherine de Médicis, Étienne du Tronchet offre au public en 1572 un formulaire intitulé « Finances et thresor de la plume françoise » où, s’adressant à « Messieurs les Secrétaires de France », il soumet à leur appréciation sa propre classification du genre, mieux adaptée selon lui à la pratique contemporaine; effort louable de normalisation, certes, cependant l’ouvrage étant a priori destiné aux secrétaires, on peut trouver à s’étonner de ne relever dans la section formulaire aucune lettre officielle. Du Tronchet semble d’ailleurs reconnaître cette incongruité lorsqu’…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Que signifie dire "je" lorsqu’on est deux ? Le cas du couple créateur modern(ist)e »

Auteur : Andrea Oberhuber
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Dans Nous est un autre (2006), Michel Lafon et Benoît Peeters affirment que dans l’histoire de la littérature, le « génie ne se décline qu’au singulier ». Il est vrai que malgré un petit nombre de contre-exemples, l’idéal de l’artiste comme créateur solitaire inventé à la première modernité n’a été guère remis en question ni vraiment bousculé jusqu’à l’émergence des avant-gardes dadaïstes et surréalistes. Le cas de figure de l’auteure-photographe Claude Cahun et de l’artiste visuelle Marcel Moore est emblématique d’une démarche collaborative qui, entre les années 1910 et l’après-g…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Le XVIe siècle de Mme d'Arconville, moraliste : entre Montaigne et Charron »

Auteur : Marie Laure Girou Swiderski
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Tout en professant la plus vive admiration pour ses Messieurs de Port-Royal et l'état de perfection auquel ils ont contribué à porter la langue française, Mme d'Arconville n'en est pas moins sensible à la vigueur du français du XVIe siècle, telle qu'on la retrouve, entre autres, chez deux des grands moralistes de ce siècle : Montaigne et Charron. En tant que moraliste, surtout, elle aime évoquer les formules percutantes du second qu'elle préfère sans pourtant ignorer toute l'originalité et la subtilité de la pensée du premier, avec lequel elle semble pourtant avoir moins d'affin…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Héroïsme chrétien et éloquence féminine : Jeanne d’Arc au théâtre (XVe-XVIe siècle) »

Auteur : Louise Frappier
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Le personnage historique de Jeanne d’Arc apparaît très tôt sur les planches, en France, et ce, peu de temps après le décès de la jeune femme sur le bûcher, en 1431. Le Mystère du Siège d’Orléans, dont il existe un unique manuscrit datant probablement du début du XVIe siècle, est en effet une version remaniée et augmentée d’un texte original qui fut sans doute créé avant 1439. Deux tragédies relatant les derniers moments de Jeanne d’Arc sont également publiées à la toute fin du XVIe siècle : il s’agit de l’Histoire tragique de la Pucelle d’Orléans du …

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Comment persuader Descartes ? La rhétorique épistolaire de la princesse Élisabeth de Bohème »

Auteur : Jane Couchman
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
La correspondance de la princesse Élisabeth de Bohème avec Descartes est souvent analysée, soit dans le contexte de la philosophie de Descartes, soit, plus récemment, dans le contexte de la philosophie d’Élisabeth. Élisabeth interroge dans ses lettres le cogito purement intellectuel, en mettant l’emphase également sur le corps et les émotions. Descartes répond respectueusement à ses arguments, qui lui inspirent ensuite son Traité des passions. Comment Élisabeth arrive-t-elle à évoquer un dialogue sérieux chez ce philosophe d’humeur difficile face à la critique? C’est par …

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Sur l’harmonie en traduction : réceptions croisées du Compendium Musicae de Descartes »

Auteur : Marie-Alice Belle
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Première œuvre de Descartes composée en 1618, le court traité Compendium Musicae paraît à titre posthume en 1650 à Utrecht. Dès 1653, une traduction anglaise par le naturaliste Walter Charleton en voit le jour, publiée avec notes et commentaires par le très influent éditeur Humphrey Moseley. Il faut en revanche attendre 1668 pour qu’en paraisse une version française ouvertement remaniée et commentée par le père oratorien Nicolas-Joseph Poisson. Alors que la critique récente a mis en valeur la richesse de la réception du traité de Descartes auprès de la communauté scientifique angl…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Musique et tragicomédie françaises à la cour anglaise : traduction et mécénat sous Henriette Marie (1629-1640) »

Auteur : Marie-France Guénette
Colloque : 312 - Harmoniques littéraires. Études en l’honneur de Jean-Philippe Beaulieu
Les intérêts artistiques de la reine catholique Henriette Marie, femme du roi protestant Charles Ier d'Angleterre, ont été façonnés par son éducation à la cour française de ses parents Henri IV et Marie de Médicis. Nous avons isolé deux textes imprimés qui nous renseignent sur l'influence des goûts de la reine française sur la culture de cour anglaise : French court-aires, with their ditties Englished, traduit par Edward Filmer (1629), et la traduction du Cid par Joseph Rutter (1637 et 1640). Pour « préserver » les airs de cour, Filmer sollicite le mécénat et l…

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Ce n’est pas qu’une question d’édition : érudits, amateurs et posthumanisme »

Auteur : Marcello Vitali-Rosati
Colloque : 313 - Éditions critiques : nouveaux outils, nouvelles possibilités

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Jardiner les espaces liminaires des corpus »

Auteur : Samuel Szoniecky
Colloque : 313 - Éditions critiques : nouveaux outils, nouvelles possibilités

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Entre édition savante et édition littéraire : au-delà du langage binaire? »

Auteur : Jean-François Vallée
Colloque : 313 - Éditions critiques : nouveaux outils, nouvelles possibilités

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« AP POP : Anthologie Palatine, Plateforme Ouverte des Parcours d’imaginaires »

Auteur : Margot Mellet
Colloque : 313 - Éditions critiques : nouveaux outils, nouvelles possibilités

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« L’indexation collaborative des éditions historiques »

Auteur : Emmanuel Château-Dutier
Colloque : 313 - Éditions critiques : nouveaux outils, nouvelles possibilités

87e Congrès de l'ACFAS — Communication orale

« Le texte comme pâte à modeler : pour des expériences fluides et liquides »

Auteur : Stéphane Vial
Colloque : 313 - Éditions critiques : nouveaux outils, nouvelles possibilités


Autre type de recherche