Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

Entre le cercle et la ligne, la muséologie communautaire autochtone en crise ?

Auteur : Marie-Charlotte Franco
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Ancrée dans la thématique des patrimoines culturels et du développement durable en temps de crise, notre étude de cas du Musée des Abénakis (Centre-du-Québec) permettra de réfléchir au musée en tant qu'outil de développement identitaire et communautaire en contexte autochtone. Quels sont les moyens envisagés par le Musée des Abénakis d'Odanak à l'aube du cinquantième anniversaire de son inauguration, pour continuer à jouer un rôle fédérateur dans la construction identitaire et le développement communautaire de sa population d'attache ? Comment le Musée des Abénakis répond-il aux enjeux actuels de la muséologie nord-américaine à l'ère de la mondialisation ? Il s'agira, par une analyse chrono-thématique, de comprendre l'évolution du site patrimonial d'Odanak et de sa valorisation selon trois temps : le musée pour une communauté déterminée, la nette tendance à la professionnalisation, le tournant touristique identifié. La présentation des résultats de recherche permettra de comprendre la cristallisation des tensions ainsi que les conséquences de la mondialisation sur la muséologie communautaire et l'approche holistique autochtone. Finalement, deux logiques, la pensée circulaire propre aux Premiers Peuples et la pensée linéaire occidentale du temps, s'affrontent sur le terrain patrimonial au nom du redéploiement du musée pour qu'il sorte de sa crise identitaire.

81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

De la normativité du corps à la normativité de la discussion dans une communauté en ligne de trans : l'utopie d'un vivre-ensemble sans norme

Auteur : Madeleine Pastinelli
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Désireuses d'échapper à une norme qui les relègue à la marge dans d'autres contextes sociaux, des personnes trans se retrouvent ensemble dans des communautés en ligne pour échanger et se donner un espace dans lequel se réapproprier  leur expérience corporelle, avec des mots et un langage qui leur sont propres. Décriant l'absence de légitimité du pouvoir médical et psychiatrique qui statue sur leur expérience corporelle et s'avère déterminant de ce que peut ou non devenir leur corps, les participants d'une communauté en ligne de trans FtoM dans laquelle nous faisons enquête se montrent soucieux de reconnaître la diversité des expériences du corps, du sexe et du genre vécues par chacun et s'opposent farouchement à toute forme de jugement ou d'appréciation quant au rapport que chacun entretient à son corps. Pourtant, entre ceux qui aspirent à avoir un corps d'homme semblable à celui de ceux qu'ils appellent des « bios » et ceux qui, plus simplement, ne peuvent se reconnaître comme eux-mêmes dans un corps de femme,  les expériences et les discours tendent à se polariser.  Dans cette présentation, nous exposerons nos observations sur ce qui est en jeu dans cet espace et sur la manière dont ce découpage des expériences fait planer sur la communauté la menace d'un retour du jugement normatif des uns sur les autres, donnant lieu à de constantes interventions des modérateurs, qui luttent contre l'émergence d'une norme propre à la communauté en censurant constamment les échanges.

81e Congrès de l'ACFAS

Quand l'ethnicité devient classe sociale : la mobilisation linguistique néo-brunswickoise à la lumière de l'émergence de la grande industrie

Auteur : Mireille Mclaughlin
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Dans cette présentation, je tente de construire un cadre explicatif permettant de rendre compte des liens entre la (re)production des communautés linguistiques et les processus économiques.  M'appuyant sur des données ethnographiques, j'explore en quoi la catégorie sociale francophone  est mise à défi par l'effondrement du secteur industriel du Nord du Nouveau-Brunswick. Je trace, d'abord, un portrait historique des enjeux linguistiques liés à l'industrialisation pour ensuite explorer les tensions que soulèvent les restructurations économiques mondialisantes pour les idéologies linguistiques qui structurent la francophonie. J'avance l'argument que le militantisme linguistique Acadien des années 50 et 60 est à mettre en lien avec l'émergence  d'une conception standardisante et «méritocratique » des langues qui en font à la fois un outil de mobilité ascendante et de discrimination sociale. Cette conception des langues a servi à la mise en place du cadre politique de dualité linguistique canadien. L'effondrement du secteur industriel du Nord du Nouveau-Brunswick mène à l'émergence d'une économie entrepreneuriale, axée sur la mobilité des individus, des ressources et des discours. Je conclus en explorant les tensions que soulèvent ces transformations économiques tant pour la francophonie que pour le cadre de dualité linguistique et le vivre-ensemble canadien.

81e Congrès de l'ACFAS

Les dispositifs d'énonciation visuels et auto-représentationnels : approches, limites et enjeux

Auteur : Mouloud Boukala
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Cette communication porte sur les dispositifs d'énonciation visuels et auditifs (clips principalement) des jeunes Montréalais d'origine haïtienne. Il s'agit de présenter certains modes musicaux et visuels retenus par ces jeunes et comment par leur truchement ils s'offrent des occasions de s'exprimer, de s'affirmer et de se penser au sein de la société québécoise. Nous explorerons le rôle et les impacts de ces sons et de ces images dans le contexte des dynamiques d'inclusion et d'exclusion sociale et culturelle qui marquent la société cosmopolite montréalaise. Nous analyserons la portée identitaire et politique de ces modes musicaux et verrons s'ils entretiennent ou déconstruisent les préjugés et stéréotypes, souvent véhiculés par les médias, qui pèsent sur ces jeunes Montréalais d'origine haïtienne.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Le hip-hop : une esthétique marginale au service de la communauté, l'exemple brésilien

Auteur : Sofiane Ailane
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Cette communication porte sur la culture musicale transnationale dans un contexte brésilien en prenant pour objet le mouvement hip-hop, tel que j'ai pu l'observer au Brésil entre 2004 et 2010. Les hip-hoppers au Brésil sont devenus au fil des ans les représentants désignés d'une subculture musicale associée à un espace des plus stigmatisés au Brésil : les periferias. Cet espace de la ville où se concentrent à la fois, violence, misère et précarité et qui apparaît comme une zone à l'aura sulfureuse. Néanmoins, malgré le stigmate territorial qui pèse sur eux, les hip-hoppers sont devenus également des acteurs politiques au niveau local porteurs de fortes revendications sociales. Ils « représentent » la periferia et sont des interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics. Je questionnerai le processus d'institutionnalisation du hip-hop en vue de comprendre la construction d'un vivre-ensemble dans des zones urbaines où les défaillances de l'État sont perceptibles et de quelle manière le hip-hop s'est transfiguré d'une pratique artistique en instrument d'action politique. Pour cela, nous ferons un appel à l'histoire afin de comprendre la construction locale d'un hip-hop brésilien ; nous verrons comment l'action politique du hip-hop se conçoit en nous attardant sur les « lieux » d'expression du hip-hop dans la ville ; et nous essaierons enfin d'aller plus loin en analysant la portée des actions entreprises par les organisations du mouvement hip-hop et leurs limites.



81e Congrès de l'ACFAS

Le patrimoine est il une marchandise ? Politiques de mise en valeur du patrimoine jésuite de l'Argentine. Le cas de San Ignacio Mini et Nuestra Señora de Loreto

Auteur : Marcelo Acosta
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Dans ce travail nous analyserons les difficultés qui existent dans la mise en valeur de sites archéologiques étendus et des stratégies afin de mettre en valeur ces sites. Nous prendrons comme exemple les 4 missions Jésuites en Argentine, considérées Patrimoine de l'Humanité depuis 1985, qui présentent différents degrés de préservation. Une de ces quatre (San Ignacio Mini) est largement favorisée par le financement de l'État Argentin alors que les trois autres sont sous-financées au profit de l'industrie touristique développée autour de San Ignacio Mini. La Province Jésuitique du Paraguay (1610-1767) comprenait trente missions dont quinze font maintenant partie du patrimoine Argentin et seule 4 font partie du patrimoine de l'Humanité. Située au centre du village de San Ignacio, la mission constitue le lieu le mieux financé pour ses attraits touristiques. Contrairement à San Ignacio Mini, la mission de Nuestra Señora de Loreto, située à 16 km au sud de San Ignacio Mini et à 3 km du village du même nom, a été sporadiquement fouillée. Ce qui a causé la détérioration et abandon du site et en conséquence des difficultés additionnelles pour la recherche. Les autorités gouvernementales considèrent typiquement, que toutes les missions Jésuites sont semblables et uniformes. Cette perception incorrecte explique en grande parties la distribution inégale, des ressources allouées à la recherche et le sous financement chroniques des projets d'explorations et de recherches de ces autres sites. 

 



81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

De l'utilisation fonctionnelle de l'espace public à l'accueil multiscalaire des mobilités sociales

Auteur : Gérard Beaudet
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Le siècle dernier aura graduellement réduit l'espace public à un agencement d'aires fonctionnelles  d'emblée destiné, pour une bonne part, à favoriser l'efficacité des déplacements et, pour une autre part, à traduire des programmations vocationnelles exclusives. Cette évolution s'inscrivait dans la mouvance du mouvement fonctionnaliste et en accord avec les principes ségrégatifs qui lui étaient associés. À la machine à habiter de Le Corbusier correspondaient les espaces, dispositifs et équipements « à caractère public » exclusivement dévolus aux déplacements, à la consommation ou au loisir.

À l'heure des mixités sociales et fonctionnelles, quel défi pose aux aménagistes et gestionnaires publics, dans un contexte de transformation des mobilités et d'affirmation des différences, l'accueil et le déploiement dans les lieux de passage du vivre ensemble ?



81e Congrès de l'ACFAS

Mutation des zones de montagnes en Algérie : cas de la grande Kabylie

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Parler de la grande Kabylie c'est parler du majestueux massif du Djurdjura et de l'attachement quasi mystique du Kabyle à sa terre et à sa montagne. Cette relation homme montagne qui a pu non sans encombre traverser l'histoire est aujourd'hui remise en cause par la perte d'un équilibre si longtemps préservé, par la destruction de l'économie traditionnelle et des institutions sociopolitiques séculaires. Cette occupation de l'espace par l'homme nous a donné un archipel de petits villages perché sur les crêtes des montagnes. La croissance démographique, les progrès technologiques et le développement économique se sont traduits par de profonds changements sociaux. Les zones de montagne de la grande Kabylie enregistrent une dynamique de transformations des structures villageoises. L'évolution intense de l'habitat villageois fait disparaître des pans entiers du patrimoine culturel architectural kabyle qui représentent l'expression tangible de l'identité culturelle des Kabyles. Ces nouvelles formes d'urbanisation causées par cette urbanisation diffuse engendrent de grands dysfonctionnements dans la gestion de ces nouvelles entités urbaines. Ces mutations ont fait de la grande Kabylie une région rurale dont l'économie repose peu sur l'agriculture. Il y a lieu de s'interroger actuellement sur la nécessité d'un retour à une urbanisation compacte de petits villages dans la fonction restera principalement résidentielle gravitant autour de grands pôles de services.

 



81e Congrès de l'ACFAS

Les nouvelles technologies au service de la protection et de la valorisation des objets ethnographiques et de la mémoire sociale provençale

Auteur : Eva Sandri
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Face à la fragilité des œuvres muséales, la numérisation des documents et la constitution de bases de données en ligne permettent leur pérennité. Les outils du numérique apparaissent également comme une façon de prolonger dans le temps et l'espace le discours muséographique car ils permettent de donner à voir des objets trop fragiles pour être exposés ou que le musée ne peut contenir. Cependant, au sein de ce qui parfois devient un « musée-médiathèque »,  le lien direct avec l'œuvre authentique tend à être occulté. A travers l'exemple du musée d'ethnographie d'Arles (France), il s'agira de comprendre les mécanismes sociaux et technologiques à l'œuvre dans la rénovation d'un musée de société dédié à la transmission de la culture provençale et confronté à plusieurs situations de crise. Dans un musée menacé par une crise identitaire entre un public régionaliste puriste qui craint que la rénovation détruise et change le discours du musée et un public davantage ouvert à une muséographie repensée et réflexive au sujet de l'ethnographie, la solution de la médiation numérique dessine une voie médiane entre ces deux tensions en permettant de montrer conjointement différentes réalités. C'est également la question de la mémoire sociale qui est en jeu car le patrimoine culturel provençal concerne une communauté soudée qui craint une désaffection de ses traditions. Comment alors penser la pérennité physique et symbolique des objets ethnographiques provençaux ?

81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Politique et art dans les mobilisations sociales : l'exemple du mouvement « Y en a marre ! »

Auteur : Mouhamed Abdallah LY
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Dans cette communication, nous montrerons quelques-uns des enjeux de la conjonction entre politique et artistique dans les mobilisations sociales contemporaines en prenant exemple sur le mouvement Y en a marre qui est né en 2011 au Sénégal avant de faire des émules dans d'autres pays africains. Nous parlerons, en premier lieu, de ses initiateurs (des rappeurs), de la structuration et des actions du mouvement, de ses slogans, etc. En second lieu, nous analyserons l'expression Y en a marre ! pour montrer comment elle est apparue comme un référent social et comment elle a été dotée d'une performativitéqui a joué un rôle notoire dans l'avènement d'une transition démocratique et pacifique survenue, au Sénégal, en mars 2012.Ce travail sur l'expression, nous l'avons fait en nous inspirant des travaux, en linguistique et particulièrement en analyse du discours, sur la notion de "formule" (Jean-Pierre Faye, Pierre Fiala, Marianne Ebel, Alice Krieg-Planque...).

 

 



81e Congrès de l'ACFAS

Les bruits artistiques dans l'espace public. Une alternative sonore pour l'expérience du flâneur

Auteur : Gabrielle Mathieu
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

De par sa définition physique, le son habite l'espace, il lui donne une matière auditive avec laquelle l'ouïe parvient à définir les limites et la structure du lieu. De plus, le son est le signe oublié. A lui seul, il parvient à activer la mémoire, l'imagination et la mythologie d'un individu. En d'autres mots, le son et l'image s'équivalent puisqu'ils évoquent des images mentales et les associent à un réseau d'idées plus grand construisant un discours, un récit. Il n'est alors pas étonnant de voir émerger en art actuel des pratiques questionnant le rôle de l'audition dans l'expérience spectatorielle et donnant lieu à des oeuvres strictement sonores. Ces pratiques prennent des formes multiples, architectures sonores, sculptures sonores, interventions furtives, les artistes ajoutent du matériel sonore ou en déduisent afin de concevoir de nouveaux lieux, de déjouer les attentes relatives à l'espace ou encore de produire des hétérotopies. L'écologie sonore de l'espace public s'en trouve ainsi profondément modifiée, ses signes et ses repères audios sont brouillés. Dans le cadre de ce colloque sur l'art et l'espace urbain, nous proposons d'explorer la dimension de l'expérience spectatorielle des oeuvres sonores dans un contexte d'interventions urbaines. Il s'agira d'établir une cartographie de la recherche en art sonore tout en s'interrogeant sur le nouveau rôle du flâneur baudelairien qui est mis en présence, malgré lui, de sons artistiques dans l'espace urbain.

81e Congrès de l'ACFAS

La leçon de musique, un court-métrage sur l'imaginaire et la transmission des épopées en Asie centrale

Auteur : Frédéric Léotar
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Les bardes karakalpaks d'Asie centrale ont maintenu des traditions épiques qui jouent encore aujourd'hui un rôle symbolique et identitaire fort dans l'imaginaire social. Même si ces traditions ancestrales étaient moribondes dans les années 1960, l'accession à l'indépendance de l'Ouzbékistan en 1991 a donné une nouvelle impulsion à la transmission des épopées, avec notamment la création d'une faculté dédiée aux «Arts nationaux». Aujourd'hui, les jeunes générations de bardes karakalpaks témoignent à travers leur apprentissage des profondes transformations qu'a connue cette société depuis le 20ème siècle. Ils expriment aussi le désir de véhiculer une représentation traditionnelle du monde dans laquelle ils se reconnaissent, au moins en partie. L'audio-vision appliquée à la transmission d'une épopée par un professeur à son élève, est un cadre intéressant pour analyser les signes à travers lesquels un idéal est non seulement transmis mais actualisé. Suivre la relation entre enseignant et apprenant, depuis la salutation en entrant dans la salle de cours, l'accordage de l'instrument et jusqu'aux corrections ou validations apportées au jeu instrumental et vocal, permet ainsi une analyse des modalités selon lesquels les acteurs interagissent. L'analyse de ces modalités questionne et éclaire tout particulièrement la relation entre un modèle idéal de vivre-ensemble et sa réalisation à travers des attitudes, des gestes techniques et la transmission d'une parole mythique.



81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Dynamique de construction territoriale et de gouvernance urbaine face aux enjeux du développement durable

Auteur : Sharam Alijani
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Cette communication  propose d'examiner la dynamique de construction territoriale et les trajectoires de croissance urbaine à la lumière des contingences auxquelles les territoires sont assujettis. Notre étude porte sur les caractéristiques des espaces métropolitains, leur développement et leur transformation en réponse aux impératives de l'organisation spatiale des activités humaines.  Or, les choix d'acteurs et les actions collectives au sein des territoires impliquent des choix en matière de gouvernance des espaces urbain et périurbain et d'usage des ressources. Ceci n'est pas sans conséquence sur  les modes de développement urbain et en particulier l'impact du développement durable sur la dynamique d'urbanisation  des espaces ouverts. De même, les choix des acteurs sont  générateurs  des externalités qui affectent le lieu, le milieu et l'environnement. Il va ainsi de l'impact des activités humaines  sur l'usage et le renouvellement des  ressources, la création des richesses et le bien-être collectif. Comment accroître les richesses sans aggraver les équilibres spacieux ?  Comment créer de nouvelles capacités sociales face aux enjeux d'équité intergénérationnelle et  écosystémique ? Nous tenterons ainsi de restituer le débat sur les contingences de la durabilité en apportant une attention particulière  au débat sur le défi du développement durable  et en soulignant les limites des discours normatifs quant aux politiques d'urbanisation et de développement des territoires.

81e Congrès de l'ACFAS

Le patrimoine immatériel religieux du Québec : sauvegarde et mise en valeur

Auteur : Laurier Turgeon
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Cette communication vise à présenter les objectifs, la méthodologie, les résultats d'un vaste projet national de sauvegarde et de mis en valeur du patrimoine immatériel religieux du Québec qui a été mené par la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique du 2007 à 2012. Le projet était une réponse au rapport de la Commission de la culture sur l'avenir du patrimoine religieux au Québec (Croire au patrimoine religieux, 2006) qui faisait état en 2006 de la nécessité de procéder rapidement à la sauvegarde du patrimoine immatériel des communautés de religieux et de fidèles du Québec, menacé par la diminution de la pratique du culte et par le vieillissement des religieux et des célébrants. Les 880 récits de pratiques, de lieux, d'objets et de vies recueillis dans 45 communautés religieuses catholiques et 64 communautés de fidèles des grandes traditions religieuses du Québec ont été traités et constitués en fiches multimédias comprenant des descriptions textuelles, des photographies, des extraits sonores et des docu-clips accessibles en ligne au grand public à l'adresse web suivante :www.ipir.ulaval.ca. Le fichier numérique est conçu pour servir à d'autres projets de mise en valeur : l'enseignement en classe ou en ligne du patrimoine religieux, la recherche scientifique, la préparation d'expositions virtuelles ou en salle, et l'élaboration d'itinéraires touristiques.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Sexe, normes et courrier du cœur : un authentique travail des lettres

Auteur : Nancy Couture
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Semblable au miroir magique rassurant la méchante sorcière de sa beauté, le courrier du cœur québécois répond aux lettres de femmes et d'hommes qui écrivent leurs secrets les plus intimes concernant leur vie sexuelle. Ces échanges épistolaires expriment le souci que vivent ces individus devant une réalité sexuelle qui ne correspond pas à ce qu'ils avaient imaginé ou à quoi ils s'étaient préparés. Souvent, les principes moraux de l'époque ne semblent pas toujours cohérents avec les situations décrites dans les courriers. Ce travail discursif et réflexif témoigne du fait que les individus questionnent les valeurs et les injonctions de la norme sociale en matière de sexualité. Ce questionnement traduit couramment l'intention d'adopter d'autres pratiques et de se conformer à d'autres modèles d'action, plus convenable pour soi, plus éclairé selon sa situation personnelle, familiale et possiblement différentes de celles prescrites par le contexte social du moment. L'objectif de cette communication est de présenter comment l'analyse des courriers du cœur publiés dans le Petit Journal et des Journal de Montréal et de Québec entre 1929 et 2000, permet de voir le changement en train de se vivre et de se faire. Les doutes, les hésitations et les questionnements de ces correspondantes caractérisent l'entre-deux d'une norme en train de changer ou permettent l'observation de la rencontre de deux normes concurrentes.



81e Congrès de l'ACFAS

« Pagayez, pagayez ensemble » – Congrès mondial acadien et mise en discours de la mobilité

Auteur : Hubert Noël
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Les Congrès mondiaux acadiens (CMA), tenus tous les cinq ans depuis 1994, sont des rassemblements d'envergure internationale où « la planète acadienne » est conviée à la célébration de son identité. L'organisation des CMA et la participation à ceux-ci dépendent largement des conditions de circulation de personnes, de biens et services, de capitaux et de productions culturelles et artistiques, à commencer par la mobilité de l'événement lui-même. Le CMA de l'été 2009 a eu lieu dans la Péninsule acadienne, une région du Nouveau-Brunswick à très forte majorité francophone. Comme d'autres bastions de la francophonie canadienne en milieu minoritaire, la Péninsule est la cible d'efforts nombreux et soutenus visant la diversification et la consolidation de son économie afin de maintenir sur son territoire une population relativement stable et fixe. Dans cette communication, j'explore les tensions discursives ainsi engendrées par la tenue du CMA entre, d'un côté, la fixité, la stabilité et la proximité et, de l'autre, la mobilité, la circulation et la distance. Je tente de montrer comment ces tensions, et parfois certains paradoxes, s'expriment à même les productions culturelles qui sont au centre desdites célébrations identitaires, s'inscrivant elles-mêmes dans des efforts de positionner la région en tant que destination touristique attrayante où il est possible de « faire l'expérience » de l'acadianité.



81e Congrès de l'ACFAS

Problématiques du mapping vidéo architectural

Auteur : Yan Breuleux
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Les villes et municipalités ont de plus en plus recours aux talents des artistes et designers pour la création de “mapping vidéo architectural”. Comme forme d'art public, cette pratique artistique consiste à adapter des projections vidéo à des espaces et lieux architecturaux spécifiques. In situ, le mapping architectural se glisse désormais dans le paysage urbain. J'aimerais soulever un certain nombre de questionnements émergeant de divers projets artistiques. D'une pratique en marge des arts de la scène, le mapping architectural est devenu depuis peu une forme d'art à part entière. Popularisé par Robert Lepage, avec le Moulin à image et Moment Factory, avec la Sagrada Familia, la technique du mapping architectural est diffusée dans une très grande variété de styles. De l'art expérimental au commercial en passant par des projets d'intégration de l'image à l'espace public, cette forme d'art est l'œuvre d'artistes, de collectifs et d'entreprises. Mais quelle est la fonction du mapping? Vise-t-il à renouveler notre perception de façades ou de bâtiments désuets ou laissés à l'abandon? Est-ce la dimension expérimentale du mapping architectural qui permet de transformer notre expérience de l'espace urbain? De quelles manières le public peut-il s'approprier cette forme d'art? Par l'internet des objets (ordinophones et autres prothèses électroniques)? Plusieurs hypothèses de recherche seront ici exposées.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Développement durable et nostalgie de la ville compacte

Auteur : Gérard Beaudet
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

La multiplication, depuis le début des années 1960, de néologismes destinés à rendre compte de la transformation radicale des modalités d'urbanisation des territoires s'est paradoxalement accompagnée, depuis trois décennies, de la construction d'un idéal urbain teinté de nostalgie, dont témoigne en particulier le courant du Nouvel urbanisme. Dans les milieux professionnels, cet idéal de la ville compacte s'est imposé comme la seule déclinaison normative possible du respect de l'injonction au développement durable. Mais, alors que l'adhésion enthousiaste aux paradigmes du progrès et de la croissance aura caractérisé les Trente Glorieuses, il n'en est pas de même du développement durable. La poursuite de l'étalement urbain montre qu'en ce domaine il y a dissociation entre le discours expert, les sensibilités citoyennes et les pratiques quotidiennes.  L'idéal de la banlieue pavillonnaire mobilise toujours une part importante de la population. Comment, dans les circonstances – et compte tenu de l'importance de l'héritage engendré par plusieurs décennies d'urbanisation diffuse – relever le défi que posent aux urbanistes et aux aménagistes des modalités de production de l'établissement dont on connaît les coûts économiques, sociaux et environnementaux collectifs, tout en étant incapable d'en faire le fondement justificatif de politiques publiques susceptibles d'infléchir de manière « durable » les pratiques ?