Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

L'expérimentation des séminaires de stage : un défi pédagogique

Auteur : Marie-Hélène Morin
Colloque    482 - Pratiques pédagogiques novatrices dans les programmes de formation universitaire en travail social

La formation pratique occupe une place importante dans les programmes de baccalauréat en travail social au Québec. Elle représente un choix pédagogique dans la perspective d'un contact direct avec la pratique comme moyen intégrateur des notions théoriques acquises et d'assimilation graduée du processus d'intervention sociale. L'expérimentation est accompagnée habituellement de séminaires d'intégration, ayant pour objectifs de favoriser l'intégration théorie-pratique, d'effectuer le bilan des apprentissages, dans la perspective du développement de la pensée réflexive (Thibeault, 2009; Pallascio, & coll, 2004; Houde,1995; Schon, 1994). Tenant compte de l'importance de cette dernière année de formation, cette communication visera donc à réfléchir autant à la forme qu'au contenu que peuvent prendre ces séminaires, afin de favoriser la meilleure adéquation entre les objectifs et les attentes des stagiaires et des professeurs. Quels objectifs spécifiques devraient être visés par ces séminaires ? Quelle formule d'animation est à privilégier ? Quels sont les défis liés à ce type de cours ? Quelles en sont les forces ? Voilà des pistes d'échanges et de réflexions qui seront proposées lors de cette communication. L'expérience du module de travail social de l'UQAR servira à illustrer les propos et à dégager certaines recommandations, mais l'interaction avec les professeurs de stage d'autres universités est souhaitée afin de s'inspirer mutuellement dans nos pratiques pédagogiques.



81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    482 - Pratiques pédagogiques novatrices dans les programmes de formation universitaire en travail social
81e Congrès de l'ACFAS

Plénière

Colloque    482 - Pratiques pédagogiques novatrices dans les programmes de formation universitaire en travail social
81e Congrès de l'ACFAS

Deux standards et deux mesures dans la volonté de conservation du patrimoine toponymique autochtone? 

Auteur : Sükran Tipi
Colloque    483 - Gouvernance autochtone et développement nordique

Les noms de lieux, transmis par tradition orale de génération en génération depuis des
millénaires, servent de témoins de la symbiose entre les Autochtones et leur
milieu, désignant des entités géographiques avec lesquelles ils entraient en
contact lors de leurs activités traditionnelles et leurs déplacements. Or la
sauvegarde et la promotion du patrimoine toponymique dépend encore d'autorités
compétentes. La fluidité de la tradition orale entre en conflit avec les
critères d'évaluation et les règles de normalisation définis pour guider les
choix officiels, tendance touchant les Premières Nations dont la situation
linguistique n'est pas normalisée, comme c'est le cas des Pekuakamiulnuatsh
(Innus du Lac Saint-Jean), à Mashteuiatsh. En partant du besoin local d'un
inventaire toponymique qui s'insère dans un processus de revitalisation linguistique
et culturelle, on présentera les défis rencontrés lors d'un projet de
documentation en langue innue depuis 2008. Par des exemples concrets,
différentes questions seront soulevées et des amorces de solution livrées à la
discussion : Comment identifier et documenter les toponymes issus d'une
longue tradition orale pour démontrer leur évolution à travers le temps?
Comment faire la traduction, souvent difficile, du sens au moins approximatif
de ces toponymes, souvent exigée par les modèles occidentaux? Comment appuyer
une démarche vers la reconnaissance et l'officialisation de ces noms de lieux
comme patrimoine immatériel?

81e Congrès de l'ACFAS

Description des premiers toponymes espagnols d'Amérique du Sud (17e siècle) permettant d'extraire des renseignements linguistiques et historiques sur les divers toponymes autochtones

Auteur : Marc-Alexandre Beaulieu
Colloque    483 - Gouvernance autochtone et développement nordique

Les toponymes recensés en Amérique du Sud dès le XVIe siècle proviennent surtout des chroniques espagnoles. Nous avons aussi une liste exhaustive de toponymes espagnols dans un ouvrage de Bernabé Cobo (1580-1657). Les Espagnols visitant ou s'établissant en Amérique du Sud ont souvent eu recours à des hagionymes préférés pour nommer des lieux, ce qui a favorisé une certaine homonymie, d'où l'importance de noms hybrides comme : San Juan de la Frontera de « Guamanga », San Jerónimo de « Tunán » ou San Pablo de « Lima » (trois noms quechuas). En plus des noms hybrides, on peut noter des contacts multilingues par association contextuelle avec d'autres toponymes comme : Santa Bárbara avec « Oruro » (un nom aymara), San Lorenço et San Bartolomé avec les rivières « Piraí » et « Guapay » respectivement (deux noms guaranis), San Antonio et le mont « Aconcagua » (un nom mapuche), Santa Maria et « Comarapa » (un nom chané). La récupération des toponymes et des documents historiques est vitale pour la sauvegarde des cultures et sera utile entre autres pour des travaux de reconstitution historique. À partir de la liste d'hagionymes de Cobo, j'ai localisé les lieux qu'ils désignent et j'ai été en mesure de déterminer leur année de fondation. Par la suite, il me reste à recueillir des renseignements historiques associés au nom en effectuant des recherches sur le Net. Digne d'intérêt, ces renseignements permettent un premier contact avec les groupes ethniques locaux et leur langue.

81e Congrès de l'ACFAS

La toponymie autochtone du Nord canadien

Colloque    483 - Gouvernance autochtone et développement nordique

La
toponymie des régions faiblement peuplées du Nord des provinces jusqu'à
l'Archipel arctique canadiens connaît une transformation accélérée depuis trois
décennies. La valorisation d'une toponymie autochtone qu'on étudie, négocie
puis adopte officiellement rejoint une volonté d'affirmer une souveraineté
gouvernementale ou déléguée sur divers niveaux de nouveaux territoires, dont
les statuts et les compétences variés ne sont pas définitifs. La toponymie
devient un autre argument dans le développement économique, culturel, social et
environnemental du Nord. La compréhension des noms d'entités géographiques,
avec leurs positions, étendue et limites variables, selon les langues et
l'échelle, au gré d'usages significatifs parfois saisonniers, pose de nombreux
problèmes conceptuels, culturels, politiques et pratiques. Les conditions et
circonstances de ce renouveau toponymique imposent des restrictions mais aussi
permettent de nouvelles opportunités. Par des expériences de dénomination ou re-nomination à travers
l'histoire, allant de cueillir et cartographier des noms anciens jusqu'à remplacer
et diffuser de nouveaux toponymes dans l'usage, les autorités gouvernementales
et les représentants locaux ont initié et élaboré bien de moyens pour traiter
les difficultés et répondre adéquatement à des besoins parfois contradictoires.
Nous brosserons un tableau actuel critique des méthodes et conséquences de
l'opération administrative de cette toponymie autochtone du Nord canadien.

81e Congrès de l'ACFAS

Le rapport vital au territoire chez les Innus et les autochtones en général

Auteur : Anne Doran
Colloque    483 - Gouvernance autochtone et développement nordique

Pour les Innus et plus généralement les autochtones, l'humain est inclus dans le monde. Il n'est pas supérieur aux autres groupes d'êtres, mais appartient au même univers qu'ils constituent tous ensemble. Il reçoit la vie du monde, monde qui se donne à lui sous forme de la nourriture, de l'abri, des vêtements qu'il lui procure et qui lui permettent de poursuivre cette vie qu'il a reçue comme un don. La survie du monde tient aux dons qui se font entre les différents groupes d'êtres. C'est en cela que la chasse est si importante et constitue une activité sainte parce que pleinement en accord avec l'ordre du monde qui s'appuie sur une assise spirituelle. Le rapport au territoire se comprend dans ce contexte :  il procure à l'humain la vie par la nourriture, le vêtement et l'abri. En retour, l'humain entretient le territoire dont il est responsable. Sa vie est donc éminemment liée au territoire. Les rêves qui amènent le chasseur au gibier qu'il prendra lui sont liés de façon très précise : devant tel arbre de la forêt, sur tel lac. L'Innu faisait des périples incroyables qui pouvaient le mener à chaque année de la Basse Côte Nord jusqu'au Labrador. Cela impliquait qu'il connaisse parfaitement le territoire, lieu qui lui donnait la vie et avec lequel il entretenait des liens spirituels et affectifs. Ce fondement territorial de la conception innue du monde doit être pris en compte dans les négociations territoriales avec les autochtones.

81e Congrès de l'ACFAS

Les toponymes traditionnels seront-ils un jour adoptés au Nunavut?

Auteur : Lynn Peplinski
Colloque    483 - Gouvernance autochtone et développement nordique

Mettre les toponymes traditionnels sur les cartes officielles représente un défi au Nunavut. Des milliers de toponymes ont été acheminés au gouvernement du Nunavut au cours des dernières années afin qu'ils soient officiellement adoptés. Des milliers d'autres doivent s'ajouter aux cartes officielles du Nord canadien.
Que peut-on faire pour s'assurer que ces noms trouvent enfin leur place sur les cartes? De nos jours, les terres occupent une grande place dans la vie des gens pour des raisons récréatives ou pour trouver de la nourriture. Pour leschasseurs inuits du Nunavut, des cartes avec des toponymes traditionnelsdeviennent essentielles. Contrairement à l'époque où tout le monde vivait surla toundra et voyageait en famille et où les noms de lieu étaient connus detous, les Inuit d'aujourd'hui ont besoin de cartes avec des toponymesappropriés. Que ce soit en été par bateau ou en hiver par motoneige, les gensparcourent de grandes distances, communiquant entre eux en inuktitut par radio à ondes courtes. Les cartes sont une façon fiable d'en apprendre davantage sur ces lieux traditionnels afin de les transposer dans le monde moderne. Le Nunavut est unique au Canada pour sa grande quantité de toponymes traditionnels toujours en usage localement. Les initiatives du Inuit Heritage Trust visent à les répertorier et à recueillir l'information pertinente auprès des communautés du Nunavut. Nous présenterons quelques-unes de nos cartes et commenterons celles que préfèrent les Inuit.

81e Congrès de l'ACFAS

Dispositifs numériques et influences croisées chez les jeunes : découverte, transmission et légitimation des goûts culturels

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

Cette communication trouve ses sources à la fois dans les résultats d'une vaste étude de terrain portant sur les formes et les modalités de la participation culturelle des jeunes à Montréal ainsi que dans des réflexions exploratoires liées au développement d'une thèse de doctorat concernant les processus d'acquisition et de légitimation des goûts musicaux. Le terrain nous a permis de prendre la mesure de la complexification des systèmes de découvertes culturelles à l'œuvre notamment dans le cadre de l'utilisation des outils numériques. Ces nouveaux usages ne constituent en effet pas des ruptures totales vis-à-vis des formes traditionnelles de transmission et d'influence en culture (famille, pairs, milieu social, médias). On assiste plutôt à des influences croisées où la technologie vient soit compléter un intérêt culturel, soit ouvrir de nouvelles voies intermédiaires pour des goûts qui pourront être partagés et nourris avec les pairs ou encore la famille. Les jeunes rencontrés se situent alors souvent simultanément dans une multitude d'attitudes et de « mondes » : explorateurs, passeurs, suiveurs… Nous concentrerons notre regard sur les liens qui intègrent les dispositifs numériques aux autres processus de découvertes culturelles, de transmission et de légitimation des goûts.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0
81e Congrès de l'ACFAS

Surveillance des goûts : les dystopies de la participation sur Internet

Auteur : Nathalie Casemajor Loustau
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

Ce qu'il est convenu d'appeler la « recommandation décentralisée » ou « co-production de la promotion » s'exerce de manière privilégiée sur les réseaux socio-numériques qui exploitent le bouche à oreille électronique à l'intérieur de cercles sociaux construits et définis par l'utilisateur. Le réseau social Foursquare permet de partager des recommandations de lieux de sortie à son cercle de contacts en exploitant les fonctions de géolocatisation des téléphones dit « intelligents ». Pour l'utilisateur, l'accès et la création d'un compte sont gratuits, mais le modèle d'affaire du site consiste à collecter des informations sur son profil socio-démographique et celui de ses contacts, enregistrant ses comportements en ligne, ses préférences et ses goûts afin de créer de gigantesques bases de profils revendus par la suite. Foursquare a récemment annoncé qu'il divulguera davantage d'informations privées avec les commerces visités par les utilisateurs : l'activité de recommandation par les pairs se double ainsi d'une activité de commercialisation. Dans ces conditions, les idéaux d'accessibilité et de participation que l'on associe au web « 2.0 » apparaissent bien naïfs. Plutôt qu'un espace public de type habermassien, ne faudrait-il pas décrire le Web comme un espace surveillé et marchandisé ? En centrant mon propos sur l'idéal de la participation, j'interrogerai la pertinence d'une approche théorique de ces phénomènes sous l'angle de la « participation dépendante » (Touraine).

81e Congrès de l'ACFAS

De la boîte poussiéreuse à Google Streetview : Historypin et la contextualisation photographique des images du passé

Auteur : Philippe Poliquin
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

Notre présentation se situe dans la littérature sur le patrimoine pictural à l'ère du Web 2.0 et les motifs de contributions des usagers tout en exposant les hypothèses et résultats d'un cas de numérisation d'archives photographiques de particuliers à l'écomusée de Parc-Extension à l'hiver 2013. Le site Historypin permet d'intégrer une photographie sur Googlemaps par géolocalisation et, parfois même, de superposer une photographie d'hier sur le décor d'aujourd'hui. Ce site permet du coup de réfléchir sur la médiation culturelle «d'une poétique de l'ordinaire» (de Certeau) à partir d'images de la vie familiale. Au contraire d'organismes documentaires officiels (bibliothèques et musées) n'obtenant qu'une faible interaction avec l'usager, l'exposition du patrimoine photographique de particulier produit un mouvement d'entraînement participatif accru chez l'usager puisqu'il s'exprime sur un «soi» post-moderne via l'interactivité technique (Casemajor). À la recherche d'un projet mobilisateur, l'écomusée a choisi d'organiser des collectes de photographies prises dans le quartier entre 1940 et 2000. Nous évaluerons l'effet d'entraînement de cette initiative – par exemple, d'autres organismes ou particuliers déposeront-ils eux-mêmes des photographies de Parc-Extension ? ou encore, la fréquence de l'achalandage sur le site et les commentaires des internautes— et les motifs (nostalgie, sentiment d'appartenance au quartier) attenants à la participation de chacun.

81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0
81e Congrès de l'ACFAS

Métadonnées informatiques et mobilisation des connaissances de l'industrie culturelle de la musique

Auteur : Jean-Robert Bisaillon
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

Les métadonnées constituent un outil devenu incontournable pour identifier et sélectionner les contenus culturels numérisés en ligne, ainsi que pour comprendre les comportements de consommation qui y sont associés. Les métadonnées sont aussi à la base des logiques de perception et de répartition des droits de propriété intellectuelle des produits culturels circulant sur ces réseaux. Elles permettent de lier l'offre à la demande en ligne, et de faire fonctionner les moteurs de recommandation. La visibilité de l'offre culturelle en ligne repose de la sorte sur un usage éclairé des métadonnées. Cette nouvelle condition de visibilité interpelle en outre la politique culturelle de numérisation, posant notamment l'exigence de conformité aux normes et standards mondiaux d'interopérabilité d'une offre désormais planétaire. L'objectif de cette communication est d'exposer les étapes d'une mobilisation de l'industrie de la musique enregistrée autour de la création d'un prototype de logiciel d'indexation de métadonnées et d'un entrepôt de sauvegarde de celles-ci. Ce projet baptisé TGiT, en cours de co-construction, mobilise près d'une douzaine d'acteurs professionnels de l'industrie musicale québécoise. L'exposé décrira les enjeux, contraintes et opportunités d'un tel exercice en regard de la situation particulière de l'industrie musicale et des institutions culturelles québécoises chargées de la conservation et de la promotion d'un répertoire culturel québécois et francophone.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0
81e Congrès de l'ACFAS

Tendances et enjeux de la prescription numérique : entre algorithmes et curation, marketing et critique

Auteur : jonathan roberge
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

Il s'agira ici de poser certaines bases pouvant servir à mieux cerner ce qui peut être entendu par « nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique ». Quatre logiques semblent aujourd'hui se déployer, mais aussi entrer en conflit ou du moins tenir dans un équilibre instable. La première est l'émergence d'outils techniques de plus en plus raffinés afin de prescrire des contenus culturels. Des géants comme Google ou Itune personnalisent leurs recommandations et classements en créant ainsi une véritable culture algorithmique (Striphas). Contre cette logique accusée de limiter et d'enfermer les consommateurs, une nouvelle tendance voit le jour qui se pense ou se justifie en tant que curation. Il est question de découverte et de partage, à savoir d'une éditorialisation de contenu qui soit humaine et non technique. Or voilà, ce discours auto-légitimant n'est pas non plus sans difficulté et donne à voir une troisième logique perpétuellement à l'œuvre : celle du marketing, de la vente derrière la prescription. Les curateurs aussi font la promotion de certains produits et « traquent » leurs clients à l'aide d'outils techniques de type google analytique. Au final, si la critique culturelle se voit récupérée par les trois précédentes logiques (Boltanski), elle se pose elle-même comme logique et enjeu, c'est-à-dire comme une certaine obligation à réfléchir à la, ou aux manières dont elle peut se réinventer à l'intérieur du nouvel environnement numérique.

81e Congrès de l'ACFAS

Un nouveau moteur de prescription sur la Toile : l'externalisation ouverte et ses impacts sociaux

Auteur : Louis Melançon
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

L'externalisation ouverte (crowdsourcing) est parmi les méthodes d'éditorialisation les plus ingénieuses qu'on ait élaborées en réponse au  problème de la croissance exponentielle des contenus numériques. On observe sur les services web appliquant cette mécanique que la popularité et la diffusion de ces contenus s'autoalimentent comme par un formidable effet d'entrainement — la sociologie parle aussi de facteur de ralliement ou de bandwagon effect. Or, à l'aspect psychologique de ce phénomène vient s'attacher des facteurs économiques et surtout technologiques qui changent particulièrement la donne sur le web. En laissant par exemple presque exclusivement au soin des internautes cette tâche d'analyse et de prescription du contenu, le site web Reddit.com est rapidement devenu incontournable sur la Toile. L'observation de la communauté bâtie autour de Reddit sera ainsi l'occasion d'étudier l'intersection de trois nouveaux régimes : interactionnel, économique et technique. À travers l'évolution de la structure du site et de ses algorithmes, d'une part, ainsi que l'analyse du contenu partagé, de l'autre, apparaissent certaines tendances telles a) la prépondérance de l'image sur le texte, b) la vitesse croissante de transmission de l'information et c) la ludification (gamification) comme source de motivation et de contrôle — sur lesquelles il est essentiel de se pencher afin de mieux comprendre tout service web faisant appel de près ou de loin à l'externalisation ouverte.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0
81e Congrès de l'ACFAS

Le Web 2.0 et l'industrie de l'humour québécoise francophone : créativité, diffusion et rapports de force

Auteur : Christelle Paré
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

L'industrie de l'humour au Québec vit présentement de grandes transformations et le Web 2.0 en est en partie responsable. On y retrouve de tout : promotion de spectacles, vente de billets, sketches, séries web, porte folios, podcasts, sites personnels, spectacles diffusés en direct, etc. Malgré un certain retard, et ce comparativement aux industries de l'humour américaine et anglo-canadienne, les artistes de l'humour québécois, et tout particulièrement la relève, commencent à investir ce territoire. On peut notamment repérer que le Web 2.0 influence la créativité et sa diffusion, qu'il s'agisse des nouveaux outils qu'il met à contribution ou de l'accès direct au public qu'il permet, tout en présentant la possibilité, plus répandue mais encore parcimonieuse, d'y faire quelque profit. Le Web 2.0 joue également sur les rapports de force présents entre les acteurs de l'humour. Ceux  qui le maîtrisent obtiennent une meilleure visibilité, et parfois même une meilleure crédibilité. On note aussi que des conflits peuvent y éclater, par sites Web interposés. Le tout peut rapidement  entraîner dans la mêlée les admirateurs des parties impliquées et même conduire parfois à de l'autocensure suite à de trop grandes pressions, voire menaces, de la part de certains fans.  Notre présentation permettra d'explorer l'ascendant du Web sur l'industrie de l'humour au Québec, et ce à l'aide d'entretiens semi-dirigés, d'une recherche documentaire et d'articles de presse.

81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0
81e Congrès de l'ACFAS

Revue Orsai, l'édition autrement : prescripteurs culturels à contrecourant

Auteur : Nicolás Rodríguez Galvis
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

En 2011, la revue culturelle Orsai, vend, en moyenne, sept mille exemplaires de chacun des quatre numéros de 2010. De plus, « les pdf gratuits de ces éditions furent téléchargés plus de 600 000 fois. » Aujourd'hui, les ventes continuent à être tout aussi exceptionnelles et d'autres projets sont venus s'ajouter : une maison d'édition –où les lecteurs, à travers la communauté virtuelle sont aussi éditeurs- et deux bars/centre culturels (Barcelone et Buenos Aires) –financés par la même communauté-. En trois ans, la revue Orsai, créée à Barcelone par deux argentins et distribuée dans le monde, réussi son pari de modifier les gestes éditoriaux traditionnels par la création d'un modèle économique et communicationnel à contrecourant qui conjugue habilement la qualité, la durabilité et la rentabilité. Orsai ne demande pas des subventions, refuse la publicité, a créé un système de distribution piloté via Internet où les lecteurs deviennent des distributeurs, propose sa revue à un prix en accord avec les revenus moyens du pays du lecteur et a réussi à créer et à fidéliser une communauté de lecteurs à travers leur blog. Cette communication se propose d'analyser le potentiel d'innovation d'Orsai, tant dans les processus de production que dans les dispositifs organisationnels placés au cœur d'une économie de la création qui est principalement basée dans le rapport dynamique que les éditeurs lient avec une cybercommunauté de lecteurs qu'adhère, participe et fait vivre ce projet inédit.

81e Congrès de l'ACFAS

Des sociabilités numériques pour une autre forme de prescription et de diffusion : le cas du panier culture

Auteur : Anne-France KOGAN
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

Le secteur culturel connaît actuellement plusieurs questionnements : limites de la démocratisation/participation ; statut des artistes ; légitimité de l'intervention publique, etc. En réponse à cela, de nouvelles façons de créer et de diffuser émergent. Le modèle traditionnel d'une élite savante prescrivant le « bon goût » est complété par un modèle alternatif où la prescription est partagée au profit d'une nouvelle hiérarchisation. Internet est venu renouveler les figures de la démocratie. Une diversité de pratiques politiques se développe, comme celles liées au web participatif. Elles défient les conceptions classiques de la solidarité, en valorisant l'excitation pour le nouveau et l'exploration. Malgré leur diversité, elles incorporent une forme de vie démocratique qui leur est suffisamment idiosyncrasique pour leur être associée. Comment ces valeurs portées par Internet et le champ culturel se font-elles écho ? Permettent-elles de nouvelles modalités de prescription et de diffusion ou reposent-elles sur d'autres rapports de force ? Dans ce contexte, nous menons une recherche-action autour d'un cas précis : le panier culture. Cette initiative d'un circuit-court vise à désintermédier la diffusion culturelle et à développer des relations durables entre publics et artistes. Elle fonctionne selon le schéma suivant : Les premiers résultats présenteront les modalités organisationnelles expérimentées dans sa mise en œuvre, ses valeurs et la façon dont le numérique les modifie.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0
81e Congrès de l'ACFAS

La communication du vin sur les réseaux sociaux : une dynamique relationnelle et situationnelle complexe

Auteur : Marie-Caroline Heïd
Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0

L'institutionnalisation du métier de « community manager » participe à une reconfiguration des métiers, avec parfois « des reconversions ou des diversifications de tâches » (Michel). Nous proposons de mener une analyse des pratiques des communicants dans le secteur viti-vinicole, sur un réseau social spécifique : les « pages fans » sur Facebook. Les professionnels chargés d'initier la promotion de leur domaine sur les médias sociaux, pour la plupart autodidactes, prennent souvent appui sur leurs pratiques micro-sociales ordinaires pour les adapter au cadre professionnel (De Lavergne, Heïd). Cependant, cette activité apparaît comme complexe dans le sens où elle découle de besoins organisationnels variés. Elle nécessite aussi d'adapter la communication d'un produit du terroir aux logiques contemporaines du web social tout en prenant en compte les besoins des usagers. Nous analyserons cette dynamique au travers de trois pôles : les interfaces de ces pages qui proposent un rôle et des pratiques spécifiques aux internautes, les enjeux des professionnels, déclinés sur plusieurs niveaux, et enfin les pratiques des usagers qui vont s'engager sur ces médias. Dans cet objectif, nous prendrons appui sur des données recueillies dans le cadre d'entretiens semi-directifs menés auprès de communicants du secteur viti-vinicole dans le Languedoc-Roussillon. Nous complèterons par des observations approfondies des prescriptions d'actions relevées sur les pages Facebook qu'ils animent.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    484 - Nouveaux prescripteurs et transformation des goûts à l'ère numérique : de la quotidienneté au Web 2.0