Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

Le front de l'est et le méridien : traduire l'après-guerre en personne 

Auteur : Marc-Alexandre Reinhardt
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Dans le cinéma de Konrad Wolf et l'écriture de Paul Celan, ces deux figures liminales – Le front de l'est et le méridien – sous-entendent les déplacements, géographiques et langagiers, occasionnés par la deuxième guerre mondiale. Si dans les deux cas l'expérience de guerre a été vécue en personne, leurs œuvres présentent un rapport différent à l'histoire et révèlent une disposition éthique particulière dont témoigne à certains égards la matérialité même de leurs médiums respectifs. Cette communication propose une étude comparative du film Ich war 19 (1968) de Wolf et de quelques écrits (poèmes et prose) de Celan afin de montrer comment le récit audiovisuel autobiographique de Wolf, soldat interprète pour l'armée russe durant le conflit et médiateur culturel de premier plan en RDA, se distingue de la réponse à l'histoire donnée par Celan, traducteur et poète notoire de la littérature germanophone d'après-guerre. La figure épistémologique de la traduction sera ainsi explorée dans sa dimension métaphorique et éthique afin mettre en lumière, d'un média à l'autre, certains enjeux relatifs aux tensions identitaires en lieux de conflits, aux modalités de transmission historique et à la manière d'être au temps dont l'acte de traduire constitue une expérience paradigmatique. Il s'agira, en filigrane, d'esquisser une démarcation entre deux conceptions de la traduction, l'une extensive et l'autre intensive, qui participent chacune singulièrement à l'économie du savoir. 

81e Congrès de l'ACFAS

Traduction transdisciplinaire : entre différence et répétition

Auteur : Salah Basalamah
Colloque    338 - La traduction comme frontière

S'appuyant sur la métaphore de la Bildung, Berman avait défini l'objet d'étude de la traductologie comme à la fois un processus et un produit (1984). La traduction étant en même temps le mouvement de l'action de traduire et le résultat de celle-ci. Aujourd'hui, après les tournants culturel et sociologique, le champ définitoire de la traduction s'étend de plus en plus loin de son centre de gravité linguistique pour franchir les frontières des autres disciplines. Pas tant parce que la traductologie a trouvé un élan « impérialiste » (Kaindl, 2004) qu'elle a, en réalité, peut-être commencé à constater la dissémination transdisciplinaire de son objet, non plus comme outil pratique ou le détonateur d'effets culturels, mais bien plutôt comme concept heuristique à vocations multiples. Si la philosophie de Ricœur a proposé le « paradigme de la traduction » (2001) comme un mode de compréhension de l'altérité et d'hospitalité de celle-ci, elle n'en a pas pour autant investigué les portées interdisciplinaires et transdisciplinaires. Ainsi conçu comme un archétype de « la transformation réglée » (Derrida, 1972), le paradigme traductif nous permet d'observer la présence et l'évolution de la traduction dans les autres disciplines (des sciences humaines et sociales dans une première étape). Une tâche que nous voudrions tenter dans un projet de recherche en cours.

81e Congrès de l'ACFAS

Du texte à la performance : les multiples frontières du texte de théâtre hétérolingue et de sa traduction 

Auteur : Louise Ladouceur
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Le bilinguisme des Franco-Canadiens a donné lieu à de multiples représentations théâtrales dont les formes ont varié selon les époques et les contextes de production et qui ont fait appel à diverses stratégies de traduction. Les premières manifestations d'hétérolinguisme sur les scènes franco-canadiennes à l'ouest du Québec contribuent à l'affirmation de la langue vernaculaire qui a marqué les années 1970 (Ladouceur 2010a). Comme c'est le cas de Je m'en vais à Régina du Franco-Manitobain Roger Auger, produite à St-Boniface en 1976. La nouveauté de cette écriture bilingue suscite des réserves et la pièce n'a pas fait l'objet d'une traduction. Quelques années plus tard, l'auteur franco-ontarien Jean Marc Dalpé propose des textes hétérolingues où l'anglais occupe une place minime et accessoire (Ladouceur 2010b). Créée en 1988, sa pièce Le chien fait l'objet d'une traduction anglaise qui efface les traces d'hétérolinguisme du texte initial. 

            La communication envisagée traitera des défis que posent à la traduction ces textes de théâtre hétérolingues, des frontières qu'ils tracent et des procédés mis en œuvre par la traduction pour les franchir ou les déplacer.  Elle fera voir, enfin, les obstacles que rencontre la traduction d'une écriture hétérolingue où les frontières entre les langues deviennent de plus en plus poreuses et où le sens de l'énoncé réside dans la perméabilité des divers codes linguistiques en présence. 

81e Congrès de l'ACFAS

La traduction comme révélateur du désir de frontière : tension entre  nationalisme et cosmopolitisme dans le Mexique du 20e siècle 

Auteur : cécile serrurier
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Articuler les notions de frontière et de traduction est insuffisant si l'on ne fait pas de la frontière un seuil, refusant l'idée de ligne pour lui substituer celle de tiers-espace, où le geste interculturel est moins de l'ordre du passage que de l'hybridation. La frontière Mexique-USA est un exemple connu d'espace où il y a métissage car passage (souvent violent : voir l'hétérolingue Borderlands/La Frontera : The New Mestiza, de Gloria Anzaldúa). Une autre zone frontalière m'intéresse : celle qui sépare les écrivains-traducteurs mexicains du début du XXe siècle, à la recherche de capital culturel (modernismo et Ateneo de la Juventud), de la France qu'ils traduisent ; ils ne passent aucune frontière mais perturbent le rêve ethnocentrique que se formule la culture mexicaine alors en construction. Les réactions qu'ils suscitent révèlent le désir de frontière des partisans du nationalisme culturel, phénomène caractéristique d'une société postcoloniale ; je les évoquerai en parallèle avec les différentes relectures de la figure historico-mythique de la Malinche, paradigme tour à tour de la traduction, de la traîtrise ou de la bi-culturalité. 

81e Congrès de l'ACFAS

L'idéologie comme frontière : la traduction des discours politiques canadiens

Auteur : Chantal Gagnon
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Parce que l'idéologie renvoie aux croyances et aux valeurs partagées collectivement par un groupe social (Hatim et Mason 1997), cette notion constitue un excellent outil pour étudier la question identitaire. Par exemple, nous avons déjà montré que pour défendre le nationalisme canadien, le gouvernement fédéral a mis l'accent, en français, sur les valeurs démocratiques en utilisant des termes comme « citoyens » ou « concitoyens », alors que pour les mêmes extraits, l'anglais présentait des valeurs patriotiques, avec « fellow Canadians » (Gagnon 2009). On comprend qu'au Canada, l'idéologie reflète les frontières sociales, politiques et culturelles qui séparent les communautés linguistiques officielles. Les études canadiennes en traductologie ont bien montré que la traduction joue à la fois un rôle de rapprochement (on pense aux travaux de Sherry Simon) et d'éloignement (les travaux de Brian Mossop, par exemple). La présente communication étudiera la façon dont la frontière idéologique se manifeste dans les discours du trône de la Chambre des communes canadiennes au cours du XXe et du XXIe siècle.

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de clôture

Colloque    338 - La traduction comme frontière
81e Congrès de l'ACFAS

Les retraductions des Anciens Canadiens : un cas unique dans la littérature canadienne-française du 19e siècle 

Auteur : Alexandra Hillinger
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Dans le cadre de nos études doctorales, nous nous penchons sur les traductions de quatre romans canadiens-français écrits au XIXe siècle et qui entrent dans la catégorie des premiers romans canadiens-français, à savoir L'Influence d'un livre, Les Anciens Canadiens, Angéline de Montbrun et À l'œuvre et à l'épreuve. De ces œuvres, seul Les Anciens Canadiens a fait l'objet de retraductions (une première traduction a paru en 1863, une deuxième en 1890 et une troisième en 1996).

Dans notre communication, nous nous proposons d'explorer le contexte sociohistorique qui a mené à la production de la dernière traduction des Anciens Canadiens. Par la suite, nous nous pencherons sur la traductrice de la troisième version, en explorant sa « position traductive » et son « projet de traduction » (Berman, 1995, p. 73‑74). Nous croyons qu'il est important d'aller à la recherche de Jane Brierly, puisqu'elle a réfléchi sur les deux premières traductions avant de rédiger la sienne et elle a affirmé que les deux premiers traducteurs « failed to genuily rediscover the author » (Gaspé, 1996, p. 16). Nous examinerons donc les traductions de termes issus de la langue populaire canadienne-française afin de démontrer que Brierly se distingue de ces prédécesseurs. 

81e Congrès de l'ACFAS

Traduire ou (re)composer les frontières : l'expérience poétique et politique du concert dans l'Elégie à Pablo Neruda de Louis Aragon 

Auteur : margaux valensi
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Souvent envisagée comme borne, limite, point de séparation ou de démarcation, la frontière peut se comprendre aussi comme un lieu de partage, d'hospitalité, de polyphonie où s'entrelacent des voix, des accents et des images. Lorsque Pablo Neruda perd sa demeure suite au tremblement de terre de 1965 au Chili, son fidèle ami Louis Aragon écrit Élégie à Pablo Neruda. S'improvisant traducteur d'Estravagario de Pablo Neruda, le poète français investit l'espace textuel comme un lieu de concert, où deux voix poétiques s'accordent et habitent le texte. L'Elégie à Pablo Neruda se métamorphose en demeure, un espace commun, politique au sens littéral du terme, capable de penser un « nous » dans la catastrophe.

L' « hospitalité langagière[1]» et politique qu'offre Aragon au poète chilien se double dès lors d'une réflexion poétique dans la mesure où Aragon abolit la frontière entre intertextualité et traduction : la traduction se veut aussi fusion et appropriation de la voix de l'autre. Pour Louis Aragon traduire rime ainsi avec réunir et abolir, deux procès qui nous invitent à repenser la notion de frontière qu'elle soit géographique, politique ou poétique.

[1]RICOEUR Paul, Sur la traduction, éd.  Bayard, 2004, Paris.



81e Congrès de l'ACFAS

La traduction, les paratextes et les textes politiques : l'encadrement des référendums québécois sur la souveraineté

Auteur : Julie McDonough Dolmaya
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Au Canada, les années 70, 80 et 90 ont donné lieu à la publication de plus de mille ouvrages—et une
centaine de traductions—portant sur le nationalisme québécois, les mouvements indépendantistes et les
référendums sur la souveraineté. Malgré la diversité de ces publications (biographies, analyses
politiques, essais polémiques, etc.), presque tous ces ouvrages portaient sur des thèmes qui ont
provoqué la controverse au Canada. Les paratextes qui se trouvent dans les traductions de ces textes
sont donc une ressource importante qui illumine les différences perçues entre les opinions politiques
des lecteurs anglophones et francophones. On y retrouve aussi une indication de la façon dont on
concevait la traduction dans ce domaine : est-ce c'était une activité à soutenir ou à résister, et pour
quelles raisons?
Cette communication aura pour but d'analyser les paratextes dans les traductions anglaises et françaises
de ces textes. Elle va démontrer la façon dont les textes français qui soutenaient la souveraineté ou qui
condamnaient le fédéralisme canadien étaient présentés aux lecteurs anglophones, et la façon dont les
textes anglais qui attaquaient les Québécois francophones ont été par la suite présentés à ce public
critiqué. Enfin, elle va étudier les caractéristiques partagées par les paratextes anglais et français, 
examiner les différences entre ces derniers, et tenter de déterminer pourquoi ces différences et ces
similarités existaient.

81e Congrès de l'ACFAS

Le rôle de la traduction de littérature catalane vers l'espagnol pendant la dictature franquiste

Auteur : Maria Dasca
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Objet de persécution, la littérature catalane publiée entre 1950 et 1975 subit des problèmes pour reprendre le contacte avec les lecteurs. Certains écrivains en catalan, tels que les romanciers Mercè Rodoreda et Francesc Benguerel, essayent d'élargir la diffusion de leur œuvres à travers la traduction (ou auto-traduction) vers l'espagnol. Dans ce processus, ils introduisent des changements dans la conception et révision de leurs textes. Dans ce sens, la traduction entre des langues proches peut être considérée comme une partie intégrante du processus de création. Cette opération n'est possible qu'avec la complicité d'un marché éditorial en émergence et le déploiement d'un système bilingue de prix littéraires. 

L'objectif de cette communication est d'établir un bilan sur le rôle de la traduction vers l'espagnol dans la création littéraire catalane entre 1950 et 1975. Dans notre étude, on vaprendre en considération : a) le contexte de parution de chaque ouvrage et le degré d'intervention de la censure, b) le rôle des acteurs du marché éditorial, c) le modèle linguistique et littéraire sous-jacent à chaque version des textes. 

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    338 - La traduction comme frontière
81e Congrès de l'ACFAS

La traduction du discours de Philadelphie : une frontière culturelle, paradigmatique et stratégique 

Auteur : Delphine Olivier-Bonfils
Colloque    338 - La traduction comme frontière

Le 18 mars 2008, Barack Obama, alors sénateur de l'Illinois et candidat à l'investiture du parti démocrate pour l'élection présidentielle américaine de novembre 2008, exprimait au musée de la Constitution de Philadelphie ses convictions sur les rapports raciaux aux États-Unis lors d'un discours acclamé par la presse internationale, dont la traduction en français était publiée dès mai 2008 par la maison Grasset (Paris). Il apparaît que, loin de n'être qu'un texte frontière de plus entre États-Unis et Europe francophone, cette traduction constitue également une frontière entre politique et humanisme, ainsi qu'une frontière entre savoir du traducteur et pouvoir de l'éditeur. L'étude du paratexte (Genette, 1987) dans le cadre de l'approche socioculturelle (Lépinette,1997, 2003) et celle de la taxonomie des glissements en analyse du discours (Gagnon, 2006, d'après Chesterman, 1997) permettent d'appréhender cette réalité.



81e Congrès de l'ACFAS

Lectes et gabarits : imaginaire translectal dans Allah n'est pas obligé 

Auteur : Christian Uwe
Colloque    338 - La traduction comme frontière

La question de la traduction peut faire l'objet de plusieurs approches parmi lesquelles la perspective théorique de la traductologie, celle du praticien-traducteur ou encore selon une conjugaison des deux perspectives. Il arrive cependant que la littérature se saisisse aussi — et d'emblée — du problème des frontières linguistiques et/ou lectales auquel, du reste, les œuvres littéraires ne semblent guère pouvoir échapper. Si ces frontières sont intuitivement conçues entre deux langues différentes, il n'est pas moins vrai qu'elles peuvent aussi contribuer à révéler la pluralité inhérente à une même langue. C'est pareille pluralité que relève, tel un défi, le jeune narrateur d'Allah n'est pas obligé, dont l'ambition est de s'adresser aux « francophones de tout gabarit ». La négociation linguistique de l'enfant-soldat double ainsi la négociation existentielle qui conditionne son errance, entraînant au passage l'analyste à interroger le rapport de la langue avec sa propre diversité, mais aussi avec le style, l'histoire, voire avec les cultures. 

81e Congrès de l'ACFAS

« Le Refuge sentimental » et « Capricho », deux courriers du coeur révélateurs des transformations normatives de la sexualité et du rapport de genres au Brésil et au Québec

Auteur : Nancy Couture
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

Les lettres publiées dans le courrier du coeur sont des discours de soi qui permettent de mettre en évidence le rapport à soi et le rapport d'altérité. À travers cette correspondance féminine interrogeant spécifiquement la normativité sexuelle, notre étude montre qu'entre 1950 et 1960, le courrier du coeur constitue un récit collectif nuancé des transformations du rapport à la sexualité et de genres chez les Brésiliennes et Québécoises. Globalement, les discours sont ceux de femmes soucieuses de leur respectabilité et ambivalentes devant les situations qui exigent de se conformer à la norme sociale et qui ne correspondent pas à leur intérêt personnel. Ainsi, qu'elles soient Brésiliennes ou Québécoises, les préoccupations des femmes qui écrivent questionnent la normativité sexuelle du moment et la voie suivie par toutes semble être celle des grandes transformations liées aux évolutions de chaque société étudiée. Respectivement, les changements observés ne sont pas exclusifs au relâchement du climat répressif de la culture catholique, ils concernent davantage une individualisation plus réflexive des comportements liés aux nombreuses transformations du rapport familial et de genres. L'objectif de cette communication est de présenter l'avancement de notre étude comparative des courriers du coeur, entre 1950 à 1960, de Marga Mason, courriériste de la revue brésilienne 'Capricho' et celui du 'Refuge sentimental', chronique de Janette Bertrand dans le Petit journal québécois.

81e Congrès de l'ACFAS

Discours sur la langue : des voix dans le portugais

Auteur : Elmo José dos Santos
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

Les affirmations bien connues comme celles de Saramago qu'"il y a des langues en portugais" ou de Caetano Veloso que "la langue est ma patrie", sans compter des films comme 'Langue: vies en portugais' (1994) et 'Portugais: la langue du Brésil' (2009), de la collection du Musée de la Langue portugaise ou des textes dans différents modes et matérialités diffusés dans les médias et l'industrie culturelle, et même des paroles stéréotypées sur la langue, nous inspirent à effectuer des réflexions sur le discours et les significations probables de la langue portugaise, c'est-à-dire, sur des voix multiples qui ont aujourd'hui cette langue pour thème.

Nous analyserons un ensemble de textes verbaux et verbe-visuels de la contemporanéité, afin de vérifier, en continu l'axe langage-texte-discours, des espaces où on dit la production discursive et les intersubjectivités celles qui cherchent à définir le portugais et le constituer à travers des paroles de multiples sens. Ainsi, il nous est possible de souligner les divers dialogues sur les espaces du portugais aujourd'hui, soit dans l'unité, soit dans la diversité, mais aussi dans d'autres aspects soulignés par la linguistique, dans un rapport interdisciplinaire avec d'autres domaines comme les sciences humaines et sociales.

81e Congrès de l'ACFAS

Les modernistes et la formation de l'identité nationale brésilienne : le métissage (blanchissement) comme identité culturelle

Auteur : Willian Luiz da Conceição
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

Au XIXe siècle, un théme s'invite dans le débat national et international sur le Brésil : le métissage en tant que dégénérescence, ou comme solution aux problèmes raciaux ? L'idéal de l'identité nationale fondée sur le métissage, a gagné le débat, et façonne encore notre 'imagination. Mais qu'entendons-nous exactement part la notion de métissage au Brésil ? Ce dernier devient désormais un sujet prédominant dans la littérature ainsi que les arts, dont les principaux protagonistes reprendront le sujet du débat et l'amèneront sur la scène publique, de façon même à influencer l'opinion publique et le peuple. Considérée comme un grand classique de la littérature brésilienne, l'oeuvre 'Macunaíma' : le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade, propose un renouvellement dans le récit littéraire moderne, fondé sur une vaste connaissance des racines de la culture brésilienne. Le roman va être considéré comme une ‘intervention puissante' sur l'idée de l'identité nationale. Ce sera à partir de la révolution de 1930, au Brésil, que les concepts du métissage de part le processus de 'blanchissement', et celui de la transfiguration ethnique, prennent toute leur ampleur. Dans ce travail, nous apporterons une nouvelle vision à la question du métissage au Brésil, laquelle soulève encore de nos jours un dilemne ethnico-racial. Pour ce faire, nous nous baserons sur une perspective historique, afin de discuter de la formation de l'identité nationale brésilienne.

81e Congrès de l'ACFAS

Entre bledz d'Inde et mil du Brésil navigation géographique sur méridien torsadé entre imaginaire brasilense et desejo canadensis

Auteur : Jean Morisset
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

Le Brésil habite le Canada depuis l'arrivée même de Jacques Cartier, puisque ce dernier, rentrant de la Baie de Gouanabara, arrive en Canada puis en Hochelaga, notant dans son journal de bord que le «Bledz de leur terre est comme mil du Brésil.??

Le propos de cette contribution est de reprendre la caravelle et continuer cette navigation jusqu'aux temps présents, faisant se réfracter l'un dans l'autre, l'autre contre l'un, Brésil et Canada… de Tropique en Arctique et de Grand Nord en Amazonie.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières
81e Congrès de l'ACFAS

La coopération triangulaire : potentiel ou illusion d'efficacité?

Auteur : Geneviève Moisan
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

La recherche proposée se penche sur deux interrogations générales : qu'est-ce que la communauté de théoriciens et d'acteurs du développement international du CAD pourrait apprendre des nouvelles pratiques de développement et comment pourraient-ils travailler de concert avec les nouveaux donateurs vers de meilleurs projets de coopération internationale ? Nous nous penchons plus spécifiquement sur le modèle de coopération 'triangulaire' lorsqu'il implique des donateurs traditionnels et des nouveaux donateurs. Il y a en effet rencontre entre des 'donateurs' ou 'partenaires' qui suivent des principes de coopération différents. Nous souhaitons donc, à travers cette analyse, étudier les dynamiques et particularités des accords de coopération triangulaire pour évaluer leur potentiel d'efficacité de l'aide et le comparer à celui de l'aide bilatérale traditionnelle. Nous étudierons la coopération entre le Brésil, le Canada et le Mozambique sur un projet de développement nommé Southern Ocean Education and Development in Mozambique. Nous tenterons de répondre à la question de recherche suivante : comment la coopération triangulaire peut-elle actuellement contribuer à une aide plus efficace, comparativement à l'aide bilatérale traditionnelle ?

Ma communication se basera majoritairement sur ma recherche théorique, et en partie sur les entrevues que j'aurai conduites au Brésil. J'offrirai donc une piste de réflexion sur cet enjeu, sans apporter de conclusion définitive.

81e Congrès de l'ACFAS

Le contact des savoirs

Auteur : Anne Latendresse
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

...

81e Congrès de l'ACFAS

Chanter en portugais brésilien

Auteur : Duany Parpinelli
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

Les chanteurs québécois francophones font face à des défis majeurs concernant la préparation et l'interprétation des chansons brésiliennes. L'incertitude ou la méconnaissance de la langue portugaise brésilienne, en plus de rendre l'exécution des chansons difficiles, augmentent les distinctions de prononciation entre les interprètes. Les analyses des enregistrements audio de chanteurs non brésiliens nous démontrent que la vaste majorité des exécutions présente des nombreuses irrégularités de prononciation. Brandão (2002) précise à ce sujet qu'il est impossible de trouver deux enregistrements de 'Bachianas Brasileiras 5' par des chanteuses lyriques états-uniennes et européennes avec une prononciation uniformisée.

Ainsi, cette communication visera à aborder les phonèmes plus difficiles que peuvent rencontrer les chanteurs lyriques québécois francophones (ex: la nasalisation, les diphtongues et la modification des voyelles finales), ainsi que les variantes plus complexes de la langue portugaise brésilienne, afin d'aider les chanteurs à acquérir les compétences nécessaires de diction pour exécuter le répertoire vocal brésilien et à livrer une prononciation authentique du portugais brésilien vis-à-vis de l'usage du portugais au Brésil. Ces enjeux de diction seront discutés en utilisant comme exemple la célèbre œuvre de Heitor Villa-Lobos - 'Bachianas Brasileiras 5'.

81e Congrès de l'ACFAS

La pratique anthropologique au Brésil et au Québec : regards croisés des recherches portant sur les populations autochtones

Auteur : Jean-Bruno Chartrand
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

Lorsque l'on compare les champs de recherches importants qui lient ces deux sociétés que sont le Brésil et le Québec, on oublie souvent le travail important qui a été et est toujours réalisé avec les communautés autochtones. En effet,  plusieurs similarités marquent les traditions de savoir anthropologiques de ces deux sociétés. Par exemple, toutes deux font état d'une relation étroite entre le développement du savoir anthropologique et les entreprises coloniales. Puis, l'anthropologie qui s'est développée au milieu du XXe siècle dans la recherche avec les communautés autochtones, pouvant être qualifiée d'anthropologie appliqué (Albert, 1995) a permis à la fois l'accès à un riche savoir (citons, par exemple, les travaux de Lévi-Strauss) mais a aussi produit des cas regrettables comme ce fût le cas avec les travaux de Napoléon Chagnon et de James Neel chez les Yanomami (Tierney, 2000 ).

Mon but est d'abord de partager mon expérience personnelle de travail de terrain en tant qu'anthropologue québécois auprès d'une communauté autochtone du Sud-Est de l'état du Pará au Brésil, les Xikrin Mẽbengokre. Puis, comme l'indique le titre de ce résumé, le but principal est de faire le point sur l'état des recherches anthropologiques avec des communautés autochtones au Brésil ainsi qu'au Québec. Une question essentielle sera alors adressée : à quoi peut servir l'anthropologie lorsque l'on examine les mouvements de contestations et de revendications autochtones au Brésil ainsi qu'au Québec ?

81e Congrès de l'ACFAS

Lieux emblématiques du continent américain : l'imaginaire poétique du Grand Nord canadien et de la forêt amazonienne

Auteur : Rita OLIVIERI-GODET
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

Nous envisageons d'explorer les relations de la littérature à l'espace en interrogeant les figurations des rapports humains à des lieux emblématiques du continent américain à travers deux textes littéraires qui mettent en scène des "territoires lointains" : les territoires nordiques du Canada, dans ‘Chants polaires' (2002) de Jean Morisset, et la forêt amazonienne dans ‘Yuxin-Alma' (2009) d'Ana Miranda. C'est la construction imaginaire de la conception de "confins" que nous examinerons tout en soulignant les modalités spécifiques d'appropriation des éléments d'une mythologie de l'espace américain mises en place par ces textes littéraires : la façon dont ils "inventent" le paysage ; leur "potentiel d'évocation iconique" (Philippe Descola) ; le statut méta-textuel du paysage ; la fascination par la découverte de l'altérité anthropologique ainsi que le dialogue que ces textes littéraires établissent avec la photographie et la musique pour construire un imaginaire poétique sur ces lieux. La construction de l'espace littéraire est ici envisagée dans le sens de représentation (espace perçu) et de production de sens, dans la mesure où le texte littéraire met en place un imaginaire qui interagit avec le réel. Du ‘topos' au ‘logos' (Fernando Ainsa), comment les poèmes de l'écrivain-géographe-voyageur québécois et le roman de l'écrivaine brésilienne fondent-ils des rapports à ces lieux emblématiques du continent américain ?

81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières
81e Congrès de l'ACFAS

Culture et citoyenneté entre le Brésil et le Québec

Auteur : Ney WENDELL
Colloque    340 - Québec-Brésil : les savoirs en contact pour des nouvelles frontières

La communication sera divisé en deux thèmes liés à la recherche sur le théâtre social comme manifestation culturelle dans le processus de transformation communautaire. Le premier thème parle du travail du théâtre avec les femmes immigrantes du 'Projet Terre', à Sherbrooke, au Québec. C'est une méthodologie centrée sur le théâtre comme lien entre les actions éducatives, professionnelles et culturelles. Les femmes vivent un nouveau chemin de vie avec le théâtre, comme espace de convivialité créative, de sagesse personnelle et de reconstruction d'un monde plus libre de la femme. Le deuxième thème montre l'exemple de théâtre social développé dans l'état de Bahia, au Brésil : le projet 'Cuida Bem de Mim' ('Prends bien soin de moi'). Il traite de la violence dans les écoles publiques et de la reconstruction des rapports affectifs dans le cadre scolaire à partir du théâtre. C'est une recherche qui décrit l'expérience de médiation théâtrale avec des actions créatives dans la pièce du Projet 'Cuida Bem de Mim', auprès des élèves-spectateurs et des éducateurs-spectateurs des écoles publiques, de 2004 à 2007.  Le comparatif entre les deux projets à Shebrooke et à Bahia démontrent la force de transformation sociale par le théâtre citoyen.