Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

L'Animal souffre-t-il en droit ?

Auteur : Martine Lachance
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

S'il est indéniable que les autorités prêtent aujourd'hui davantage attention aux inquiétudes soulevées par la population quant à la douleur, la détresse et autres formes de souffrance infligée aux animaux, la volonté d'assurer leur protection juridique demeure pour certains indécente. Pourtant, à travers l'histoire, les philosophes et les savants ont envisagé, refusé puis admis la notion de douleur en l'animal. Le discours scientifique – considéré en occident comme détenteur de la vérité – a par la suite pris la relève, en établissant les balises scientifiques de cette douleur. Malheureusement, nonobstant les oscillations sur la nature et le statut de l'animal, notre législation demeure accablée par la vision cartésienne qui n'admet l'animal qu'au titre de bien, sans égard à sa sensibilité. La démonstration en sera faite à partir de l'analyse du discours juridique dont l'animal est objet, ce qui nous conduira ultimement à poser un regard sur les systèmes juridiques étrangers pour peu qu'on les dédierait à protéger adéquatement les animaux de toute souffrance inutile.

81e Congrès de l'ACFAS

Épistémologie animale – Les animaux savent-ils ce qu'ils font?

Auteur : Vincent Duhamel
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

Les épistémologues ont longtemps évité de parler de connaissance animale, pensant que les animaux non humains ne peuvent s'élever aux standards à satisfaire pour se qualifier comme sujet épistémique c'est-à-dire pour savoir quoique ce soit. Je tenterai de démontrer que les difficultés liées à la connaissance animale sont largement dues à ce que Wittgenstein identifiait comme une cause principale de maladie philosophique : une pensée s'abreuvant toujours aux mêmes exemples. En attirant l'attention sur la face pratique de la connaissance, le savoir-faire et la familiarité acquise par l'expérience avec les lieux, les choses, les activités, les individus, les manières de faire et les substances, j'espère dissoudre une conception intellectualiste de la connaissance qui disqualifie a priori toute véritable épistémologie animale. Une connaissance pratique bien conçue doit nécessairement se libérer de l'association traditionnelle entre capacités intellectuelles et capacités linguistiques. À sa plus simple expression, la connaissance exprime une relation entre un individu et son environnement, une relation qui ne présuppose ni ne nécessite la possession d'un langage.

81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Les modes de transport et le sens du territoire urbain : mise en perspective des expériences des femmes et des minorités

Auteur : Fannie Bélanger-Lemay
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

Cette conférence exposera comment les modifications des réglementations du transport urbain s'imposent différemment à certains groupes par deux exemples : l'automobilisation et la création récente des zones piétonnes. L'imposition de l'automobile comme mode de transport dominant dans les villes s'est accompagnée d'une restriction des mouvements des piétons et des autres usagers de la rue, pour leur propre sécurité. Cette restriction de l'usage du territoire urbain pour permettre la mobilité de certains au cours du XXe siècle est l'histoire de la restriction de la mobilité féminine au profit de la mobilité des hommes (Schmucki 2012). Depuis les années 2000, dans un mouvement opposé, des zones piétonnes commerciales sont créées d'où sont exclus les plus pauvres ou les membres des minorités visibles (Reigner et al. 2009). À partir de ces constatations, nous explorerons l'influence du mode de transport sur l'appropriation du territoire urbain comme espace public selon le groupe d'appartenance.

81e Congrès de l'ACFAS

Le jeu de l'illusion

Auteur : Valérie Roberge
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

Prenant comme point de départ l'idée selon laquelle la fiction influence et transforme à la fois nos idées et nos émotions en nous permettant de vivre une expérience personnelle unique, singulière, nous supposons que l'illusion d'une œuvre d'art, peu importe laquelle, permet de briser les illusions que nous entretenons sur la réalité, donc de changer nos idées, nos conceptions, et parallèlement, de changer le rapport que nous entretenons avec le monde.

C'est ce thème que nous aimerions aborder en réfléchissant à la portée du jeu de représentations qu'une œuvre propose et fait vivre au visiteur, en tentant de bien percevoir en quoi le simple fait de décider que quelque chose de faux est vrai permet une expérience unique et donc indissociable de celui qui fait ce choix. Puisque l'œuvre ne propose pas de réponse ni de donnée théorique, mais plutôt une expérience qui s'offre par un biais, c'est-à-dire par un jeu de représentations et qu'elle est aussi singulière que le spectateur lui-même, il est surprenant alors que bien qu'aucune donnée claire, si l'on peut s'exprimer ainsi, ne soit donnée, le spectateur reçoive quelque chose qui le transforme d'autant plus. La question se pose alors : pourquoi une œuvre d'art peut-elle transformer plus profondément un être humain qu'un discours, théorique ou non, ne peut le faire ? Qu'est-ce qui permet à l'œuvre d'art, à l'œuvre de fiction, d'aller par delà les préjugés du spectateur ?

81e Congrès de l'ACFAS

Épistémologie rossienne

Auteur : Mark Nelson
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

How far do the parallels between ethics and epistemology extend?  To pursue this question, I pick an attractive ethical theory, then model an epistemological theory on it as closely as possible.  The ethical theory is W.D. Ross's theory of obligation in The Right and the Good, which is distinctively pluralist, defeasibilist, and intuitionist.  The epistemological theory is a ‘Rossian epistemology', based in part on William Alston's ‘Doxastic Practice Epistemology'.  The resulting epistemic theory is also pluralist, defeasibilist, and intuitionist, and (according to me) just as attractive as Ross's ethical theory.  I anticipate, and defend the theory from, several criticisms.

81e Congrès de l'ACFAS

Le visage non-humain

Auteur : Pier-André Doyon
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

La philosophie de Levinas propose une clé d'interprétation de la relation éthique et des impératifs qu'elle impose au sujet. La notion de visage peut nous aider à penser la responsabilité envers l'Autre. Sa contribution, en tant que philosophie continentale dans les études animales, où la philosophie analytique et l'utilitarisme sont rois, pourrait être d'un intérêt capital dans le débat des idées. Néanmoins, le penseur refuse d'appliquer sa pensée à d'autres êtres que les êtres humains masculins. Quels sont les préjugés de la tradition philosophique qui ont retenu Levinas? La présente communication essaiera d'abord, à travers la lecture de Totalité et Infini, de déceler la problématique traditionnelle de l'animal-objet. Ensuite, la communication nous permettra de déceler les limites qu'impose l'anthropocentrisme à la globalité de la philosophie de Levinas. Finalement, nous nous pencherons sur des pistes extérieures, dans la philosophie asiatique notamment, qui pourraient nous permettre de radicaliser la philosophie levinassienne et la faire passer d'une philosophie du respect de l'homme à une philosophie du respect de la vie.

81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Le fonctionalisme des états mentaux et la théorie des ficta de  Guillaume d'Ockham

Auteur : Deni Gamboa
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

D'après le fonctionnalisme métaphysique, ce qui caractérise un certain état mental est son rôle causal ou fonction. Ce qui fait qu'un certain état mental soit l'état qu'il est – par exemple, un état de douleur – est son rôle causal par rapport à certains stimulis – ou inputs, par rapport à certains outputs et par rapport à certains autres états mentaux. D'ailleurs, d'après cette sorte de fonctionnalisme, un certain type d'état mental peut être réalisé de manières multiples, c'est-à-dire de manière indépendante à la nature du système où il est réalisé. Ces deux caractéristiques, au moins, doivent être satisfaites par n'importe quelle théorie fonctionnaliste portant sur la nature des états mentaux. Mon objectif dans cette communication consiste à
donner des raisons suffisantes pour soutenir que la première théorie de l'esprit d'Ockham – celle qui considère que les concepts généraux et les propositions sont des ficta, des entités qui ne sont pas réelles – est une théorie fonctionnaliste en ce qui concerne la nature des états mentaux. Pour Ockham, en effet, ce qui caractérise un certain état mental est son rôle
causal par rapport à certains inputs et certains autres états mentaux. Les ficta, en conséquence, ne sont pas des états mentaux dans la première théorie d'Ockham, mais plutôt des objets intentionnels. D'ailleurs, chez Ockham, en effet, les anges et les humains partagent certains types d'états mentaux. Donc, certains états mentaux sont réalisés de manières multiples.

81e Congrès de l'ACFAS

Hegel et la phénoménologie en 1807

Auteur : Kaveh Boveiri
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

La Phénoménologie de Hegel porte évidemment sur l'« esprit », notamment en tant que ce dernier se présente sous la forme d'un savoir.  Il s'agit d'une phénoménologie parce que Hegel entend décrire ce savoir tel quel, c'est-à-dire comme « savoir apparaissant ».  En fait, Hegel entend de retracer le long parcours effectué par la conscience naturelle à travers ses diverses figures.  Il cherche en d'autres mots à refaire ce « chemin de l'âme ».  Rien d'étonnant dès lors à ce qu'il ait voulu au départ intituler cette œuvre « science de l'expérience de la conscience ».  Mais cette science de second niveau qui surplombe l'odyssée de la conscience et qui en observe la dialectique n'est lui-même rien d'autre qu'un savoir.  Aussi lui incombera-t-il à terme de se débarrasser de cette « apparence » qui fait qu'il se présente dans un premier temps comme un savoir au même niveau que tous les autres.

81e Congrès de l'ACFAS

Relation de soins : accueillir l'indignation

Auteur : Marc Zaffran
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

En Amérique du Nord, et dans quelques pays d'Europe, les relations entre soignants et patients sont guidées par des principes d'éthique clinique inspirés du travail de Beauchamp et
Childress (Principles of Biomedical Ethics). Mais rien n'y est dit d'un aspect psychologique et moral essentiel. 

L'indignation – sentiment de colère provoqué par une injustice – est une composante fréquente et peut-être incontournable de la relation de soins. Elle teinte toutes les situations de maladie, perçues comme une injustice ; elle contredit la relation de soins lorsque l'injustice est produite par le système de santé ou les soignants eux-mêmes.

La position du soignant est complexe : il doit entendre l'indignation du patient face à une injustice ; l'assister alors que d'autres professionnels de santé sont en cause et se retrouver en conflits d'intérêt ou de loyauté ; éviter de projeter sur le patient sa propre indignation. Autrement dit : œuvrer pour le patient sans le soumettre à ses valeurs et en restant soi-même.

Nous tenterons de démontrer que pour être en accord avec les principes d'éthique clinique couramment admis, tout soignant se doit de prendre en compte l'indignation des patients qu'il soigne et de prendre conscience de l'impact de ses propres sentiments d'indignation sur sa pratique. Et nous suggèrerons comment inclure la dimension d'indignation dans la formation éthique des soignants.

81e Congrès de l'ACFAS

Progrès de la biologie et animaux inédits : de la capacité de l'éthique animale à poser des limites

Auteur : Lyne Létourneau
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

Grâce au génie génétique, il est dorénavant possible de dépasser les limites de la sélection génétique et, par transgénèse, de modifier les cellules germinales des animaux par l'addition, la destruction, le remplacement ou la mutagenèse d'un gène, de quelque provenance qu'il soit. Or, loin de faire l'unanimité, la perspective d'une telle intervention directe de l'être humain sur le devenir biologique des animaux soulève de nombreuses inquiétudes. Quel sera le futur des animaux? Sera-t-il habité d'animaux « améliorés » ou dépourvus de certains attributs en vue d'en faciliter l'exploitation commerciale? Sera-t-il décoré d'animaux-oeuvres d'art? Sera-t-il peuplé de créatures métissées se définissant à l'extérieur des frontières du connu? Face à l'éventail des possibilités, plusieurs insistent sur la nécessité de se parer des dérives. Dans le cadre de ma communication, je poserai donc la question des limites à la modification génétique des animaux. Tout particulièrement, je me pencherai sur la capacité de l'éthique animale à poser de telles limites. L'éthique animale offre-t-elle un rempart contre les dérives?

81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Mot de clôture

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Deux thèses de Franz Brentano sur la conscience

Auteur : Denis Fisette
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

Je propose une relecture des textes principaux de Franz Brentano sur la conscience. Mon point de départ est la formulation de deux thèses sur la conscience que Brentano avance au tout début du deuxième chapitre du deuxième livre de sa Psychologie d'un point de vue empirique qui constituent le fondement de sa théorie des objets primaires et des objets secondaires. Mon hypothèse de travail s'appuie sur le principe de l'unité de la conscience qui représente la clé de la plupart des problèmes que l¹on associe généralement à la théorie de la conscience de Brentano. J¹examinerai d'abord trois de ces problèmes, à savoir les problèmes de la duplication, de la régression et de la complexité, et
j'analyserai, dans un deuxième temps, le principe de l¹unité de la conscience qui tient compte des écrits de Brentano après la publication de sa Psychologie en 1874. J'évaluerai enfin la portée des
changements que Brentano apporte à sa théorie de la conscience dans ses écrits publiés à titre posthume sur les débats actuels autour de Brentano.

81e Congrès de l'ACFAS

La fonction éthopoétique du discours philosophique chez Pierre Hadot

Auteur : Martin Arriola
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

À partir de l'analyse de la notion de choix de vie philosophique élaborée par Pierre Hadot, cette communication consiste à approfondir le thème de la subordination du discours philosophique au mode de vie afin de mettre en lumière une fonction alternative à la fonction purement théorique du discours philosophique, c'est-à-dire une fonction éthopoétique qui peut s'appliquer au discours théorique, mais qui vise ultimement à produire un bon caractère et de bonnes habitudes de vie.

81e Congrès de l'ACFAS

Sexualité, gouvernement de soi et domination politique selon saint Augustin

Auteur : Michel Senellart
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec
81e Congrès de l'ACFAS

Planifier la mobilité : pour qui et avec qui?

Auteur : Geneviève Cloutier
Colloque    320 - Philosophie et transformations du monde : Congrès 2013 de la Société de philosophie du Québec

Depuis une vingtaine d'années, les administrations publiques travaillent à la planification du transport en s'inspirant davantage du vocabulaire et des valeurs associées à la mobilité sociale et spatiale. Les urbanistes s'intéressent de plus en plus aux comportements et aux questions d'accessibilité, s'appuyant sur les enquêtes développées à travers les travaux de recherche sur le sujet. Cependant, ces outils restent incomplets et sous-exploités dans la planification urbaine. En pratique, au Québec, l'accessibilité continue d'être abordée comme une dimension physico-spatiale et les inégalités d'accès à la ville sont jugées trop complexes pour l'ingénierie urbaine. Dans quelle mesure la participation d'une diversité d'intervenants à cette planification pourrait-elle renforcer sa prise en compte des enjeux d'équité et de justice sociale ? La communication s'appuie sur une comparaison de trois initiatives (Québec, Bruxelles, Genève) pour réfléchir à la pertinence d'intégrer l'expertise citoyenne et territoriale dans la planification de la mobilité.