Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

Évaluer l'organisation territoriale en Algérie et identifier ses impacts sur l'optimisation de l'action collective

Auteur : Djamal SI-MOHAMMED
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

La recherche proposée explore la question de l'organisation territoriale et évalue les problèmes que cette dernière soulève – ou résout -, dans une perspective de recherche d'un quasi-mythique « optimum territorial ». Elle rapporte que les règles régissant la hiérarchie, la coopération/partenariat ainsi que la distribution spatiale des sous espaces concernés impactent fortement sur l'organisation territoriale et ultimement sur la performance de l'action gouvernementale pour le développement régional. La recherche traite ce sujet dans le contexte de l'Algérie, un pays dont la superficie correspond à 1,4 fois celle du Québec et qui recèle, en plusieurs de ses immenses ressources naturelles, plusieurs verrous institutionnels qui enchaînent les initiatives et institutions territoriales (Wilayas, Daïras, etc.), faisant d'elles des « entités artificielles » qui peuvent être si étroitement liées au point d'avorter toute pertinence et impacts économiques et stratégiques.

81e Congrès de l'ACFAS

Évaluer la décentralisation en République de Djibouti : un tigre en papier ou un passeport pour l'avenir?

Auteur : abdoulkader hassan
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Véritable leitmotiv des stratégies de développement des institutions internationales (FMI, Banque Mondiale, etc.), la gouvernance locale est devenue progressivement un passage obligé pour les réformes publiques dans les pays du Sud. Comme d'autres pays africains, la République de Djibouti s'est engagée, depuis les années 2000, dans un processus de réformes et de réorganisation de l'administration territoriale. Une telle décentralisation a été impulsée de l'intérieur, répondant à une volonté des parties prenantes nationales. Conséquence notable, cette politique a façonné un territoire macrocéphale centré sur une capitale, véritable micro-Etat, regroupant 80% de la population et des richesses nationales. La recherche proposée apporte des éléments de réponses aux questions suivantes : i) quel a été l'impact de la décentralisation dans la vie politique, économique et sociale du pays ? ii) comment cette décentralisation compose-t-elle avec l'État central ? iii) comment a-t-on évalué cette politique par les différents acteurs ?) iv) l'arsenal juridique est-il suffisamment étoffé pour permettre une gouvernance locale effective ? Cinq ans après sa mise en place, l'heure est au bilan et à l'évaluation. Les résultats atteints semblent très mitigés. Il est alors urgent de réfléchir aux contraintes juridiques, institutionnelles, mais aussi sociales et politiques, qui limitent la pleine efficacité de la gouvernance locale.

81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation
81e Congrès de l'ACFAS

L'évaluation de programme dans l'administration publique du Québec : aujourd'hui et demain

Auteur : Erick-Noël Bouchard
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Présentation d'un état de situation sur l'évaluation de programme dans l'administration publique du Québec et des nouvelles orientations en évaluation de programme

81e Congrès de l'ACFAS

Évaluer une institution : le cas du « médiateur de la république » à Djibouti

Auteur : abdoulkader hassan
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

La création à Djibouti du médiateur s'inscrit dans la mouvance de la reforme de l'administration publique initiée par le gouvernement en 1997, notamment dans le cadre d'une
politique destinée à améliorer les rapports entre l'administration et les administrés. Le médiateur de la république a été décrété par une loi ambitieuse et innovante. Autorité indépendante, il reçoit, dans les conditions fixées par la loi précitée, les réclamations concernant, dans leurs relations avec les administrés, le fonctionnement des administrations de l'État, des institutions décentralisées, des établissements publics et de tout autre organisme investi d'une mission de service public. La recherche apporte des éléments de réponse à
trois questions : i) quelle est la place de cette institution dans le paysage administratif de Djibouti ? ii) Comment peut-on l'évaluer et iii) Que peut-on retenir de cette institution après treize ans d'existence ?

81e Congrès de l'ACFAS

Évaluation des politiques publiques dans les pays d'Afrique francophone : entre les fragilités légales et les impératifs de la rigueur (Sénégal)

Auteur : Abdoul Aziz Sall
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

L'institutionnalisation de l'évaluation des politiques publiques dans les pays africains en est à ses débuts. Ceux-ci sont poussés vers cette nouvelle dynamique, par des partenaires externes et parfois par des forces citoyennes qui exigent plus d'efficacité, d'efficience et de transparence dans la gestion des affaires publiques. Cela dit, la faiblesse des assises de la pratique de l'évaluation, en tant que fonction au sein de ces pays, constitue un frein à la constitution nécessaire de capacités nationales en la matière, notamment en termes de qualité. L'encadrement de la pratique de l'évaluation par la loi apparaît ainsi à la fois comme un passage obligé pour consolider le processus d'institutionnalisation de l'évaluation et pour exiger de la rigueur, de la neutralité et des compétences culturelles. Dès lors, il importe d'analyser les limites, les obstacles possibles, les exigences et les conditions de succès d'une telle démarche. La présente recherche brosse un état des lieux de la pratique de l'évaluation des politiques publiques dans différents pays d'Afrique francophone : les expériences, les dispositifs nationaux, les acteurs, les normes, etc. Une analyse comparative est menée avec un accent principal sur le Sénégal. La recherche proposée tente de savoir si l'expérience des pays qui ont adopté des lois pour favoriser et encadrer la pratique de l'évaluation est extrapolable aux autres pays d'Afrique francophone qui souhaitent s'inscrire dans la même dynamique.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation
81e Congrès de l'ACFAS

L'évaluation des politiques publiques au Maroc : un processus à construire, des défis à relever

Auteur : Ahmed Bencheikh
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Un peu partout dans le monde, l'impératif de l'évaluation des politiques s'impose comme un gage de transparence, de reddition de comptes et de redevabilité mutuelle. Malgré tout, le Maroc se caractérise par un faible ancrage de la fonction évaluative dans son paysage politico-administratif et institutionnel. Mais, la situation change rapidement puisque l'évaluation connait un intérêt grandissant et a été citée à une dizaine de fois dans la nouvelle Constitution marocaine (juillet 2011). Désormais, l'évaluation apparaît donc comme l'une des thématiques clés sur laquelle l'État doit compter pour se rénover et améliorer la performance de l'action gouvernementale. La recherche proposée caractérise les attentes associées à la pratique de l'évaluation au Maroc (combler le déficit juridique et pratique en matière d'institutionnalisation de la fonction évaluative) et balise les dispositifs institutionnels et organisationnels permettant de codifier les approches et méthodes associées. Nous examinons à cet effet le déficit juridique et institutionnel à combler dans l'implantation de l'évaluation. Les dispositifs institutionnels et opérationnels de l'évaluation seront passés en revue, et ce, pour mieux ancrer l'évaluation dans le contexte du Maroc. Des propositions sont énoncées pour identifier les institutions et les expertises requises pour mieux aider le Parlement et les décideurs à assumer leurs responsabilités dans l'évaluation des politiques et la promotion de la redevabilité publique.

81e Congrès de l'ACFAS

Poser un regard critique sur une analyse coût-avantage dans le cadre d'une évaluation en contexte international

Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Cette présentation propose d'expliquer les éléments méthodologiques de base servant à développer une analyse coût-avantage dans le cadre d'une évaluation. Le but de l'exercice est d'offrir aux auditeurs un regard critique et des balises lorsqu'ils doivent commenter sur une analyse coût-avantage ayant été conduite et rédigée par un consultant, un expert ou une autre personne. Des exemples en contexte international seront présentés.

81e Congrès de l'ACFAS

Modèle des ajustements mutuels dans la Politique publique d'environnement (PPE) : essai d'évaluation par approche processus du Conseil des Participations de l'État (CPE) en Algérie

Auteur : Mohammed Amine Mehdi KHELLADI
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Instituée avec le début des années 2000, une Politique publique d'environnement (PPE) a émergé en Algérie. Évaluée au regard de ses processus, cette politique a à son actif deux originalités : un champ opérationnel multisectoriel et holistique (tourisme, transports, énergie, hydrocarbures, industrie, agriculture) ; une démarche renouvelée et modulable ayant pour finalité la modernisation écologique et un partenariat durable entre l'État et les entreprises. Exploratoire et qualitatif, mobilisant principalement la théorie des contrats, notre article se propose, à travers une analyse de contenu du CPE, d'évaluer l'incomplétude de ce contrat. L'évaluation de l'institutionnalisation de cet outil contractuel est susceptible de révéler des comportements opportunistes des entreprises et une asymétrie d'information, rendant difficile l'atteinte d'un optimum du bien-être social.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation
81e Congrès de l'ACFAS

Présentation de la National Academy of Public Administration (NAPA) Vietnam

Auteur : Hoa Pham Thi Quynh
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

La présentation traite de l'état des lieux de l'évaluation dans le contexte des administrations publiques au Vietnam. Après une mise en perspective globale de l'avancement des processus de mesure de la performance dans les politiques publiques au Vietnam, il est question des initiatives visant à renforcer le développement de l'évaluation de programmes, notamment en terme de renforcement des compétences évaluatives, dans le cadre des systèmes d'enseignement et de recherche sur le sujet. Des éclairages empiriques sont apportés dans ce cadre pour quantifier et qualifier l'état des lieux de l'évaluation dans différentes régions et secteurs publics au Vietnam. Le Vietnam a aussi une histoire francophone où la modernisation de l'administration publique se fait grâce au regard de l'institutionnalisation de l'évaluation de la performance de l'action collective. Une mise en perspective est faite dans ce cadre pour tenir compte des transferts de connaissances évaluatives initiés dans le cadre d'échange et de coopération avec l'école nationale d'administration publique au Québec.

81e Congrès de l'ACFAS

Apprendre des succès et des échecs : enjeux d'institutionnalisation et défis d'opérationalisation de l'évaluation de l'action gouvernementale dans le contexte du Québec, Canada

Auteur : Moktar Lamari
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Au Québec, dix ans après l'adoption d'une loi dédiée à la modernisation de l'administration publique et à l'optimisation de l'action gouvernementale, plusieurs initiatives et procédures ont été mises en place pour systématiser et encadrer les activités d'évaluation des programmes et politiques publics. Cette systématisation s'est inscrite dans la foulée de mesures complémentaires visant aussi la gestion de la performance des interventions gouvernementales : vérification, mesure de la satisfaction, tableau de bord, planification stratégique, etc. Si le déploiement de ces différentes mesures a été progressif et diffus, les administrations publiques ont été exposées à des impératifs méthodologiques et des paradigmes de management public qui ne sont pas nécessairement compatibles et faciles à gérer avec les moyens disponibles et les procédures en vigueur.

La recherche proposée traite de l'évaluation de la performance de l'action gouvernementale dans le contexte du Québec. Elle apporte une lecture évolutive du processus d'institutionnalisation des mécanismes d'évaluation et des défis opérationnels à relever pour faire de l'évaluation un levier capable d'optimiser les retombées bénéfiques susceptibles d'améliorer le bien-être des contribuables. Elle met en perspective quelques nouvelles implications relativement aux hiatus mettant en jeu l'institutionnalisation de l'évaluation des politiques publiques ainsi que les défis opérationnels et méthodologiques associés.

81e Congrès de l'ACFAS

Au-delà de la pratique : le besoin d'une analyse critique des institutions de l'évaluation

Auteur : Ghislain Arbour
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Les développements récents de la recherche en évaluation se concentrent sur la pratique de l'évaluation et son praticien, l'évaluateur. Dans cette perspective, on tend à considérer que l'amélioration de l'évaluation passe par l'amélioration des connaissances et aptitudes des évaluateurs et on en vient à assimiler la qualité des évaluations à la qualité du travail de ceux-ci. Cette présentation suggère que l'évaluateur n'est qu'un facteur de production parmi d'autres et propose que le développement de la fonction évaluation dans nos sociétés passe également par la critique et le développement des institutions encadrant l'évaluation.

81e Congrès de l'ACFAS

Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones de l'Afrique subsaharienne : un regard croisé sur les pratiques en vigueur

Auteur : Nico Muambi Shambouy
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

La recherche proposée examine la pratique de l'évaluation dans un ensemble de pays africains. On s'appuie sur des données issues du Centre pour l'Apprentissage sur l'Évaluation
et les Résultats (Université Witwatersrand d'Afrique du Sud) pour apporter un regard croisé et comparatif. On rapporte que seul le Bénin pour l'Afrique francophone, ainsi que l'Afrique du Sud et l'Ouganda, pour l'Afrique anglophone, ont institutionnalisé et formalisé des pratiques évaluatives dignes de ce nom. La recherche démontre que d'autres pays manifestent un intérêt grandissant pour le renforcement de l'évaluation, dont notamment le Ghana, le Kenya et le Sénégal. Évidemment, ces données ne signifient aucunement que l'évaluation dans les autres pays n'est pas en développement. En revanche, des efforts sont à faire pour mieux arrimer la fonction d'évaluation avec les processus de prise de décision à l'intérieur des administrations gouvernementales et du secteur des organisations communautaires. Par exemple au Sénégal, les incitations à produire les rapports d'évaluation proviennent
davantage de processus bureaucratiques internes de vérification et d'audit budgétaires, et moins dans le cadre de processus de gestion axée sur les résultats.

81e Congrès de l'ACFAS

De la rentabilité économique des guerres : une réflexion en termes de coût-bénéfice pour les conflits armés impliquant le Canada

Auteur : Afifa Khazri
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

Avec la globalisation, les retombées économiques des guerres et conflits armés dépassent les limites géographiques et s'étalent de manière diffuse dans le temps. J. E. Stiglitz[1], prix Nobel d'économie, estime le coût économique de la guerre en Irak à plus de 3000 milliards de dollars, et explique pourquoi ce conflit a joué un déclencheur de la crise financière qui a fortement ébranlé le modèle de croissance américain, avec des effets planétaires qu'on connait depuis 2008. La présente recherche constitue une méta-évaluation et elle s'appuie sur une revue des principales études empiriques ayant évalué les coûts des guerres ou conflits sociaux. On se propose d'explorer les coûts évités, les coûts implicites et les coûts indirects subits par les pays concernés dont la mortalité indirecte (malnutrition, maladie, épidémies, etc.), la destruction des infrastructures (écoles, hôpitaux, routes…), la dégradation de l'environnement. Ces coûts dépassent fortement les coûts résultant directement des combats et armements. Ayant un faible effet sur la stimulation économique (que les dépenses en infrastructure), les dépenses militaires génèrent aussi des coûts d'opportunité et des bénéfices indirects. Ce papier se propose de cerner les éléments de coûts de la présence canadienne en Afghanistan et dans d'autres conflits. Il portera sur l'évaluation des retombées économiques, sociales des dépenses consacrées à l'industrie de la défense.

81e Congrès de l'ACFAS

Évaluation des politiques publiques : pratiques et défis dans le contexte de la Tunisie

Auteur : Ines BELGACEM
Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation

La recherche proposée vise à donner une vue d'ensemble sur la pratique de l'évaluation des politiques publiques au Maghreb, en accordant une place particulière au contexte de la Tunisie des dernières années. Un intérêt particulier est accordé à l'institutionnalisation et aux défis d'opérationnalisation de l'évaluation en Tunisie, sans perdre de vue la réalité observée dans les autres pays du Maghreb. Notre investigation prend ancrage dans les documents gouvernementaux qui régissent la mesure de la performance des politiques publiques. Elle est aussi complétée par une revue de littérature de la pratique de l'évaluation dans le contexte de l'émergence de nouvelles stratégies de gouvernance imposant une gestion axée sur les résultats : emploi, infrastructure, santé, démocratie, etc. L'évolution socio-institutionnelle entourant les appréciations de la performance de l'action collective est aussi marquée par de nouveaux repères et partenariats favorisant le financement et la pertinence des interventions selon les préceptes islamiques et les idéologies d'obédience religieuse qui s'affirment de jour en jour dans les différentes sphères de gouvernance des interventions publiques. Dans ce cadre, nous examinerons de manière plus particulière les dimensions évaluatives liées à l'appréciation de la pertinence, de l'implantation et de l'efficience des interventions.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    475 - Évaluation des politiques publiques dans les pays francophones : les méandres de l'institutionnalisation et les malaises de l'opérationnalisation
81e Congrès de l'ACFAS

Les pratiques interculturelles et les identités religieuses fluides. Étude de stratégies de féministes spirituelles pour créer des relations justes

Auteur : Denise Couture
Colloque    476 - Conversion, identité et ethnicité

L'objectif de la communication est d'analyser des identités religieuses fluides de féministes spirituelles (ou croyantes) engagées dans des pratiques interculturelles. Dans le cadre d'une recherche sur l'interreligieux féministe, nous avons interviewé douze femmes à Montréal d'appartenance diverse : autochtones, chrétiennes, juives, musulmanes et néopaïennes. Nous avons constaté que dans certaines pratiques féministes et interculturelles, les identités religieuses ou spirituelles sont de nature double, multiple ou mouvante, ce qui résulte des histoires de colonisation ou de postures délibérées. Ces pratiques créant des identités hybrides ne mènent pas les femmes à une conversion à une autre religion, mais plutôt à une forme de conversion à la justice relationnelle qui promeut le mouvement identitaire où autrui et les tensions géopolitiques sont expérimentés à travers soi. En nous situant dans les domaines des sciences des religions et des études féministes et postcoloniales, nous distinguerons différents modèles d'appartenance religieuse mouvante et multiple dans le but de situer les enjeux soulevés par les pratiques de ces féministes interculturelles. Nous étudierons les rapports qui s'y jouent entre (1) les identités politiques, fluides ou hybrides, (2) les stratégies pour créer la justice interethnique et (3) la perméabilité des frontières identitaires religieuses et spirituelles.



81e Congrès de l'ACFAS

La religion n'est pas la culture : enjeux de reconnaissance et d'intégration des convertis à l'orthodoxie au Québec

Auteur : Daniela Moisa
Colloque    476 - Conversion, identité et ethnicité

La communauté orthodoxe de Rawdon est composée de deux groupes de fidèles : les orthodoxes slavophones, issus de l'immigration et les convertis, dans leur grande majorité des Québécois ex-catholiques, d'expression française. Bien que tout le monde s'y réunisse pour pratiquer une religion commune, la cohabitation n'est pas facile. Au cœur des frictions se trouve la revendication d'une identité dite « authentique » qui dépasse le religieux et qui touche à l'ethnicité et au culturel. Tandis que, pour les orthodoxes, la religion est inséparable d'une tradition culturelle, pour les convertis « la religion n'est pas la culture ». Mais alors, qu'est-ce qu'« être une vrai orthodoxe » pour les convertis ? En répondant à cette question, nous réfléchirons au rôle de l'identité culturelle et ethnique dans la reconnaissance et dans l'intégration des convertis au sein du groupe religieux choisi.



81e Congrès de l'ACFAS

L'hindouisme et la pluralité des identités religieuses

Auteur : Diana Dimitrova
Colloque    476 - Conversion, identité et ethnicité

L'objectif de cette présentation est d'analyser la pluralité des identités religieuses dans l'hindouisme.  Jusqu'au 19 siècle, on ne peut parler de « conversion » en hindouisme  car il était nécessaire d'être né hindou pour être hindou. Après les doctrines du penseur hindou Vivekananda qui a universalisé l'hindouisme, cette croyance est devenue ouverte aux non-hindous. Aujourd'hui,  il est possible de devenir hindou par initiation par un gourou, mais ce processus n'est pas reconnu par toutes les branches de l'hindouisme. La mobilité religieuse en hindouisme n'est pas seulement entre l'hindouisme et d'autres religions comme le christianisme, l'islam, le bouddhisme ou le sikhisme, mais aussi entre les différentes branches hindoues.  La spécificité de l'hindouisme et des autres religions d'Asie du Sud est que, en acceptant la nouvelle tradition, il n'est pas nécessaire d'abandonner l'ancienne tradition. C'est pourquoi nous pouvons observer une pluralité des identités religieuses. Les adhérents sont hindous et bouddhistes, ou hindous et sikhes, ou hindous et chrétiens, ou hindous et musulmans. Comment expliquer ce phénomène ? J'étudierai la tolérance hindoue envers les autres religions, l'acceptation d'adhésion aux autres traditions,  et la pluralité des identités religieuses comme une conséquence de l'imaginaire hindou polythéiste, qui, contrairement aux préjugés du monde occidental, peut être regardé comme un modèle contemporain d'un vivre-ensemble religieuse pluraliste.



81e Congrès de l'ACFAS

La conversion dans le christianisme ancien : le tournant monastique

Auteur : Fabrizio Vecoli
Colloque    476 - Conversion, identité et ethnicité

Si l'on en croit les historiens du christianisme et du monde classique gréco romain, la notion de « conversion » telle qu'on l'entend généralement aujourd'hui dans le monde occidental contemporain aurait connu son essor avec le christianisme ancien. En effet, elle serait inévitablement liée à la proclamation d'une vérité à la fois universelle et exclusive, capable de procurer le salut à celui qui y adhèrerait. Les savants se sont penchés à plusieurs reprises sur les aspects de nouveauté de ce phénomène et sur les problèmes culturels et sociaux que celui-ci engendrait.

Ma contribution vise à présenter et analyser des récits de conversion émanant des milieux monastiques du IVème siècle. L'intérêt de ces documents vient du fait qu'ils appartiennent à une période charnière dans l'histoire du christianisme : de religion clandestine où « conversion » signifiait sortie de son propre milieu (social et culturel) et entrée dans une nouvelle communauté (illégale et souvent persécutée), le christianisme d'après Constantin (c'est-à-dire après l'édit de Milan en 313) devient un culte publique destiné à devenir rapidement l'institution religieuse officielle de l'empire. Que devient le processus de conversion et quel est son impact dans un contexte où s'affirme progressivement une homogénéité religieuse qui fait bientôt coïncider le païen avec l'étranger? 

81e Congrès de l'ACFAS

Qui a peur de l'Islam ? La conversion comme forme de cosmopolitisme

Auteur : Géraldine Mossière
Colloque    476 - Conversion, identité et ethnicité

La crise des accommodements raisonnables qui a embrasé le Québec en 2007 a remis en question le modèle de gestion de la diversité culturelle développé par la province (interculturalisme), soulevant en filigrane le défi de la rencontre avec l'altérité religieuse et le problème de la définition de l'identité québécoise. Mon terrain ethnographique mené auprès de Québécoises converties à l'islam apporte un nouvel éclairage au débat : la plupart des femmes sont entrées dans l'islam suite à une rencontre avec un Musulman de naissance et à une forte curiosité personnelle pour l'islam. Dans cette communication, je soutiens qu'en adhérant à l'islam, les Québécoises s'inscrivent dans un discours cosmopolite global qui, dans les années 1990, a dominé certaines sphères montréalaises. Les résultats montrent que dans les débats identitaires qui ont suivi, les converties ont endossé un rôle actif de médiateur culturel dont je discute le positionnement et les effets sociaux et symboliques. 

81e Congrès de l'ACFAS

Ce que devenir juif veut dire

Auteur : Sébastien Tank
Colloque    476 - Conversion, identité et ethnicité

À l'image d'une société juive aujourd'hui largement pluralisée, les parcours de conversion au judaïsme témoignent de logiques d'identification qui articulent plusieurs dimensions de l'identité juive (mémorielles, culturelles, éthiques, politiques, familiales, etc., mais aussi nationale). La dimension proprement religieuse est rarement première et jamais exclusive.

C'est pourtant sur cette dernière que les autorités rabbiniques aujourd'hui seules habilitées à valider des conversions insistent prioritairement lors du processus formel de conversion. Elles tendent même largement à délégitimer voire à invalider toute autre dimension de l'identification : c'est envers la Torah et rien d'autre que doivent s'engager les candidats.

La bataille menée par les institutions religieuses pour conserver le monopole des conversions apparaît ainsi comme un moyen stratégique d'imposer une définition religieuse de l'identité juive à d'autres institutions juives (la famille, les communautés diasporiques, l'État d'Israël, etc.) qui fonctionnent pourtant idéalement selon d'autres logiques. Au point que prend corps un débat de plus en plus saillant sur la possibilité de trouver d'autres modes d'incorporation aux sociétés juives, notamment dans le cadre de l'État d'Israël, appelant une réflexion collective sur les fondements de l'identité juive.



81e Congrès de l'ACFAS

L'ethnomusicologie comme outil de conversion

Auteur : Hugo Ferran
Colloque    476 - Conversion, identité et ethnicité

Les Chrétiens prêtent souvent à la musique un pouvoir de conversion supérieur à tout autre mode de communication. Selon cette vision, l'efficacité d'une musique dépendrait de la culture dans laquelle elle s'insère. C'est dire que certains paramètres musicaux (rythmes, mélodies, paroles) auraient une influence réelle sur les croyances d'une culture donnée. Dans cette perspective, plusieurs missionnaires évangéliques ont utilisé l'ethnomusicologie à des fins d'inculturation musicale. Je propose d'analyser ici la manière dont ces missionnaires ont envisagé le chant comme un outil de conversion efficace, en ce qu'il permet d'exprimer les deux faces de l'identité chrétienne et ethnique des nouveaux convertis. Il ressortira que le message universel évangélique est véhiculé par les paroles des chants, tandis que l'ethnicité est exprimée par la musique qui les sous-tend.