Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

À la croisée des collections muséales : représentation et mobilité de ces fragments du monde

Auteur : Vanessa Ferey
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Nos sociétés de consommation surproductrices et génératrices d'une multitude de choses matérielles encouragent une muséalisation passive et dangereuse au sein des musées. Les objets qui s'amoncèlent au fil des acquisitions dans leurs temps et leurs espaces sont parfois difficiles à gérer malgré des solutions saines et intelligentes de préservation. Ce phénomène de muséalisation du monde pose la problématique d'une collection "durable" des biens culturels patrimoniaux en regard des temps de crises sociales, idéologiques, politiques et économiques traversés. Les effets de cette "thésaurisation compulsive" opérée par certains musées (in Desvallées et Mairesse, 2011) se ressentent dans la baisse des activités scientifiques sur les collections qui demandent de plus en plus de financements pour leur préservation. Face à des réductions budgétaires drastiques, comment muséaliser au mieux et dans quels buts ? Quel rôle le musée a-t-il à jouer demain dans la conservation des patrimoines en danger perpétuellement redécouverts par l'amélioration des conventions politiques qui les sauvegardent ? Comment allier la quantité de collections et la qualité de la recherche sur ces dernières tout en palliant les problèmes logistiques auxquels sont confrontés les acteurs du musée ? "Re-muséaliser" pour mieux nous comprendre ou "dé-muséaliser" pour mieux vivre ensemble, l'acte de muséalisation serait-il un acte de promesse envers des communautés culturelles en mal de collection reconnaissante?

 



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Comment un quartier devient-il un champ de résistance et de transformation ?

Auteur : Nilufer Akalin
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

On 21 September 2010, when five newly founded, neighboring art galleries in Tophane, a neighborhood in Istanbul, jointly organized a Tophane Artwalk, there was a violent assault against a group of people who came to the openings. A group of men, armed with iron sticks and pepper gas, ‘attacked' the men and women who came to the openings. The incident started a major debate in Turkish cultural and political circles. The incident has left a question mark for some of the art spaces, about whether not only certain kinds of behavior, but also certain artworks and artistic contents might not be compatible with the neighborhood they were shown in. Tophane is undergoing a rapid process of change, renovation, and re-building –the newly founded art galleries being one of its apparent symptoms. Equipped with little economic but much cultural capital, artists and arts organizations repeatedly go into neighborhoods that are marked by disinvestment. A formerly problematic part of town gains attractiveness and becomes an object for redevelopment. The evolution of the neighborhood based mobilization, acts of resistance, reinterpretation and preservation of tradition, the perception of a community about the other community, the emergence of new identities leads us to such a question: What is the role of the interaction of artists' settling –including their conceptions and political standings that they express in their art- and the locality to shape the public sphere?



81e Congrès de l'ACFAS

Arquitectura Expandida (AXP); l'intervention urbaine, l'aménagement d'espace public et communautaire en Colombie

Auteur : Myriam Barriault-Fortin
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Le collectif d'architectes Arquitectura Expandida (Architecture étendue) se décrit comme nomade, travaillant en réseau, participant à générer des lieux de rencontre et un microlaboratoire de spéculation culturelle. Le processus d'intégration de l'intervention dans l'espace public est au cœur de cette réflexion, ainsi que les moyens employés pour encourager la population avoisinante à participer. Ces interventions sont intégrées dans certains milieux, majoritairement défavorisés, et dédiées à des fonctions bien précises. À l'aide d'exemples, nous observerons les moyens du collectif pour produire une structure physique, parfois mobile, destinée à diffuser ou à  être un lieu culturel ou d'échange pour la communauté qui reçoit l'intervention, afin d'activer un espace public. Le cadre architectural, comme celui produit dans la majorité des cas par le collectif Arquitectura Expandida, intègre une production artistique qui peut être externe au groupe ou être une collaboration ponctuelle. Des liens sont alors créés entre plusieurs collectifs d'interventions, mais également avec les communautés. Ces structures reflètent les motifs premiers du collectif. Le travail des collectifs en réseaux est également un aspect intéressant de ce type de production.



81e Congrès de l'ACFAS

Image et possession en Italie méridionale : archives d'une ethnographie intermédiale et plurielle (1950-1960)

Auteur : Jasmine Pisapia
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Les archives ethnographiques italiennes regorgent d'images et de sons captés lors des expéditions menées par l'équipe dite « interdisciplinaire » de l'anthropologue Ernesto de Martino dans le sud de l'Italie, entre 1950-1960. Mon travail se concentre sur les images photographiques et filmiques de la possession et de la lamentation funèbre et leur (r)apport à la recherche ethnographique. Ces deux pratiques extatiques font écho aux techniques de reproduction d'images qui les documentent, sous le signe de leur temporalité et de leur performativité. De par leur déploiement corporel, ces rituels éveillent le désir d'une compréhension qui passe par l'analyse visuelle. Les images, reléguées officiellement par Ernesto de Martino au statut de simples illustrations de ses ouvrages, hantent de manière surprenante son processus de recherche et imprègnent son écriture; comme si ce pouvoir des images était refoulé. Malgré leur prétendu rôle ancillaire, les images permettent d'identifier ce qu'il appelle des « survivances » archaïques, repérables par la saisie visuelle du geste.

En présentant quelques images (photographiques, filmiques, dessinées) issues de mon corpus et en me basant sur des documents d'archives découverts lors d'un séjour de recherche à Rome, je tenterai d'expliciter les interactions entre les différents membres de cette équipe interdisciplinaire et les relations intermédiales des matériaux issus de leurs expéditions.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Le paradoxe de l'étalement urbain au Québec : un fait encouragé bien que décrié

Auteur : Michel Côté
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Malgré la forte critique que l'étalement urbain essuie et les mesures prises à son encontre, celui-ci se poursuit. Formulant l'hypothèse que l'étalement urbain tire avantage des moyens adoptés pour le contrer, nous concluons que la critique de l'étalement urbain propage une conception dichotomique de la ville et de la campagne, alors que les moyens mis en œuvre pour le contrer agissent selon d'autres critères, autorisant ce qu'on peut appeler une « urbanisation de la campagne », le mandat de la politique québécoise d'aménagement de l'étalement urbain étant d'assurer la meilleure urbanisation possible de cette campagne. L'objet de cette communication est d'explorer les motifs qui fondent ce mandat, afin de comprendre pourquoi la politique québécoise visant à contrer l'étalement urbain, du moins à le contraindre maximalement, le plus possible, favorise plutôt le contraire. L'hypothèse soumise est que le discours aménagiste se rallierait à un mythe qui serait plus fort que toutes ses bonnes intentions et ses savants calculs. L'analyse intertextuelle de la politique aménagiste québécoise montre en effet que la régulation opère à un autre niveau que celui de la politique et de la raison. Ce discours apparaît en réalité largement surdéterminé par un discours second, d'origine mythologique et à caractère pastoral, qui, dans la pratique, encourage l'urbanisation diffuse.



81e Congrès de l'ACFAS

Patrimoines culturels et muséologie nordique au pays de l'« El-Nord-Ado » : y aura-t-il une ruée vers l'art dans les villages inuits du Nunavik et du Nunavut ?

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Depuis peu, États canadien et québécois investissent massivement en régions arctiques, tant pour en exploiter les ressources naturelles que pour y assurer la souveraineté de l'État dans ses limites nordiques. Or, la dimension culturelle et patrimoniale demeure peu considérée dans ces projets de développement et par conséquent largement sous-financée eu égard à l'ampleur de tels projets. Il y a pourtant volonté avouée des collectivités inuites de voir prospérer des infrastructures patrimoniales ou muséales où peuvent être exposées les productions matérielles et immatérielles propres à leur culture ancestrale. De telles infrastructures pourraient pourtant constituer un moteur de développement économique et touristique important en lien avec un véritable développement durable, dans la mesure où seraient accordés des moyens suffisants pour en assurer le déploiement et la pérennité. Il est donc légitime de poser la question, à savoir si ces projets ambitieux annoncés ne devraient pas faire davantage de place à des investissements de masse visant la valorisation culturelle et patrimoniale in situ de ces collectivités, au Nunavik comme au Nunavut ? En prenant le potentiel de valorisation d'œuvres artistiques, passées comme actuelles, généré par les villages inuits, l'auteur discutera des possibilités et limites d'une telle exploitation de ressources patrimoniales et des moyens à adopter pour que ce cheminement se fasse de manière harmonieuse au profit des collectivités locales.

 



81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Représentations du corps et sens de l'expérience corporelle chez des jeunes adultes québécois qui utilisent des médicaments stimulants pour améliorer leur performance

Auteur : Christine Thoer
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

L'utilisation non médicale des médicaments stimulants disponibles sous ordonnance, c'est-à-dire leur consommation en l'absence de trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) par des individus qui ne détiennent pas de prescription, a surtout été documentée chez les populations étudiantes qui ont recours aux médicaments stimulants comme aide à l'étude individuelle, pour améliorer leur concentration, leur capacité à rester alertes et leur productivité. L'utilisation de ces médicaments concerne aussi des populations adultes en milieu de travail, mais elle y a été moins documentée sinon en contextes académique et médical. Le sens que donnent les individus à l'expérience corporelle des médicaments stimulants reste aussi mal cerné. L'objectif de cette communication est 1) de cerner les représentations du corps des jeunes qui recourent aux médicaments stimulants, 2) de comprendre comment ils construisent le sens de l'expérience corporelle de la prise de stimulants et des effets qui lui sont associés, 3) de cerner les normes et les logiques d'usage auxquelles renvoient ces pratiques, et 4) de saisir le rôle que jouent les médias, parmi les sources d'information que mobilisent ces jeunes adultes, dans la diffusion des normes et des pratiques de consommation de médicaments stimulants. Cette recherche exploratoire s'appuie sur des entrevues semi-dirigées réalisées auprès d'adultes québécois ayant consommé des médicaments stimulants sans détenir de prescription.



81e Congrès de l'ACFAS

Fixité et mobilité : les altermondialistes et le réseau institutionnel francophone dans le Grand Nord

Auteur : Monica Heller
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Comme partout à travers le Canada, il existe dans les Territoires du Nord-Ouest (TNO) un réseau d'institutions francophones (écoles, médias, centres culturels) censé fournir une “complétude institutionnelle” (Breton 1964) à une population minorisée. Cette population est conceptualisée comme une communauté nationale, fixée sur un territoire. Mais les TNO s'inscrivent dans un système économique qui les produit comme frontière ou périphérie de sorte qu'ils attirent surtout des populations mobiles. Dans cette communication, j'examine le cas spécifique des jeunes altermondialistes québécois en quête de capital symbolique et linguistique, qui passent par les TNO sur un circuit d'accumulation de savoirs et d'expériences écologistes. Ce groupe, établi pour la plupart pendant l'été dans un quartier de Yellowknife qui est « off the grid », est en symbiose avec le réseau institutionnel, qui leur offre des emplois temporaires tout en profitant de leur capital de francité authentique. Il permet au réseau de se reproduire, malgré la contradiction entre fixité et mobilité qu'il incarne. De même, le capital que les altermondialistes accumulent par le fait de leur mobilité est utile surtout une fois de retour au bercail, le point fixe québécois. Tout en rejetant les idées dominantes de l'État-nation, les jeunes altermondialistes en profitent; tout en rejetant la mobilité, le réseau national en dépend.



81e Congrès de l'ACFAS

Le retour des « petits patrimoines » ou « Small is beautiful* »

Auteur : Yves Bergeron
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Devant les effets de la crise économique qui secoue le monde muséal, on assiste à un repositionnement des institutions qui ont pour responsabilité de conserver et de diffuser le patrimoine. Situation paradoxale puisque les musées doivent, devant le manque de ressources financières, effectuer des choix alors même qu'il y a consensus social pour reconnaître de nouvelles formes de patrimoines. Les conventions internationales et les politiques nationales du patrimoine reconnaissent la nécessité de sauvegarder les paysages, de recueillir les traces du patrimoine immatériel et de porter une attention particulière au patrimoine naturel intimement lié au développement durable, sans délaisser pour autant la protection du patrimoine matériel. Les responsabilités des institutions muséales n'ont jamais été aussi lourdes. La gestion du patrimoine est devenue complexe dans la mesure où le patrimoine est appréhendé de manière globale à la manière d'un écosystème sensible. La mondialisation de la culture entraîne des effets contraires de sorte que les institutions muséales se penchent maintenant sur la problématique des petits patrimoines témoignant de l'identité de communautés locales. À l'opposé du modèle de musée universel témoignant de l'histoire de l'humanité, surgissent de petits musées qui valorisent la culture populaire au sein de petites communautés. Quel est l'avenir de ces petites institutions muséales dans le contexte de crise financière que nous traversons?



81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Citoyenneté, reconquête du soi et usages politiques de l'artistique : réflexions à partir du cas du Mouvement des sans-terre du Brésil

Auteur : Alexis Martig
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

 Dans cette communication, nous nous proposerons de réfléchir aux enjeux de la présence et l'usage de pratiques « artistiques » en termes de citoyenneté et de reconnaissance sociale. Pour ce faire, nous montrerons comment le recours à l'artistique au sens large par le Mouvement des Sans Terre au Brésil, s'inscrit à la fois dans une reconquête de l'estime de soi des travailleurs ruraux, et dans une reconnaissance politique de leur lutte. En effet, alors que les travailleurs ruraux brésiliens ont été historiquement constitués comme une population subalterne, le message politique qu'ils portent dans les pratiques développées par le MST leur donne l'occasion de s'affirmer comme sujet politique, et comme citoyen.C'est pourquoi, nous nous interrogerons sur les manières de comprendre, et les enjeux de ce recours politique à l'esthétique et à l'affectif dans un contexte démocratique sensé garantir une égalité à ses différents citoyens.



81e Congrès de l'ACFAS

Produire un environnement durable : histoire et nature des générations futures

Auteur : Nathanael Wabled
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Le rapport Brundtland définit le développement durable comme « un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Une telle définition semble adaptée à la gestion du patrimoine historique:les lieux d'histoire doivent être préservés et leurs usages utilitaires ne doivent pas compromettre leur valeur historique. Est maintenu un environnement où les générations futures seront capables de réaliser leur conscience historique, considérée comme un besoin social primaire. Sans cette conservation cette conscience se perdrait. De la même manière, sans développement durable un certain nombre de besoins primaires ne pourraient plus être garantis, dans la mesure où l'environnement naturel ne serait plus capable d'y répondre. Dans une situation de crise marquée par des incertitudes sur l'avenir, sur les plans sociétal et écologique, la mise en avant de ces deux concepts est donc susceptible de redonner une certaine confiance dans la pérennité du groupe social qui les utilise. Cette communication se propose d'analyser et de déconstruire les cadres sociaux et idéologiques dans lesquels la gestion du patrimoine et le développement durable apparaissent comme des évidences, c'est-à-dire la manière dont ils sont le résultat du mode selon lequel un certain groupe social fait signifier son environnement. Il s'agira de considérer que l'histoire comme la nature sont des productions culturelles naturalisées.



81e Congrès de l'ACFAS

Discussion

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

La fiction de la fixité : qui vit ensemble avec qui ? 

Auteur : Monica Heller
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Certaines présuppositions sur le vivre-ensemble sont à remettre en questions. On suppose que l'intérêt de la question ne réside pas dans le vivre-ensemble d'individus interchangeables, mais plutôt d'individus en tant que membres de groupes ou catégories sociales, voire des groupes eux-mêmes. Or, comme Fredrik Barth l'a démontré, le groupe n'existe pas en tant que tel, il est le produit de processus de construction, de reproduction voire de contestation et de démantèlement de frontières. De plus, le vivre-ensemble suppose une co-présence qui peut en fait prendre plusieurs formes, et se pense peut-être mieux sous forme de relation, et donc encore de processus social. Finalement, les formes spécifiques de problématisation du vivre-ensemble qui préoccupent le Québec sont d'ordre ethnonational, avec ses propres enjeux idéologiques liant la nation au corps et au sol, ainsi qu'aux pratiques linguistiques et culturelles. Cet ensemble nécessite l'effacement discursif de formes de mobilités qui sont en fait constitutifs de la nation, et que les conditions actuelles nous forcent à sortir de l'ombre. Je suggère qu'un regard processuel nous oblige à recentrer nos questions, et de privilégier une analyse des frontières et leurs enjeux, plutôt que de la situation de groupes imaginés comme uniformes et figés. Cette orientation nous amène à examiner les liens entre les lieux imaginés comme figés et ceux imaginés comme des lieux de passage, pour enfin interroger la distinction entre les deux.



81e Congrès de l'ACFAS

Urbanisation en saut de mouton et repli des périmètres agricoles autour d'Alger. Comment peut-on envisager un développement urbain et territorial durable ?

Auteur : Mohamed HOCINE
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

La communication a pour objectif de mettre en évidence la vulnérabilité des périmètres agricoles dans le cas d'Alger (Algérie), une grande ville d'un pays en développement. La rapidité des changements socio-économiques y accélère l'expansion urbaine et génère la réduction des périmètres agricoles. Pour le moment les pouvoirs publics n'envisagent qu'un seul remède; la protection politico-juridique des sols arables. Néanmoins le sol et l'activité agricoles continuent à enregistrer des replis.

 Nous pensons que la protection juridique est nécessaire mais pas suffisante, il y a lieu de l'associer avec une ingénierie et des techniques d'aménagement des territoires nouvelles plus intelligentes. En effet, un peu partout dans le monde des expériences de réconciliation entre les disciplines urbanisme et agriculture sont expérimentées et des résultats concluant apparaissant. Les programmes d'action ne sont sont accompagnés par des procédures d'association des populations,  de diagnostics, de veilles.

En Algérie, les programmes de développement publics prennent souvent les agglomérations comme lieux de réalisation. Ces programmes dépassent rarement les limites des agglomérations et les programmes qui prennent en charges la campagne proprement dite sont maigres et irréguliers. Les périmètres agricoles sont alors une potentialité pour réaliser une métropole à l'avant-garde des innovations et avec une identité ancrée dans la préservation de son caractère agronomique.



81e Congrès de l'ACFAS

Les musées en crise : de la survie à la prospérité

Auteur : Sheila Hoffman
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Malgré toutes les perturbations, on n'observe pas de grand changement dans le modus operandi des musées. Gardiens du patrimoine culturel à travers l'histoire, les musées ont depuis toujours fonctionné en mode de survie à travers une vaste tradition de pratique muséale centrée sur l'objet, caractérisée par la thésaurisation et la restriction du patrimoine culturel. Au nom de la préservation du patrimoine historique, les musées en tant qu'écrins renfermant et protégeant ces trésors culturels, tendent à restreindre leur accès physique et leurs conditions d'exposition, de température, d'humidité, et même de photographie. De la même manière, les renseignements liés aux objets exposés dans les musées ont toujours été extrêmement protégés et sécurisés. Jusqu'où devra-t-on aller pour que le public se soulève enfin face à cette prise en otage du patrimoine par les musées ? Quelques prémices de changements se dessinent déjà au sein de la communauté muséale par rapport à cette philosophie centrée sur l'objet : on parle désormais de musées sans collections, de collections d'objets en format numérique et de patrimoine immatériel. Pour que les musées survivent aux perturbations de l'ère de l'information, ils n'auront d'autre choix que de lâcher prise et de renoncer à leur tendance à thésauriser le patrimoine et à en restreindre l'accès. Ils devront par contre adopter une philosophie visant à en favoriser l'accès, la propagation et la diffusion.

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

Une nouvelle écriture visuelle de la politique, une nouvelle performance visuelle de l'action collective

Auteur : Alain Bertho
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

L'usage des réseaux numériques et des Tic dans les mobilisations contemporaines est d'abord alimenté par la production et le partage d'images. Photos, vidéos attestent la force de la mobilisation et de la présence de l'auteur mieux que tout discours. Elles sont plus qu'un témoignage : elles sont une forme d'écriture visuelle conversationnelle en lieu et place d'énoncés politiques dévalorisés. Dans ce contexte la création picturale, notamment dans les lieux publics, trouve naturellement sa place dans cette nouvelle grammaire subjective. En retour, le répertoire des mobilisations intègrent cette nouvelle dimension des récits collectifs et cette nécessité de performances visuelles transmissibles.



81e Congrès de l'ACFAS

La spatialité de l'être : identité construite à partir de variables spatiales 

Auteur : Paolo Almario
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Le questionnement par rapport à comment la perception d'un espace définit la façon dont on l'habite, marque l'ensemble de ma pratique en tant qu'artiste et architecte. Mes explorations m'amènent à conclure que les expériences qui composent l'individu ne sont pas isolées. Par contre, elles sont directement liées à la plateforme spatiale qui leur permet exister. De cette manière, je conçois la « spatialité de l'être », un concept qui définit un type d'identité construite à partir de variables strictement spatiales. La « spatialité de l'être » ouvre un panorama de recherche-création énorme. Pour l'aborder, j'ai consolidé une méthodologie qui tient compte des études de cas. Le premier vise à répondre à la question: « Qu'est-ce qui arrive à un individu lors de la destruction de sa spatialité? ». Cette étude de cas m'a amené à conclure que, inévitablement, notre spatialité est liée aux décisions de tierces, qui ont des intérêts particuliers. Mon concept annonce que la relation individu-espace est définitive pour la partie humaine, car son être au complet sera structuré à partir des limites imposées par d'autres. Ainsi, je lance une de mes premières déclarations: l'individu doit être le concepteur de sa propre spatialité. Prématurément je conclus que la relation individu-espace est déterminante au niveau identitaire, que l'art est le point de rencontre qui permet étudier ces relations, et que la destruction partielle de la spatialité déclenche des processus d'adaptation chez l'individu. 

81e Congrès de l'ACFAS

Comprendre le son par l'image : un DVD sur les traditions polyphoniques du Nord-Cameroun

Auteur : Nathalie Fernando
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Je me propose de présenter la composition et les modalités de conception d'un DVD Rom consacré à la musique de plusieurs popuations du Nord-Cameroun. Plusieurs thématiques abordées au travers de ce support ne font pas l'objet de verbalisation explicite par les détenteurs de la tradition. D'autres font état de relations complexes  dont il est difficile de rendre compte dans un texte linéaire ou à travers le seul vocabulaire.

 Il s'agira donc de démontrer comment la représentation graphique notamment et l'image permettent de comprendre ce qui est dit ou non dit par les tenants de la tradition, tant au niveau des savoir-faire musicaux, des instruments et de leur usage, que des répertoires musicaux et de leur signification symbolique.  Le DVD permet à ce titre de rendre compte de façon la plus pertinente possible des savoirs endogènes et de la façon dont ils s'imbriquent, se combinent à l'intérieur d'une conception globale du monde.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble
81e Congrès de l'ACFAS

La compacité au service d'une urbanisation durable : s'inspirer des collectivités du Baden-Wurtemberg (Allemagne)

Auteur : Alexandre Turgeon
Colloque    614 - Lieux de passage et vivre-ensemble

Malgré les 35 ans de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA), l'adoption récente de plans métropolitains d'aménagement et de développement (PMAD) et la révision en cours de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme (LAU), le phénomène de l'étalement urbain est loin d'être endigué. L'empiètement sur le territoire agricole et forestier se poursuit dans nombre de municipalités québécoises. À l'opposé d'une urbanisation diffuse et désordonnée, une urbanisation responsable repose sur l'aménagement de collectivités compactes offrant la possibilité de réduire la dépendance à l'automobile et de préserver les milieux agricoles et naturels. De telles collectivités sont non seulement moins coûteuses au niveau des infrastructures, elles constituent des milieux de vie attrayants puisqu'elles sont plus favorables aux déplacements actifs et collectifs, offrent des commerces et des services de proximité ainsi que des espaces publics variés et de qualité. À partir d'expériences concrètes au Baden-Wurtemberg en Allemagne, cette présentation tentera de démontrer que l'aménagement de collectivités compactes en périphérie des grandes villes est non seulement nécessaire, mais qu'il est réalisable lorsque certaines conditions-clés sont réunies.